La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Nathalie Peyrebonne
Enseigne la littérature espagnole classique à la Sorbonne Nouvelle, écrit des romans (Rêve général, La Silhouette, c’est peu, Votre commande a bien été expédiée), lit beaucoup, du neuf comme du vieux.
No no boy de John Okada

No no boy de John Okada

Dans le roman de John Okada, les bars comme les rues sont des terrains minés où la couleur de la peau et l’appartenance plus ou moins pure à telle ou telle communauté peuvent conduire en enfer.
Fin de saison de Thomas Vinau

Fin de saison de Thomas Vinau

C’est l’histoire d’un looser vaguement survivaliste coincé dans sa cave avec son chien et son lapin. Il paraît qu’il y a “des années avec et des années sans”. En 2020, on ne peut que souscrire…
Les singes rouges de Philippe Annocque

Les singes rouges de Philippe Annocque

C’est une tentative d’attraper des images, des sensations, des bouts de vécu, des odeurs, parce que ça passe si vite, l’enfance : Les singes rouges de Philippe Annocque (Quidam éditeur).
Au bal des absents de Catherine Dufour

Au bal des absents de Catherine Dufour

Dix bonnes ou mauvaises raisons de lire ce roman revigorant et drôle où une héroïne qui n’a plus grand-chose à perdre livre un combat acharné contre des spectres terrifiants armés de cidre empoisonné…
Mauvaise graine

Mauvaise graine

C’est l’histoire d’une femme dont le mari est mort et qui, pas mal de temps après, se retrouve enceinte, quand sa vie ne va, disons, nulle part. Une histoire à la fois hyperréaliste et totalement invraisemblable.
Aux dépossédés de l’open space

Aux dépossédés de l’open space

Conseil de lecture à qui n’est pas écrasé par le travail, envisage même la possibilité que l’autre puisse ne pas l’être, ratant ainsi la marche de la crédibilité professionnelle… un livre de Fanny Lederlin.
Ceci n’est pas un calendrier de l’avent

Ceci n’est pas un calendrier de l’avent

En 1582, le ciel ayant pris de l’avance sur la terre, on passa sans transition du 4 au 15 octobre. Dans son dernier livre, Didier Da Silva parle de ces 11 jours qui n’ont jamais existé.
Geneviève Brisac s’obstine

Geneviève Brisac s’obstine

Il y a dix-sept ans, Geneviève Brisac publiait La Marche du cavalier, pour « faire entendre plus haut, plus fort, et mieux, les voix d’écrivaines, mes aînées ». Aujourd’hui, elle reprend l’ouvrage. Sisyphe est une femme vient de sortir aux éditions de l’Olivier.
La Crête des damnés pour les pseudo-néo-punks

La Crête des damnés pour les pseudo-néo-punks

Les punks sont de retour. Si, si. Mais désormais sans repères (No future ou Yes future ?), ils errent, bardés d’épingles à nourrice et de doutes existentiels. Nous leur prescrivons La Crête des damnés, de Jo Meno.
À la ligne. Feuillets d’usine de Joseph Ponthus pour le MEDEF

À la ligne. Feuillets d’usine de Joseph Ponthus pour le MEDEF

Le Medef veut « Attribuer automatiquement un numéro Siret à chaque jeune Français pour son 16e anniversaire ». Très bien. Un retour à la réalité s’impose pour ces pragmatiques auto-proclamés, et ce sera par la lecture de À la ligne. Feuillets d’usine de Joseph Ponthus (La Table Ronde). L’auteur raconte son histoire. Celle d’un gars qui a fait des études littéraires, a commencé à travailler dans le social puis a tout quitté pour suivre celle qu’il aime, en Bretagne. Et, parce qu’il faut bien bosser, il se retrouve à l’usine, ouvrier intérimaire. Et c’est cela qu’il raconte, la réalité de la vie dans une usine de poissons (crevettes, bulots…) ou dans un abattoir. Pour rapporter un peu de sous… (Lire l’article)

Les mots face au désastre

Les mots face au désastre

« … ici on trompe la mort, on la sait inévitable, on parle depuis elle, on parle déjà mort, mais depuis trois-quatre mille ans qu’on sait l’extinction inévitable, on sait aussi la tromper, on sait lui faire face, on sait la déjouer, c’est presque devenu instinctif : on reforme des liens perdus ou imaginaires, on se met à plusieurs, comme alors et comme aujourd’hui, et on se raconte des histoires. » Trompe-la-Mort de Lionel Ruffel, est paru chez Verdier. (Lire le guide)

Manifesto de Léonor de Récondo pour les “acteurs” (vous, moi, etc.)

Manifesto de Léonor de Récondo pour les “acteurs” (vous, moi, etc.)

