La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Machines à voir
par  

Dédiée à la critique et à l’analyse des création culturelles en Espagne, en Amérique latine et au-delà, la publication en ligne Campo de relámpagos (Champ d’éclairs) a commencé à paraître en avril 2016. Son objectif était de susciter la production de textes critiques sur l’art contemporain mais aussi d’inventer, en étroite collaboration avec les artistes, chercheurs et écrivains, un espace de pensée sur les manifestations symboliques de notre temps.

La revue est divisée en deux sections : Crítica & reviews, une publication hebdomadaire où l’art est lié à l’écriture, où chaque dimanche un auteur analyse un nouvel objet culturel d’actualité; et Máquinas de visión (Machines à voir), rendez-vous mensuel où les artistes développent leurs réflexions en utilisant principalement la poétique et les ressources techniques de l’image au format vidéo.

Les axes thématiques de la revue sont les rapports entre art et politique, les études culturelles associées aux imaginaires contemporains, les lectures historiques sur l’architecture et l’art public, les études de genre en art, l’anthropologie et la culture visuelle, l’économie de l’art et les rapports avec les institutions.

Nombre des auteurs publiés dans Campo de relámpagos sont de jeunes chercheurs, souvent des femmes. L’égalité des genres et la volonté de faire entendre de nouvelles voix ont inlassablement été au cœur de ce projet. Avec le souci de maintenir un haut niveau de recherche et de réflexion, condition indispensable pour contribuer à bâtir une communauté artistique, mettre en place des outils et agencer des idées pour un débat productif, dans un environnement toujours plus complexe. Et une même exigence: maintenir une politique d’indépendance et de libre distribution de la pensée, et favoriser le travail critique des artistes.

Campo de relámpagos partage désormais ses Machines à voir avec les lecteurs délibéré, qu’elle invite à côtoyer d’autres imaginaires.

Maria Virginia Jaua
directrice et fondatrice de Campo de relámpagos

All My Life

All My Life

Bruce Baillie est l’un des pionniers du cinéma d’avant-garde tourné sur la côte ouest des États-Unis à la fin des années soixante. Ce court-métrage de 1966 fait correspondre en un plan-séquence la voix d’Ella Fitzgerald et la lumière d’été sur la côte californienne.

Exploratory Movement

Exploratory Movement

Comment écrit-on un texte ? Comment imprime-t-on un livre ? Comment apparaissent, disparaissent et réapparaissent les mots ? Comment fait-on attention aux “choses” ? Autant de questions contenues dans Exploratory Movement (2017) de Inma Herrera
Romance

Romance

Des mains féminines repassent une chemise d’homme: Romance de Helen Grace, épouse la durée et le rythme d’un mouvement célèbre de Chostakovitch. Sept minutes simplement vertigineuses.

Prendas corpus

Prendas corpus

Dans Prendas Corpus  du Cubain Jeosviel Abstengo, petit chef d’œuvre de violence froide, plusieurs personnes cachent des morceaux de viande sous leurs vêtements. Violence clinique, documentaire, dont l’efficacité est inversement proportionnelle à la brièveté du film.
#JWIITMTESDSA?

#JWIITMTESDSA?

Installation, collage, vidéo… #JWIITMTESDSA? est à la fois une référence à un classique de Richard Hamilton et une réflexion sur le statut des images, sur une certaine culture visuelle à l’œuvre dans le monde de l’art contemporain tel qu’Internet et les réseaux sociaux en rendent compte. 
Into the pool

Into the pool

Une piscine, un paysage presque vide avec la mer en ligne de fond. Dans Into the pool, le cinéaste Julien Devaux se jette à l’eau, au propre comme au figuré. Et rend hommage avec humour à l’artiste néerlandais Bas Jan Ader.
Altamura

Altamura

Je ne suis pas en colère contre vous, qui êtes la norme, je suis en colère contre moi, parce que j’ai accepté de venir ici. Et ça ne me fait pas plaisir, en effet. (Jean Genet)
Lights

Lights

Le film de Marie Menken (1909-1970), est un formidable cocktail d’expérimentation, de fantaisie, de fureur et d’enthousiasme graphiques, une écriture luminescente, un poème abstrait conçu à partir d’images de décorations lumineuses de Noël.

Lecture rythmique

Lecture rythmique

Lecture rythmique, de l’artiste vénézuélien Iván Candeo, confronte des images  et un texte a priori sans rapport. Gestuelle de discours politique et recette de cuisine sont seulement unies par le rythme pour créer, avec humour, un troisième langage.

À lire également

Les maquilleurs de mots

Les maquilleurs de mots

Escroc, maquilleur d’autos, contrebandier, cambrioleur : le traducteur ouvre ce qu’on croit hermétiquement fermé, il crochète les langues et les cultures, il met en circulation. Il n’aime pas plus l’idée d’une œuvre achevée que le braqueur un coffre-fort. Son butin, il le refourgue ailleurs. Il prend, il donne, il fait profiter.

Chants de Noël

Chants de Noël

Le toujours imprévisible Vladimir Poutine serait sur le point d’enregistrer des chants de Noël. Il serait accompagné par les Chœurs de l’Armée Rouge.

3 – «Based on a true story»

3 – «Based on a true story»

Nombre de séries de fiction sont basées sur des faits réels. Sont-elles pour autant plus faciles à concevoir? Oui et non.

(Ne pas) Voir la guerre en peinture avec Vassili Verechtchaguine (1842–1904)

(Ne pas) Voir la guerre en peinture avec Vassili Verechtchaguine (1842–1904)

Vétéran de l’armée des tsars, le peintre Vassili Verechtchaguine, né en 1842 à Tcherepovets dans le Nord de la Russie européenne, a participé pendant les années 1860 à la brutale et douloureuse conquête coloniale du Turkestan par la Russie. Il avait été invité à se joindre aux troupes impériales en tant que peintre officiel…

Érato

Érato

par un jeu de mots qu’elle savait qu’on trouverait facile et peut-être même de mauvais goût, indigne en somme d’une poétesse, mais qui exprimait selon elle parfaitement, c’est-à-dire dans une forme imagée, précise et économique comme un proverbe, un dicton, une épitaphe, la manière singulière dont elle s’abandonnait à l’inspiration, elle disait…

Un chien redondant

Un chien redondant

[Ex Machina #19] Si un concept vous gêne, vous n’avez qu’à vous en débarrasser. Supprimez donc le chien. Ou alors l’animal, si ça revient au même. D’ailleurs pour ce qui me concerne vous pourriez supprimer tous les chnops d’un coup, ça ferait des vacances aux autres concepts.