Einstein et l’affaire Marilyn

Chefs-d’œuvre retrouvés de la littérature érotique : chaque semaine, Edouard Launet révèle et analyse un inédit grivois ou licencieux, voire obscène, surgi de la plume d’un grand écrivain.

Un collectionneur américain affirme détenir trois lettres (une manuscrite, deux tapées à la machine et signées) qu’Albert Einstein aurait envoyées à Marilyn Monroe. Selon cet homme, le physicien et la starlette auraient entretenu une correspondance de 1949 à 1951. Il prétend même qu’ils se seraient rencontrés. C’est Marilyn qui aurait entamé cet échange en écrivant un jour au savant pour lui demander une photo dédicacée.

Avant d’examiner le contenu de ces lettres, il est nécessaire de s’interroger sur leur authenticité, laquelle n’est pas formellement démontrée à ce jour. À la fin des années 40, Marilyn et l’actrice Shelley Winters partageaient un appartement à Hollywood. La seconde a rapporté dans ses mémoires que la première avait une fascination pour Einstein : le physicien faisait partie – avec Ernest Hemingway, Jean Renoir, John Huston et quelques autres – des hommes avec qui Marilyn aurait aimé coucher. Winters se serait moqué de sa colocataire, lui disant : “Marilyn, aucune chance que tu puisses coucher avec Albert Einstein. C’est le plus célèbre savant du siècle, et en plus c’est un vieux.” Sa colocataire aurait répondu : “Aucune importance, il paraît qu’il est très en forme.”

Monroe avait dans ses maigres affaires de starlette une photo d’Einstein avec cette dédicace manuscrite : “À Marilyn, avec respect, amour et gratitude, Albert Einstein.” Cependant l’acteur Eli Wallach, qui connaissait l’entichement de Marilyn pour le physicien, a affirmé dans une interview que c’est lui qui avait offert cette photo à son amie et que cette dédicace était de sa main ; il aurait voulu ainsi se moquer du béguin de son amie.

Au bout du compte, si une correspondance Monroe/Einstein reste bien improbable (on n’a en tout cas pas retrouvé l’ombre d’une lettre de Marilyn dans les archives d’Einstein conservées à l’université hébraïque de Jérusalem), rien n’exclut la possibilité de son existence.

La première lettre, datée du 17 avril 1949, se résume à ces mots :

Mademoiselle,
Merci de votre courrier du 4 avril dernier. J’aurais volontiers accédé à votre demande si vous n’aviez joint à votre lettre votre propre photo, où je découvre une jeune fille ravissante qui n’a sans doute rien à faire du portrait d’un vieux monsieur comme moi [à l’époque Einstein a 70 ans, Marilyn 20]. Je garderai précieusement votre image mais ne vous encombrerai pas de la mienne. À défaut, je joins à ce courrier une photo du campus de Princeton où je travaille. C’est un endroit calme et charmant.
Bien vôtre,
Albert Einstein

La deuxième, expédiée l’année suivante, semble indiquer qu’une certaine intimité s’est nouée entre les correspondants. En voici deux extraits :

Chère Marilyn,
[…] Non, résumer la théorie de la relativité en quatre phrases m’est impossible, pardonnez-moi. Et ce sont au moins quatre pages qui me seraient nécessaires pour décrire l’émotion qui m’a saisi en découvrant la photo glissée dans votre dernière lettre. Ma première femme Mileva avait des seins pareils aux vôtres, je l’appelais mon petit chameau, Mein kleines Kamel. Moi, en ce moment, je me sens plutôt dromadaire. Et ne me demandez pas de vous expliquer cette histoire de bosses ! […]
Je n’ai plus vraiment la tête à mon travail en ce moment. Je suis vieux, je n’ai plus beaucoup d’idées. Le souffle de jeunesse qui me parvient dans vos lettres m’en donne de nouvelles, mais je doute que celles-là soient susceptibles de faire beaucoup progresser la physique. […]

La troisième, enfin, est la plus étonnante :

