La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le temps retrouvé des juifs du Tafilalet
| 13 Juil 2020

Expo au long cours au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, puisque inaugurée le 30 juin, elle doit durer jusqu’au 2 mai 2021. Sous le titre « Juifs du Maroc, 1934-1937 », elle met en lumière l’une des communautés juives les plus anciennes du Maghreb et rend hommage à un –presque– inconnu, Jean Besancenot (1902-1992), peintre et photographe fasciné par le Maroc qu’il découvrit dans les années 1930.

Commissaire de l’exposition, avec Dominique Carré, Hannah Assouline, elle-même photographe, revient, dans un petit film, sur sa rencontre avec Jean Besancenot en 1984 et sur comment une image a fait resurgir à la fois une histoire familiale enfouie et un patrimoine culturel oublié.

Collection Hannah Assouline © Adagp, Paris, 2020

L’image en question est celle de deux enfants – deux jeunes adolescents – posant pour Besancenot en habits de mariés. Une photo prise dans la région du Tafilalet, dans le sud-marocain, peuplé de communautés juives et berbères. Le cliché figure en bonne place dans une galerie de portraits qui témoignent d’un monde disparu : restés pendant deux millénaires largement à l’écart des soubresauts de l’histoire, vivant en symbiose culturelle avec les populations berbères de la région, les juifs du Tafilalet, avec leurs traditions et leurs costumes, ont peu à peu quitté dans la deuxième moitié du XXe siècle les oasis d’Erfoud, de Gourrama ou de Goulmina.

Jean Besancenot, quand il photographiait parures et vêtements de fête, en prenant soin à chaque fois de noter précisément leur nom et leur usage, avait sans doute conscience d’être l’archiviste d’une histoire touchant à sa fin. Et ses photos touchent aussi parce qu’elles conservent la trace de cette émotion.

Juifs du Maroc, 1934-1937. Photographies de Jean Besancenot, du mardi 30 juin 2020 jusqu’au dimanche 2 mai 2021, au Musée d’art et d’histoire du judaïsme, Hôtel de Saint-Aignan. 71, rue du Temple. 75003 Paris – Gratuit sans réservation, dans la limite des places disponibles – Mardi, mercredi, jeudi, vendredi : 11h-18h. Samedi et dimanche : 10h-18h

RS
Guide

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Vatnajökull (the sound of)

Allô? Le glacier fond-il? Londres, 2007. Les étudiants des Beaux-Arts présentent leur projet de fin d’études. Parmi eux, Katie Paterson présente une œuvre au titre énigmatique: “Vatnajökull (the sound of)”. Son principe est pourtant relativement simple, même si on ne peut pas en dire autant de sa réalisation.

1839, une révolution révélée

Les éditions Macula publient la somme de Steffen Siegel sur l’invention de la photographie par Daguerre et Talbot, passionnante anthologie de textes de l’époque aux résonances étonnamment modernes. 

L’Amazonie de Sebastião Salgado

Les photographies de forêt amazonienne de Sebastião Salgado exposées à la Philharmonie de Paris sont sublimes. Trop? L’accrochage et les partis pris posent en tout cas plusieurs problèmes.