Politique de la cinquième dimension

“Hillary Clinton rendra publiques toutes les informations sur les OVNI si elle est élue.” (The Conway Daily Sun)

Oui, la candidate à la primaire démocrate américaine a promis à un journal du New Hampshire qu’une fois installée à la Maison Blanche, elle déballerait tous les dossiers secrets sur les visiteurs de l’espace. Une voix est une voix, alors pourquoi ne pas tenter de récupérer jusqu’à celles des gens qui croient aux Martiens plus qu’en la politique ? Leurs rangs semblent s’étoffer de jour en jour. On constate en effet une curieuse corrélation entre la désaffection pour le politique et le regain d’intérêt pour les OVNI. Le phénomène est particulièrement manifeste en France, où, depuis 2007, année qui vit Nicolas Sarkozy accéder à la magistrature suprême, le nombre d’observations d’objets volants non identifiés a littéralement explosé, passant en moyenne annuelle de 20 à plus de 150 selon les données recueillies par le GEIPAN (Groupe d’Études et d’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non Identifiés, qui dépend du CNES). Cet embouteillage de soucoupes volantes au-dessus de la France ne s’est pas résorbé avec l’élection de François Hollande, ce qui n’est pas exactement une surprise. Plus personne ne croit aux promesses électorales, ou disons qu’il est plus facile de croire en l’existence d’une intelligence extraterrestre qu’en une décrue prochaine du chômage.

Évidemment cette promesse par Hillary Clinton d’une ouverture totale des dossiers OVNI n’est dans le fond qu’une promesse de plus. Mais celle-ci, la femme de Bill semble résolue à la tenir. Ça ne lui coûtera pas bien cher, et puis la chose lui tient apparemment à cœur. Au même Conway Daily Sun, la candidate avait déclaré en 2007 que lorsque son mari était pouvoir, c’est le sujet OVNI qui avait suscité le plus de demandes de déclassification de documents (en vertu des textes sur la liberté de l’information). Bill Clinton lui-même s’est laissé aller à dire en 2014, lors d’un talk-show à la télé américaine, qu’il ne serait pas surpris que la Terre soit un jour visitée par des gens d’un autre monde. “Espérons juste que ça ne se passera pas comme dans Independence Day”, avait-il ajouté. Commentaire plus sérieux (quoique) d’Hillary sur le sujet, auprès de nos confrères du Conway Daily Sun à nouveau : “Je crois qu’il n’est pas impossible que nous ayons été déjà visités. Nous ne le savons pas exactement”. N’est-ce pas plus excitant à entendre qu’un candidat qui viendrait vous dire : “Je pense qu’il n’est pas impossible que nous dépassions 1% de croissance l’an prochain” ?

À ce train-là, la campagne américaine ne va pas tarder à devenir passionnante. Oui mais la française ? Rêvons un peu. Printemps 2017, débat télévisé entre, mettons, Alain Juppé et Marine Le Pen. L’animateur : “Après le chômage parlons maintenant des extraterrestres. Madame Le Pen ?”. “Nous refoulerons tous ceux qui n’ont pas de papiers.” “Monsieur Juppé ?” “Aujourd’hui, grâce à la sécurité que nous donnent la zone euro et la politique intelligente de sa banque centrale, les taux d’intérêt sont historiquement bas, et c’est une bonne chose, mais les entreprises ont aussi besoin de fonds propres. Or l’épargne n’est pas, c’est le moins qu’on puisse dire, orientée vers le placement en actions. Il faut donc simplifier le mille-feuille fiscal de l’imposition du capital, et je dois dire que …”

On a hâte.

Édouard Launet

Sciences du fait divers

Imprimer Imprimer