Soyons sérieux. Ou soyons fous. Lisons. Manifesto, de Léonor de Récondo (publié chez Sabine Wespieser). Pour redonner du sens, se rappeler que l’on peut vivre pour de vrai. Et mourir, aussi. Et que la vie n’est pas « qu’un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien », comme certains discours pourraient le suggérer. Oui, certaines lectures sont comme un remède à l’inconsistance… (Lire l’article)

Le tueur et le rabbin

Le tueur et le rabbin

Un bon rabbin, de Manuel Benguigui, une histoire aux allures de fable qui pose, mine de rien, la question du bien et du mal, en un conte à la fois moderne et désuet. (Lire le guide)

Retour à Stockholm

Retour à Stockholm

Livres, films, séries, expos, archi, design, théâtre, danse… Chaque semaine, les choix de délibéré. Cette semaine, Stockolm 73, le reportage haletant du journaliste Daniel Lang sur un événement célèbre, mêlant récit factuel et témoignages des ravisseurs, des policiers, des psychiatres et des otages. (Lire le guide)

Mayra Santos-Febres pour les sorcières

Mayra Santos-Febres pour les sorcières

L’époque marque le grand retour des sorcières. Elles sont partout, aux États-Unis comme en France, sur la scène politique, sociale et littéraire. Mais leur récent retour en force ne leur épargne pas certains tourments. Elles souffrent en effet d’un dramatique problème de discontinuité. Pour elles, donc, le Dr P. prescrit cette semaine La Maîtresse de Carlos Gardel de Mayra Santos-Febres, paru chez Zulma, traduit de l’espagnol (Porto Rico) par François-Michel Durazzo. (Lire l’article)

La Stratégie de l’émotion, d’Anne-Cécile Robert, pour les grenouilles

La Stratégie de l’émotion, d’Anne-Cécile Robert, pour les grenouilles

« Il en est de la démocratie comme des grenouilles. Une grenouille jetée dans une bassine d’eau bouillante s’en extrait d’un bond ; la même, placée dans un bain d’eau froide sous lequel le feu couve, se laisse cuire insensiblement.» écrit Cécile Robert dans La Stratégie de l’émotion (Lux Éditeur, 2018). Alors gare à vous, amis batraciens, il va falloir bondir! (Lire l’article)

Le prix de Monte-Cristo

Le prix de Monte-Cristo

Les prix se suivent et se succèdent mais, parfois, ils peuvent être différents. C’est le cas du nouveau prix Monte-Cristo, sélection littéraire de Fleury-Mérogis.

Comment ça, tout va bien ? (Antonio Altarriba & Keko : Moi, fou)

Comment ça, tout va bien ? (Antonio Altarriba & Keko : Moi, fou)

“Comment ça, vous allez bien ?” Quand les patients dérapent… À lire alors d’urgence : Moi, fou d’Antonio Altarriba et Keko (traduction Alexandra Carrasco), en noir (et blanc), chez Denoël Graphic. C’est l’histoire d’Angel Molinos, docteur en psychologie et écrivain raté, qui travaille pour un centre de recherches affilié à un labo pharmacologique spécialisé dans les maladies mentales. Le centre de recherche travaille à identifier, ou plutôt à créer, de nouveaux profils “pathologisables”, qui, bien sûr, pourraient être traités avec les médicaments produits par le labo. (Lire l’article)

Horoscope littéraire de la rentrée

Horoscope littéraire de la rentrée

En cette rentrée 2018, la revue délibéré et le service de médecine littéraire qu’elle héberge ont décidé de fournir aux lecteurs exigeants un horoscope digne de ce nom, un horoscope littéraire pour commencer d’un pied serein et assuré l’année, des livres plein les poches. Douze signes astrologiques, douze livres recommandés, tous choisis au sein de la pléthorique rentrée littéraire 2018. Car il ne s’agit pas de lire n’importe quoi, il s’agit de lire ce qui vous convient : le capricorne n’a pas les mêmes besoins de lecture que le lion, le sagittaire que la balance, cela tombe sous le sens mais cela, trop souvent, on l’oublie. (Lire l’horoscope complet)

Wislawa Szymborska, pour les vivants et pour les autres

Wislawa Szymborska, pour les vivants et pour les autres

Où le service de médecine littéraire, jour après jour, se dote d’un support théorique important ; où, après des débuts tâtonnants et expérimentaux, il commence à se doter d’un arsenal thérapeutique plus étayé. Bref, nous avançons. L’ordonnance littéraire de la semaine : De la mort sans exagérer, poèmes écrits par Wislawa Szymborska, préfacés et traduits du polonais par Piotr Kaminski, parus chez Gallimard. (Lire l’article)

La Révolution végétale pour les jours d’après : “tous des lichens ?”

La Révolution végétale pour les jours d’après : “tous des lichens ?”

Sommes-nous tous des lichens ? Des peupliers faux-trembles ? Des pissenlits ? La réponse dans la revue Critique, dont le numéro du mois de mars 2018 est joliment intitulé : “Révolution végétale”. Car, cette semaine, le Dr Peyrebonne vous recommande de lire, certes, mais surtout de lire vert. Si, un matin, vous vous réveillez en un endroit qui vous paraît inhospitalier (la France d’aujourd’hui par exemple) et que vous avez du vague à l’âme, n’oubliez pas : les plantes sont là, à portée de main et d’arrosoir, qui, peut-être, un jour, allez savoir, pourraient vous sauver la vie. (Lire l’article)

