Mercier et Camier

“2017, Année terrible” : chaque semaine, une petite phrase de la campagne des présidentielles passe sous l’hugoscope. Car en France, lorsqu’il n’y a plus rien, il reste Victor Hugo.

La rencontre de Mélenchon et Hamon, je peux la raconter si je veux, car j’étais avec eux tout le temps. C’était vendredi dernier au Moai Bleu, un restaurant chilien de la rue de Ménilmontant. J’étais au premier étage pour le dîner mensuel du Club Victor Hugo du XXe arrondissement (nous discutons surtout de politique, en fait), lorsque tout à coup nous avons vu un type avec une écharpe rouge s’asseoir à la table à côté. C’était Jean-Luc. Il a tout de suite demandé au patron s’il y avait de la salade de quinoa. L’autre a dit que non, mais qu’ils avaient des empanadas au fromage qui étaient très très bonnes. Et du saucisson ? a fait Mélenchon. On n’en a pas non plus, a répondu le patron, mais je vous conseille l’arrollado de huaso, c’est du rôti de porc très bon.

Mélenchon était un peu grognon. Il ne s’est pas levé quand Hamon est entré. Il ne l’a même pas regardé. Benoît s’est assis en face de lui en disant : Très bien, et toi ? Jean-Luc a fait ahah, et il a dit qu’il leur avait commandé pour tous les deux un arrollado de huaso, tu verras c’est très bon. Benoît a demandé : c’est quoi un moai bleu ? Jean-Luc : une fleur des tropiques, je crois. Le patron a rectifié : ah non, un moai, c’est une statue de l’île de Pâques, la plupart sont sculptées dans du tuf issu de la carrière de Rano Raraku, mais quelques-unes sont faites de roches volcaniques et… OK, ça va, a fait Mélenchon, on peut commander ? Mais je croyais que tu l’avais déjà fait, a dit Hamon.

Après, il y a eu à peu près le dialogue suivant. Bon, Benoît, il s’agit maintenant d’aller de l’avant. Je veux bien, Jean-Luc, mais ça va nous mener où ? Ah tu vois, tout de suite tu fais des problèmes, Benoît, je ne sais pas si ce dîner était une bonne idée dans le fond. Non non, moi aussi je veux aller de l’avant, a dit Hamon, mais commençons par définir les termes ; au congrès d’Epinay en 1971, quand Jean Poperen a défendu la motion M, il a… Mais on s’en fout Benoît, a coupé Mélenchon, ça c’était avant. Ben voilà, a fait Hamon, on a déjà défini un des termes.

Quand le patron est arrivé avec une bouteille de Casillero del Diablo en annonçant compliment de la maison !, les deux autres l’ont regardé avec un drôle d’air, et il est reparti illico. Il l’a même pas débouchée cet idiot, a fait Mélenchon. Pardon, tu disais, Benoît ? Je parlais, Jean-Luc, des millions d’électeurs qui ont voté pour moi à la primaire, je crois qu’ils méritent que… Alors un serveur est arrivé avec le rôti de porc, et Mélenchon a dit : je ne m’attendais vraiment pas à ça, dis donc. Je croyais que tu connaissais, a fait Hamon.

Epinay, Poperen, la motion machin, mais on s’en contrefout ! a poursuivi Jean-Luc. Et Benoît a répondu : c’était la motion « Pour un puissant Parti Socialiste orienté à gauche », tu vois où je veux en venir ? Jean-Luc a rétorqué : oh mais c’est beaucoup trop tard pour ça, camarade, on est à soixante jours du premier tour, j’ai un programme, je te rappelle que je l’ai bouclé en novembre. Qui pourrait croire à un accord de coin de table sur des sujets comme l’avenir de l’Union européenne, hein ? Il s’agit quand même de se préparer à gouverner un grand pays, pas de bricoler un arrangement personnel ! Si tu veux recoller les morceaux du PS, il faudra d’abord que tu purges le bilan du quinquennat. Et il y a du boulot ! Et c’est quoi cet accord à la con avec Jadot ? Et la mère Duflot parachutée dans la 6e circo, non mais on croit rêver ! Le patron est finalement revenu avec un tire-bouchon.

Donc tu seras candidat ? a fait Hamon. Ben oui, a répondu Mélenchon, toi aussi non ? Oui mais moi ça ne sera pas pareil, a dit le premier. Moi non plus, a fait le second. Bon, on est au moins d’accord sur ça, se sont dit le premier et le second. Du coup, l’ambiance s’est nettement détendue.

C’est alors qu’à notre table, Jean-Phi s’est levé et s’est mis à réciter le poème de Hugo qui s’appelle Unité.

Par-dessus l’horizon aux collines brunies,
Le soleil, cette fleur des splendeurs infinies,
Se penchait sur la terre à l’heure du couchant.

C’est très beau, a dit Mélenchon qui connaît bien son Hugo.
Jean-Phi a continué :

Une humble marguerite, éclose au bord d’un champ,
Sur un mur gris, croulant parmi l’avoine folle,
Blanche épanouissait sa candide auréole ;

C’est excellent, a dit Hamon à tout hasard.
Jean-Phi a terminé :

Et la petite fleur, par-dessus le vieux mur,
Regardait fixement, dans l’éternel azur,
Le grand astre épanchant sa lumière immortelle.
« Et, moi, j’ai des rayons aussi ! » lui disait-elle.

Édouard Launet
2017, Année terrible

(Avec l’aimable concours du personnel du Moai Bleu, de Samuel Beckett et de son Mercier et Camier.)