Ma petite Mona,
Je ne comprends rien à Hollywood, et vous ne comprendriez certainement pas grand-chose à Princeton. Alors notre enfant, que comprendrait-il de ce pays ? Quel sort ce monde lui réserverait-il ? Vous l’imaginez avec votre beauté et mon intelligence, mais pensez un instant que ce soit l’inverse qui se produise. Je ne veux pas dire par là que je vous considère comme une idiote et que je me vois comme un génie. Si je fascine quelques esprits simples, cela provient sans doute du désir – irréalisable pour beaucoup – de comprendre quelques idées que j’ai trouvées, dans une lutte sans relâche, avec mes faibles forces. Et si beaucoup sont à vos pieds, c’est d’abord à votre beauté que vous le devez, n’est-ce pas ?
Je vous en prie, ne parlons plus de ceci.
Votre,
Albert
Einstein et sa femme Mileva, 1912

Cette dernière lettre tendrait à accréditer la thèse d’une liaison (car la rumeur en court aussi) entre le savant et la starlette. On ne prête qu’aux riches : Marilyn a eu d’innombrables amants et Einstein au moins une dizaine de maîtresses. L’aventure de ce dernier avec la Russe Margarita Konenkova est la plus documentée puisque sa correspondance avec cette femme, épouse d’un sculpteur chargé de faire un buste en bronze du physicien, a été récemment dispersée aux enchères chez Sotheby à New York. Il se trouve que Konenkova était aussi une espionne à la solde de Moscou, comme quoi la vie d’Einstein était plus mouvementée qu’on ne l’imaginait. Alors, dans le fond, pourquoi pas Marilyn Monroe ?

Édouard Launet
Chefs-d’œuvre retrouvés de la littérature érotique

 

GuardarGuardar

Jules Verne, au rayon X

19 septembre 2017

Sacha Guitry, enfin raide

26 septembre 2017

Flaubert et Houellebecq, fouette cocher !

3 octobre 2017

Les frères Grimm et les nains lubriques

10 octobre 2017

Henry James, en filigrane

17 octobre 2017

Frédéric Dard et le chibre du siècle

24 octobre 2017

Giscard, la princesse et la promesse

7 novembre 2017

Marcel Proust, d’une main

14 novembre 2017

Chrétien de Troyes, Sodome et Gomorrhe

21 novembre 2017

J.K. Rowling et un balai vraiment magique

28 novembre 2017

Pierre Choderlos de Laclos et ses gros ciseaux

5 décembre 2017

Raymond Queneau et le 100ème exercice de style

12 décembre 2017

Alexandre Vialatte et un marronnier en fleurs

19 décembre 2017

Sade lost in translation

26 décembre 2017

Rimbaud et Verlaine autour d’un trou du cul

2 janvier 2018

Jean d’Ormesson au-delà des Thermopyles

9 janvier 2018

Svetlana Savitskaïa, journal de débords

16 janvier 2018

Les refusés d’“Osez”

23 janvier 2018

Zénaïde Fleuriot en un torride hiver

30 janvier 2018

Johnny Hallyday, lourd comme un cheval mort

6 février 2018

À poêle Landru !

13 février 2018

Victor Hugo, des vers et des pas mûres

20 février 2018

Alphonse Allais, ah fonce, allez !

27 février 2018

François Rabelais débraguetté

6 mars 2018
Barbarella (Jane Fonda) dans l'Excessive Machine

H.G. Wells, inventeur de l’orgasmotron

13 mars 2018

Antonin Artaud, jonc en folie

20 mars 2018

Jane Austen et James Joyce, pleins gaz

27 mars 2018

Jean Cocteau en enfer

3 avril 2018

L’Oulipo tète à queue

17 avril 2018

Marguerite Duras à Calcutta

24 avril 2018

L’étrange cas du Dr Enid Blyton

1 mai 2018

Roland Barthes, le langage comme peau

8 mai 2018

Serge Gainsbourg, l’amour complexe

15 mai 2018

François-René de Chateaubriand, vie sexuelle

22 mai 2018

Jules et Edmond de Goncourt : Dieu au bordel

5 juin 2018

La Bible entre les lignes

12 juin 2018

Guillaume Musso, le sexe sans métaphores

19 juin 2018