Seyhmus Dagtekin pour les commentateurs du Figaro

Seyhmus Dagtekin pour les commentateurs du Figaro

Nous avons un texte de Seyhmus Dagtekin qui dit « la poésie est cette utopie, cet entêtement à ne pas se résigner devant l’injustice, à ne pas abdiquer face au pouvoir. Dire qu’une autre manière de vivre doit être possible, qu’un autre façon d’exister ensemble doit être possible ». On va le lire et le relire. Ça prendra un peu de temps. Mais nous sortirons de l’abîme. (Lire l’article)

Jérôme Baschet pour un gouvernement victime d’hyperactivisme frénétique et d’étouffement présentiste

Jérôme Baschet pour un gouvernement victime d’hyperactivisme frénétique et d’étouffement présentiste

Parce qu’une “sortie du présentisme” est possible, parce que “sortir du présentisme, c’est aussi et avant tout rouvrir le futur”, nous recommandons l’ingurgitation par tous les adhérents à La République en Marche ainsi qu’à ceux qui, d’une façon ou d’une autre, s’y sont frottés, l’ingestion complète de l’ouvrage de Jérôme Baschet, Défaire la tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits, qui, nous l’espérons, pourra percer une brèche, fût-elle modeste, fût-elle lointaine, dans notre avenir un peu bouché. (Lire l’article)

Éparse pour Nadine Morano

Éparse pour Nadine Morano

En ce début d’année 2018, le service de médecine littéraire rouvre ses portes après quelques mois d’inactivité, et force est de constater que le cas de celle qui a été notre première patiente est loin d’être réglé. Morano, c’est du lourd, de l’épais, du sérieux. N’empêche, nous n’avons pas vocation à ne soigner que les petits bobos, la médecine de confort n’est pas forcément à dénigrer mais les pathologies lourdes exigent toute notre attention. Nous avons donc décidé de reprendre le cas de cette patiente bien connue de nos lecteurs. (Lire l’article)

Matricule 155

Matricule 155

On peut donc vivre dans une prison qui est elle-même dans une autre prison, elle-même enfermée ? Combien de fois peut-on donc être emprisonné ?” Matricule 155, Simon Radowitzky d’Agustín Comotto (dessin et scénario), c’est l’histoire superbement racontée et dessinée d’un “anarchiste juif amoché et perdu au fin fond du monde”. (Lire l’article)

“Transformons le monde en un jeu vidéo” : la politique du fun

“Transformons le monde en un jeu vidéo” : la politique du fun

Du pain (un peu), du cirque (beaucoup), la recette est vieille comme le monde. Jouez, mais jouez donc, l’injonction ne date pas d’hier. Elle est simplement mise au goût du jour. La politique du fun, vous connaissez ? Lisez donc Philosophie du jeu vidéo (éditions La Découverte), ouvrage passionnant de Mathieu Triclot, qui vient de sortir en poche. (Lire l’article)

L’homme de miel

L’homme de miel

 L’Homme de miel, d’Olivier Martinelli (Christophe Lucquin éditeur) : un journal de bord qui se lit avec bonheur, celui d’un héros banal et déterminé qui, tranquillement, écrit, malgré la “tuile” qui lui est tombée dessus, parce que lui aussi a pris sa décision, celle de continuer : “Je courais avec ma tempête intime au cœur de mes os. Et j’avais pleine confiance”. (Lire l’article)

Jérusalem

Jérusalem

Prenez une ville importante, un seul quartier dans cette même ville, ajoutez-y l’imagination débridée du fameux scénariste des BD cultes Watchmen, V pour Vendetta ou From hell, et vous obtiendrez un roman fleuve, un roman torrentiel, un roman bouillonnant, un monstre (1266 pages, 1,150 kg sur ma balance de cuisine) : Jérusalem, d’Alan Moore, traduit par Claro et publié aux éditions Inculte. (Lire l’article)

Une dose de douleur nécessaire

Une dose de douleur nécessaire

Le monde est devenu fou. Chaque soir, chez moi, j’entends ma voisine pleurer. Ses sanglots n’ont aucun mal à passer à travers la fine cloison qui sépare nos deux appartements. Chaque matin, je la croise en partant, et elle est fraîche et souriante et blonde et énergique. Mais chaque soir, elle pleure. Hier soir, je lisais. Je tournais les pages, et ma voisine pleurait. Je devrais avoir honte de le dire voire de le penser, mais les pleurs de ma voisine s’accordaient magnifiquement avec ma lecture, Une dose de douleur nécessaire de Victoire de Changy. (Lire l’article)

Encore vivant

Encore vivant

Le monde est devenu fou. Mon voisin l’est aussi, un peu, je crois. Je le croise parfois dans l’escalier, à peu près nu, en maillot de bain. Le gars déconcertant. Mon voisin est sans doute un peu fêlé, mais il est aussi très intelligent et très savant. L’autre jour, il s’est laissé un peu déborder. Il a tout cassé dans le Franprix du coin. Une histoire bête de clope qu’il fallait éteindre, de parole un peu brusque, peut-être. Depuis, il est interné. Et il me manque. Alors le bonheur, l’autre jour, de tomber sur un livre magnifique : Encore vivant, de Pierre Souchon, aux éditions du Rouergue. (Lire l’article)

