La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Into the pool
| 11 Déc 2020
Machines à voir : un rendez-vous mensuel où les artistes ont recours à la poétique et aux ressources techniques de l’image au format vidéo, version française des Máquinas de visión de la revue Campo de Relámpagos.


Into the pool
(1992) de Julien Devaux

 

Le cinéaste Julien Devaux se révolte non sans humour et se jette à l’eau — ou à la piscine de l’art —, après une longue expérience « derrière la caméra », au service de divers artistes qui vont de Melanie Smith à Francis Alÿs, entre autres. Pour ce faire, l’un des premiers gestes — ou mise en danger — du cinéaste a été de se placer devant une caméra fixe où l’image, telle une composition picturale, encadre l’action. Qui, s’agissant de Into the pool, imite l’une des promenades au bord des canaux d’Amsterdam du mythique artiste néerlandais Bas Jan Ader. Il est important de signaler que toutes les actions qui composent les œuvres de Devaux se réfèrent, sans aucune forme d’artifice et avec une bonne dose de malice, à une histoire de l’art.

 

** Publication originale le 29 juillet 2017 dans la section Máquinas de visión de la revue en ligne Campo de Relámpagos.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Vostok

“Vostok” de Leticia Ramos explore les profondeurs du plus grand lac sub-glaciaire de l’Antarctique, à cinq cents mètres en dessous du niveau de la mer. Vérité documentaire ou illusion d’optique?

Masters of Sex

Nous sommes à la fin des années 1950, Bill Masters est un gynécologue obstétricien connu pour ses travaux sur la fertilité, et applaudi par la bonne société qui lui doit quelques bébés. Virginia Johnson est une borderline sociale très à l’aise avec sa sexualité et son indépendance économique et affective…

All My Life

Bruce Baillie est l’un des pionniers du cinéma d’avant-garde tourné sur la côte ouest des États-Unis à la fin des années soixante. Ce court-métrage de 1966 fait correspondre en un plan-séquence la voix d’Ella Fitzgerald et la lumière d’été sur la côte californienne.

The Naked Director

Pop objets par excellence, les séries s’emparent de la représentation des sexualités et des corps, thématiques ô combien contemporaines. Retour sur cinq propositions aux angles variés. Et pour commencer : The Naked Director.