Éric Vuillard pour les enragés du réel

Éric Vuillard pour les enragés du réel

L’époque est pragmatique. On aime aujourd’hui plus que tout l’efficacité pratique, on veut que les choses soient d’une utilité palpable et évidente. C’est pourquoi on a tendance à vouloir mettre au rancard ce qu’autrefois on arborait fièrement dès qu’on le pouvait : les idées, les théories. Qui maintenant sont perçues comme des pertes de temps : c’est avec le réel qu’il faut interagir, le bon gros réel, celui qui abrite les vrais gens. Le dernier ouvrage d’Éric Vuillard pourrait permettre à certains de ces de ces enragés du réel de retrouver le chemin de la fiction, de ses fulgurances, de ses beautés, de ses vérités cachées sous la surface des faits. (Lire l’article)

David Grann pour la France caméléonique

David Grann pour la France caméléonique

La dernière mode, la toute dernière tendance ? Le caméléon. Vous vous sentez prêt ? Pas tout à fait ? Il y a encore en vous quelques petites rigidités qui pourraient vous causer grand tort en cette nouvelle France du changement perpétuel ? Alors il va falloir lire. Un tout petit livre qui tient dans la poche de n’importe quelle veste, retournée ou pas : Le caméléon, de David Grann. (Lire l’article)

Fin de campagne électorale : du couvent au bordel

Fin de campagne électorale : du couvent au bordel

La campagne des présidentielles est terminée. Elle vous a mis à l’épreuve et, désormais, vous le savez: vous êtes pauvre en jurons. C’est à pleurer, comme si tout le reste ne suffisait pas, voilà que cette fichue période vous a mis le nez devant ce que vous refusiez jusqu’à présent de reconnaître : votre indigence affligeante en terme de grossièretés. Jetez-vous donc, avant les législatives, sur l’ouvrage de Claudine Brécourt-Villars : Du couvent au bordel, mots du joli monde (La Table Ronde). (Lire l’article)

David Mitchell pour les patients en fin de campagne électorale

David Mitchell pour les patients en fin de campagne électorale

Le 7 mai 2017, ce sera la fin, enfin, d’une interminable campagne électorale qui n’aura, au bout du compte, accouché que d’une jeune souris en marche et aux dents longues. Notre service de médecine littéraire vous accompagne pour vous aider à passer au mieux ce tout dernier cap. C’est un très gros livre écrit par un Anglais, David Mitchell, mais l’aspect massif du traitement ne doit pas vous effrayer. Vous l’entamerez le 7 mai au réveil : au lit, c’est une journée où toute activité dynamique et constructive est à proscrire. (Lire l’article)

Emmanuel Adely pour ceux qui perdent le fil (financier)

Emmanuel Adely pour ceux qui perdent le fil (financier)

Si certains sont affligés d’une phobie administrative, d’autres peuvent bien avoir à se coltiner une phobie pécuniaire. Nous leur recommandons donc, en cette période où les jours rallongent et où donc des ouvrages plus longs peuvent être plus facilement prescrits, le livre imposant d’Emmanuel Adely, Je paie, publié aux éditions Inculte. (Lire l’article)

Mark Twain, pour ceux que ça ne fait plus rire

Mark Twain, pour ceux que ça ne fait plus rire

Moi candidat de Mark Twain : « Je me recommande comme quelqu’un de sûr – quelqu’un qui, partant sur les bases d’une complète dépravation, s’engage à rester monstrueux jusqu’au bout. » Enfin un candidat qui avance à visage découvert et ne nous enlève pas l’envie de rire ! (Lire l’article)

Philippe Annocque parce que, quand on voit ce que l’on voit et que l’on entend ce que l’on entend…

Philippe Annocque parce que, quand on voit ce que l’on voit et que l’on entend ce que l’on entend…

Il est des époques troublées où les faits, même proches, même filmés, même prouvés, se dérobent. On l’on peut dire blanc puis noir puis blanc puis noir, et même blanc et noir simultanément sans avoir le sentiment de tromper qui que ce soit. Des époques où l’on peut regarder la pluie tomber en affirmant que le soleil brille, parce que chacun peut avoir sa propre opinion, n’est-ce pas, on est des hommes et des femmes libres, hein, alors, voilà, le soleil brille. Au milieu de tout cela, sort le dernier roman de Philippe Annocque, Élise et Lise, drôle de conte de fées sans fée. Éclairant. (Lire l’article)

Jean-Pierre Martin pour Pauline Camille

Jean-Pierre Martin pour Pauline Camille

La honte est, selon Jean-Pierre Martin, l’un des grands ressorts de la littérature. À l’heure où les Américains se jettent sur 1984 de Georges Orwell pour essayer de cerner au mieux les agissements de leur président et ses fameux “faits alternatifs” ; à l’heure où en France la saga Fillon compte plus de rebondissements et de révélations dantesques que la plus audacieuse des séries américaines ; à l’heure, donc, où la réalité semble avoir clairement dépassé la fiction, il est plus que jamais nécessaire de chercher dans la littérature ce que la réalité veut dire. (Lire l’article)

Hassan Blasim, pour celui qui dort dans un œuf

Hassan Blasim, pour celui qui dort dans un œuf

Quel livre emporteriez-vous pour aller passer une semaine dans un oeuf ? L’ordonnance littéraire de la semaine s’attaque à cette question et prescrit Cadavre expo de Hassan Blasim : de l’art brutal, en prise directe avec les horreurs du monde, la guerre, les ruines, la mort, la violence. (Lire l’article)

Cyrano de Bergerac pour nos responsables politiques au verbe bas

Cyrano de Bergerac pour nos responsables politiques au verbe bas

L’insulte en politique est une arme banale mais redoutable. La manier avec habileté et brio permet dans bien des cas de prendre l’avantage, de pousser l’adversaire à la faute, de porter l’estocade. Chères et chers compatriotes, n’allons pas jusqu’à exiger l’usage de l’alexandrin dans le débat politique, mais demandons au moins à nos candidats un peu d’agilité verbale. Un peu d’esprit (cyranesque), aussi. (Lire l’article)

Éric Pessan pour faire face aux roses bleues

Éric Pessan pour faire face aux roses bleues

Le nouveau logo de campagne du FN pour 2017 est une rose bleue. Dépourvue d’épines, cela va sans dire. Le dernier roman d’Eric Pessan, La Nuit du second tour, met en scène l’errance de deux personnages lors d’une nuit décisive, celle du second tour des élections présidentielles en France. Une nuit bourrée d’épines. (Lire l’article)

Pierre Bayard pour les instituts de sondage

Pierre Bayard pour les instituts de sondage

Sondeurs, sondeuses, pythies aux augures sans cesse défaits, devins aux présages incertains, prophètes moqués et stigmatisés, oracles aberrants : vous vous sentez déprimés, rejetés, diminués ? Lisez donc Pierre Bayard. Les romanciers, explique-t-il dans Le Titanic fera naufrage, ont en effet un accès privilégié à des évènements qui ne se sont pas encore produits”. Contrairement aux dirigeants politiques et aux responsables d’instituts de sondages à travers le monde, qui, eux, se gardent bien de tirer parti de la capacité annonciatrice de la littérature”. (Lire l’article)

Marcus Malte pour la France vieillissante

Marcus Malte pour la France vieillissante

La primaire de la droite, c’est fini mais ce n’est que le début. Le spectacle d’une France vieillissante, conservatrice, apeurée et fermée nous a bien occupés, mais elle nous occupera de nouveau bien souvent à l’avenir, n’en doutons pas. Le France se fait vieille. C’est un fait, écrit Marcus Malte dans son dernier roman, Le garçon (Zulma), le monde se fait chaque jour un peu plus vieux”. Il y raconte l’histoire d’un drôle de gamin qui, un beau jour, surgit des bois. On est en 1908. Il ignore tout du reste du monde et cela est réciproque ». De nos jours le gars qui débarquerait ainsi de nulle part serait vite étiqueté : ce serait un migrant”. (Lire l’article)

Jean Tardieu pour mon banquier

Jean Tardieu pour mon banquier

La “gamification”, vous connaissez ? Ce concept à la mode dans les entreprises, les universités ou la communication gouvernementale est une version modernisée du pain et du cirque, avec peu de pain et beaucoup de cirque. Concrètement, on applique au citoyen, au client, au collaborateur – disons au “peuple” – des méthodes qui sont celles que l’on utilise par ailleurs avec les enfants de maternelle : des activités incessantes encadrées par des consignes régulièrement répétées, très simples et très claires, de la pédagogie, le tout sous une forme qui doit toujours être ludique. Illustration à partir des techniques bancaires actuelles, et avec Jean Tardieu. (Lire l’article)

François Garde, pour ceux qui se lèvent, à Sarcelles ou même ailleurs

François Garde, pour ceux qui se lèvent, à Sarcelles ou même ailleurs

La haine, la peur, le rejet. Face à cela, des jeunes de Sarcelles ont décidé, à leur échelle, de réagir, avec courage et générosité. Ils ont vu les images de ces gens jetés sur les trottoirs parisiens, en plein XXIème siècle, affamés, bousculés, ignorés. Ils ont donné un peu de leur poche et ils se sont mis à cuisiner. Cent cinquante repas et sandwiches. Qu’ils sont allés distribués à Stalingrad et à Porte de la Chapelle. Avant de lancer un “défi” aux autres quartiers de banlieue pour qu’ils fassent de même. Ils se sont levés, comme le protagoniste du dernier roman de François Garde, L’Effroi. Et comme ceux qui les imiteront. (Lire l’article)

Alexandre Seurat pour le gouvernement polonais

Alexandre Seurat pour le gouvernement polonais

En Pologne, pays membre de l’Union européenne, les femmes ont failli ne plus avoir du tout le droit d’avorter. Même en cas de viol ou d’inceste. Quand l’avortement était déjà (et demeure) très sévèrement limité dans le pays. Et le gouvernement ultraconservateur du parti Droit et Justice, en place depuis l’automne 2015, a par ailleurs bien d’autres projets tout aussi réjouissants. Le gouvernement polonais veut préserver la dignité” du peuple polonais ? Alexandre Seurat, dans L’administrateur provisoire, lui répond avec une précision troublante. (Lire l’article)

Gilles Marchand pour François Hollande (oui, encore)

Gilles Marchand pour François Hollande (oui, encore)

François Hollande défend le social-libéralisme parce que, voyez-vous, “c’est le libéralisme sans la brutalité”. Voilà qui rappelle vaguement ce qui se dit de l’édulcorant (le goût du sucre sans les calories), les plats allégés (le plaisir sans les kilos), les régimes miracles (la perte de poids sans les privations)… Notre Président en campagne s’arrange encore une fois pour passer à côté de la réalité et même des rêves. Qu’il lise donc le roman de Gilles Marchand, Une bouche sans personne. On ne sait jamais, il pourrait en tirer quelque chose sur le sens et la valeur des rêves, des espoirs et de la façon de contrer certaines réalités douloureuses. (Lire l’article)

Mario Benedetti pour les crédules

Mario Benedetti pour les crédules

Dimanche 4 septembre 2016 : Mère Teresa est déclarée sainte par le Pape. Magnifique ? Scandaleux ? Le premier roman de l’écrivain uruguayen Mario Benedetti, enfin traduit en français, s’intitule justement Qui de nous peut juger. Car toute vérité est relative, certes, mais gare tout de même à ceux qui n’essaient pas de la regarder en face. Chacun ses saints, chacun ses traîtres. À chacun, bien sûr, de choisir son camp, à moins de vouloir se retrouver, comme Miguel, l’un des personnages du roman,cocu à une seule corne”… (Lire l’article)

Véronique Ovaldé pour les nostalgiques de la fin de l’été

Véronique Ovaldé pour les nostalgiques de la fin de l’été

La fin de l’été est propice à la nostalgie. Il est essentiel alors pour tout un chacun de mettre au point “des stratégies performantes pour éloigner la tristesse”. Parmi celles-ci, je recommande la lecture du dernier roman de Véronique Ovaldé, Soyez imprudents les enfants. Lisez Véronique Ovaldé, dès les premiers jours de rentrée, et avant même que les premiers symptômes de mélancolie post-été ne se fassent sentir, laissez-vous embarquer dans ses itinéraires tortueux et souvent réjouissants. Plongez dans ces mots-là, ils vous feront digérer bien mieux tous les autres. (Lire l’article)

Sous la vague pour Bernard Arnault

Sous la vague pour Bernard Arnault

Tout ne va pas pour le mieux dans le royaume de Bernard Arnault car, c’est officiel, l’homme n’est plus le plus riche de France. De quoi envisager une sévère déprime pour celui qui, en 2014, gagnait 1 million d’euros par heure. Bon moment, sans doute, pour se mettre à la lecture : les éditions du Rouergue publient en ce mois d’août un roman d’Anne Percin, Sous la vague, dans lequel un milliardaire, Bertrand Berger-Lafitte, héritier et directeur des cognacs du même nom, s’en tape une, de déprime. (Lire l’article)

Rachel Elliott pour Christine Boutin

Rachel Elliott pour Christine Boutin

Christine Boutin twitte beaucoup. Trop. Madame Boutin, il va falloir penser à lâcher votre téléphone, à réfléchir un peu avant avant de réagir à tout et à n’importe quoi tout le temps. Prenez du recul. Passez donc à la lecture, la lecture de livres. Aérez-vous l’esprit, lisez un roman, comme celui de Rachel Elliott, paru récemment en France, Murmures dans un mégaphone (Rivages, traduit par Mathilde Bach). C’est un roman anglais : les personnages boivent, avec application et constance, du thé, beaucoup de thé, à tout âge et à tout moment de la journée. Et ils passent leur vie les yeux rivés sur leur portable. (Lire l’article)

Machiavel pour les neutres

Machiavel pour les neutres

Facebook a récemment fait une annonce surprenante : ses employés vont devoir suivre des cours de “neutralité politique”. Parce qu’aujourd’hui, il est de mauvais ton d’être engagé. La respectabilité implique la neutralité, l’objectivité, réelles ou supposées. Ainsi, le gouvernement n’a plus vraiment d’idées politiques, il est “pragmatique”, il est neutre, comme le Medef, que Pierre Gattaz veut “apolitique”, ou le mouvement lancé par Emmanuel Macron, “pas à droite, pas à gauche”. Ceux qui dirigent, de plus en plus, déclarent être indépendants, impartiaux, sans engagements, ils aiment tout le monde et leur cœur ne penche ni vers les uns, ni vers les autres. Promis, juré. À tous les apôtres de la neutralité politique, et aux dirigeants de Facebook en particulier, je recommande fermement la lecture du Prince de Machiavel…  (Lire l’article)

Seyhmus Dagtekin pour les faiseurs de chiffres

Seyhmus Dagtekin pour les faiseurs de chiffres

La pandémie sévit depuis des années. Les journalistes traduisent notre monde en calculs, montants, tableaux, pourcentages, camemberts ou diagrammes. Qu’ils nous disent donc combien de chiffres ils nous obligent à avaler chaque jour, quel pourcentage de lecteurs, téléspectateurs ou d’auditeurs les digèrent vraiment, quelle proportion de ces mêmes chiffres ont un sens, au fond, et quand, mais quand donc cette valse de signes abscons prendra fin, pour qu’enfin ils se mettent à analyser, expliquer, raconter. Les chiffres ont chassé les mots. Chers journalistes, essayez donc de lire de la poésie. Les éditions du Castor Astral viennent justement de publier un très beau recueil de Seyhmus Dagtekin, À l’ouest des ombres. (Lire l’article)

Russie-Pays de Galles : “Jeux de chat, pleurs de souris” (proverbe russe)

Russie-Pays de Galles : “Jeux de chat, pleurs de souris” (proverbe russe)

Ce soir, en rentrant chez moi, j’ai croisé mon voisin du troisième, celui qui jamais ne m’adresse la parole, qui m’a cette fois regardée, oui, regardée, et m’a parlé, oui, parlé : “Vous suivez l’Euro ? Aujourd’hui, on a Russie-Pays de Galles !”. Mon voisin du troisième parle donc, il dit des mots à haute voix, ce que je ne savais pas, il sourit presque, il regarde le foot. Soir de match, la vie continue comme elle peut, entre deux buts, entre deux apparts. Tranche de vie. (Lire l’article)

À ceux que la chienlit offusque

À ceux que la chienlit offusque

Les hommes et les femmes politiques ne lisent pas beaucoup, on le sait bien, et c’est une des raisons pour lesquelles cette chronique, largement subventionnée, vous vous en doutez, par le ministère de la Culture, a été mise en place. Ils ne lisent que bien peu mais ils causent. Beaucoup. À droite, la mode en ce moment est à la chienlit”, terme qui n’est officiellement plus vulgaire ni même familier depuis le 19 mai 1968. Les responsables politiques ont visiblement très peur de la chienlit, et cette peur est devenue, ces derniers temps, très nettement obsessionnelle. En 2015 est paru un ouvrage de Frédéric Pagès, Botul au bordel, qui semble pouvoir s’intégrer dans le traitement cognitif de ce type de pensée obsessionnelle.  (Lire l’article)

Annie Ernaux pour Serge Dassault

Annie Ernaux pour Serge Dassault

Le nécessiteux qui vient de m’être adressé s’appelle Serge Dassault, il a 91 ans et vit à Corbeil-Essonnes, dans une banlieue dite “sensible”. Alors que se passe-t-il avec ce monsieur ? Eh bien, il souffre d’une sorte d’inadaptation au réel, le diagnostic a été posé sans appel, l’été dernier, lorsque, en visite dans un hypermarché de sa ville, il s’est tourné soudain vers un caddie proche pour exclamer : “On n’a pas pris de petit véhicule ? On prend un truc comme ça ?”. Il se trouve que vient de paraître en poche l’ouvrage d’Annie Ernaux, Regarde les lumières mon amour qui, à défaut de traiter toutes les pathologies qui affectent l’honorable vieillard, pourra peut-être le remettre sur la voie d’un certain réel, celui de l’hypermarché, de ses clients, de ses lumières, de ses marchandises entassées, de ses promos, de ses queues à la caisse…. (Lire l’article)

Ordonnance pour les naufragés

Ordonnance pour les naufragés

Un homme se réveille nu, naufragé sur une plage. “Que lui était-il arrivé ? Une semaine plus tôt à peine (une semaine ! était-ce seulement possible ?), il rectifiait son nœud de cravate et présentait devant son équipe un plan d’action qui n’omettait aucune éventualité, dans lequel chaque risque avait été pallié, chaque heure prise en compte. Et maintenant ?”. Dans Sans oublier la baleine (traduit par Christine Barbaste, Stock, 2016), John Ironmonger raconte l’histoire d’un naufrage. D’où il ressort que si le pire est sûr, les conséquences ne sont pas toujours celles que l’on croit. Le récit prémonitoire de ce qui attend François Hollande l’année prochaine ? À lire dès maintenant, ou à garder sous la main pour 2017, dans votre kit d’urgence anti-gueule de bois.
(Lire l’article)

Ordonnance pour nos amis biterrois

Ordonnance pour nos amis biterrois

Dans la Petite anthologie du dessin politique qui vient d’être publiée aux éditions de La Martinière, en hommage au dessinateur Honoré assassiné avec ses collègues de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, les puissants de ce monde se bousculent, épinglés par un trait précis et épuré, dans des dessins en noir et blanc parfois agrémentés de rares touches de couleur : tâches de sang sur les mains du couple Pinochet, tapis rouge qui engloutit une Bernadette Chirac recevant Elisabeth II, drapeau américain tenu par un membre du Ku Klux Klan… Au fil des pages, les puissants parlent, Honoré leur répond. On recommandera à nos chers amis biterrois la lecture de cet ouvrage, qui les changera du Journal de Béziers auquel ils sont abonnés d’office. (Lire l’article)

Saramago pour ceux qui passent leurs Nuits debout, ou couchés

Saramago pour ceux qui passent leurs Nuits debout, ou couchés

Ce qui est arrivé a surpris tout le monde. Pas de signe avant-coureur, aucune annonce, aucune menace, voilée ou pas. La ville avait l’air tout à fait calme en ce jour d’élection. Quelle stupeur, du coup, à l’annonce des résultats. Impensable. Mais qu’à cela ne tienne, pas de panique, on reprend tout et on recommence : on organise de nouvelles élections (c’est une astuce parfois utilisée lorsque les suffrages ne vont pas dans le bon sens). D’où de nouveaux résultats. Et là, rebelote : quatre-vingt-trois pour cent de votes blancs. Dans La Lucidité, l’écrivain portugais José Saramago raconte la démocratie en crise et la refondation d’un espoir. Un récit pour ceux qui passent leurs nuits les yeux ouverts, que l’on prescrira aussi aux mauvais coucheurs. (Lire l’article)

Álvaro Enrigue, pour les joueurs et fans de tennis déprimés

Álvaro Enrigue, pour les joueurs et fans de tennis déprimés

Aux joueur et spectateurs de tennis abattus par les scandales de dopage et de matchs truqués, il convient de prescrire la lecture de l’ouvrage du Mexicain Álvaro Enrigue, Mort subite, récemment publié en France aux éditions Buchet-Castel et traduit en français par Serge Mestre. Il y est question d’un curieux match de tennis opposant, le 4 octobre 1599, un poète espagnol à un jeune artiste de Rome : Francisco de Quevedo et Le Caravage, excusez du peu, assommés l’un comme l’autre par une gueule de bois monstrueuse qui ne les empêchera pas de jouer leurs trois sets. Quevedo à Rome face au Caravage ? Parfaitement.
(Lire l’article)

Ordonnance pour le patient Jean-Vincent Placé

Ordonnance pour le patient Jean-Vincent Placé

Cette année, Le Salon du Livre a été rebaptisé “Livre Paris”, il s’est tenu au moment où le gouvernement cherchait (il cherche d’ailleurs toujours) à imposer une “Loi travail” et après que l’Université de la Sorbonne Nouvelle est devenue “Université Sorbonne Nouvelle”. Regardez bien, ce ne sont que trois exemples parmi bien d’autres mais comment nier l’évidence : il manque des mots. On ampute, on élague. Pourquoi ? Eh bien c’est par souci de simplification. Le site du gouvernement nous apprend que la simplification est un projet porté par un Secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme de l’État et de la Simplification, Jean-Vincent Placé. L’heure est venue de lui prescrire un ouvrage pas du tout simplifié, ce qui lui permettra sans doute de poursuivre avec plus d’acharnement encore sa noble tâche. (Lire l’article)

Mark Twain pour le cas Donald Trump

Mark Twain pour le cas Donald Trump

Un Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur, le roman de Mark Twain récemment traduit en français par Freddy Michalski et publié en 2013 aux éditions L’Œil d’Or, est le récit d’un brave Yankee du XIXe siècle  qui se trouve brutalement projeté au VIe siècle, à la Cour du roi Arthur. Le choc est rude, car tout, dans sa façon d’être et même dans son accoutrement, détonne en ces lieux anciens, un peu comme la choucroute bien laquée et étrangement teinte du candidat Trump perturbe, sidère ou amuse de par chez nous. Il est différent, donc. Et décide d’exploiter cette différence, de devenir “Le Boss” :“en l’espace de trois ans, je serai le patron de tout le pays.”  Sauf que tout cela, chez Mark Twain, finit bien mal. Et Donald Trump ferait bien de relire ses classiques. On en tire toujours quelque chose. (Lire l’article)

Marie Redonnet pour vous, les femmes

Marie Redonnet pour vous, les femmes

La Femme au colt 45 pourrait être prescrit à tous ceux qui – en politique, en religion, en vie quotidienne ou autre – prennent à cœur le bien des femmes. Mais non, ce livre est pour vous, vous les femmes, mesure salutaire de prophylaxie face à l’épidémie de domestication et de discrimination qui sévit actuellement, épidémie qui se propage à droite et à gauche, dans la rue, les foyers, les institutions, épidémie ancienne et que l’on pensait largement jugulée, mais non, la maladie est endémique et résistante. Le roman de Marie Redonnet est à déguster lentement, posologie ajustable selon les caractères. Si vous travaillez au secrétariat d’État ou à la Commission famille du conseil régional d’Île-de-France, doublez la dose. (Lire l’article)

Paola Pigani pour le cas Morano

Paola Pigani pour le cas Morano

Vous allez me dire, d’accord, vous voulez prescrire de la lecture à Nadine Morano, très bien, mais est-on bien sûrs que cette dame lise des livres ? Je vous répondrai : nous ne sommes sûrs de rien, et alors ? Ce n’est pas parce que vous ne prenez habituellement pas de médicaments que votre médecin se gardera de vous en prescrire. Donc, Nadine Morano. Qui déclare, à propos des dénommés “migrants” : “Aujourd’hui le sentiment d’envahissement que ressentent les Français, ce n’est pas un sentiment, c’est une réalité.” Que prescrire ? Un remède intéressant, me semble-t-il, est sorti en 2015, et je serais d’avis de l’essayer sur un cas que d’aucuns jugent sérieux. Il s’agit du roman de Paola Pigani, Venus d’ailleurs, paru aux éditions Liana Levi. (Lire la suite)