La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Les mots de l’année
| 29 Nov 2020

Le coin des traîtres : pièges, surprises, vertiges, plaisirs et mystères de la traduction…

Les dictionnaires font partie des outils que le traducteur fréquente assidûment. Chacun·e a son préféré, parfois ses préférés. Ce sont rarement des dictionnaires bilingues, dont la consultation n’est pas toujours édifiante. Quoique. À titre personnel, mon cœur balance, côté langue cible, entre le Trésor de la langue française dans sa version informatisée et le Dictionnaire électronique des synonymes du CRISCO (Centre de recherches inter-langues sur la signification en contexte, de l’Université de Caen). Côté langue source, la traîtresse est fidèle au dictionnaire de la Real Academia española : une sorte de version ibérique de notre dictionnaire de l’Académie française, mais en mieux [1]. 

La disponibilité d’une version électronique et en ligne de ces dictionnaires n’est pas étrangère à leur popularité. Plus maniable, plus légère que la version papier… soit. Mais, surtout, ces versions électroniques sont plus ouvertes aux actualisations requises par l’évolution de la langue et du monde. 

Mise à jour

Le Diccionario de la Real Academia española, qui en 2014 publiait sa 23e édition, vient de mettre en ligne sa version 23.4, soit la mise à jour de l’année 2020. En effet, bien qu’une nouvelle édition du dictionnaire soit dans les tuyaux, « afin que le développement, forcément lent, de cette nouvelle édition, ne retarde pas l’inclusion de nouveaux mots et définitions ou la modification des mots qui y figurent déjà mais qui ont besoin d’être amendés, il a été décidé que des actualisations seraient mises en ligne chaque année ». Dont acte. 

La liste des nouveaux mots offre une lecture passionnante. Sans rire. Elle est aussi, mais pas seulement, un témoin des temps qui courent. Pour preuve, on peut répertorier dans la cuvée 2020 des mots comme coronavirus, COVID (qu’on déclinera au masculin ou au féminin sans que les Ibères s’en offusquent, dixit l’Académie), COVID-19, confinamiento, cuarentenar (1. mettre en quarantaine, 2. être en quarantaine), cuarentenear (1. être en quarantaine, 2. mettre en quarantaine), videochat, videollamada, fascistoide, animalista, trol (pour les adeptes des réseaux sociaux) ou le verbe trolear qui lui correspond. Si l’on déplore l’apparition de certains termes, on se réjouira de leur inclusion dans le dictionnaire. 

Intraduisible ?

Cette actualisation du dictionnaire recèle également des trésors de culture, d’agriculture et de gastronomie qui témoignent de l’un des enjeux de la traduction : l’intraduisible. 

Faites-vous partie de ceux et celles à qui l’on a raconté que les Inuits ont des dizaines de mots à disposition pour désigner la neige ? [Attention, spoiler] En fait, c’est faux. Un mythe que Geoffrey Pullum balaie d’un revers de la main, comme un vulgaire hoax : « The fact is that the myth of the multiple words for snow is based on almost nothing at all. It is a kind of accidentally developed hoax perpetrated by the anthropological linguistics community on itself ». [2]

Bon, entre la neige qui tombe, la neige qui est tombée, la neige qui fond, etc, cela fait une dizaine de termes tout de même. Perec relativise :

Les Esquimaux, m’a-t-on affirmé, n’ont pas de nom générique pour désigner la glace ; ils ont plusieurs mots (j’ai oublié le nombre exact, mais je crois que c’est beaucoup, quelque chose comme une douzaine) qui désignent spécifiquement les divers aspects que prend l’eau entre son état tout à fait liquide et les diverses manifestations de sa plus ou moins intense congélation.
Il est difficile, évidemment, de trouver un exemple équivalent en français ; il se peut que les Esquimaux n’aient qu’un mot pour désigner l’espace qui sépare leurs igloos alors que nous en avons au moins, dans nos villes, sept (rue, avenue, boulevard, place, cours, impasse, venelle) et les Anglais au moins vingt (street, avenue, crescent, place, road, row, lane, mews, gardens, terrace, yard, square, circus, grove, court, greens, houses, gate, ground, way, drive, walk), mais nous avons tout de même un nom (« artère », par exemple) qui les englobe tous. De même, si nous parlons à un pâtissier de la cuisson du sucre, il nous répondra justement qu’il ne saurait nous comprendre si nous ne précisons pas le degré de cuisson voulu (filé, cassé, roulé, etc.), mais enfin le concept « cuisson du sucre » sera pour lui tout à fait établi.
(Georges Perec, Penser/Classer)

Un peu comme le café en Espagne : on identifie le concept, mais guère plus. On le commande court, long, serré, au lait (en précisant la température du lait, svp), « coupé », « taché » et j’en passe. Mais allez demander à un serveur de vous servir « un café »… Autant entrer dans une boulangerie en France pour acheter « du pain, s’il vous plaît ». Je me rappelle aussi avoir peiné à la lecture dans le texte du livre Os Sertões [3] du Brésilien Euclides da Cunha, armée de mon dictionnaire bilingue qui identifiait dans la plupart des mots qui m’étaient inconnus une « sorte de broussaille ». 

Quel rapport, me direz-vous, avec la version actualisée du dictionnaire ? Eh bien, figurez-vous qu’on trouve dans la mise à jour de 2020 presque une dizaine de variétés d’olives : arbequina, cornicabra, empeltre, hojiblanca, lechín, manzanilla, picual, picudo, verdial

Avec nos olives vertes et nos olives noires, on a l’air con. 

Mais c’est aussi face à l’intraduisible que le traducteur, émancipé du dictionnaire, peut assumer une part de liberté. 

Christilla Vasserot
Le coin des traîtres

[1] Même si tout n’y est pas parfait, loin de là. La poétesse galicienne Luz Pichel rappelait dans ces colonnes à quel point « la très riche variété dialectale du castillan – incluant toutes les variantes latino-américaines – ainsi que les autres langues de la péninsule – le galicien, le catalan et le basque » avait souffert d’une « politique linguistique centralisatrice, colonisatrice » dont la Real Academia s’était fait le relais.  

[2] Geoffrey Pullum, The great Eskimo vocabulary hoax (1989), essai publié dans The great Eskimo vocabulary hoax and other irreverent essays on the study of language, The University of Chicago Press, 1991. 

[3] Euclides da Cunha, Hautes terres, traduit par Jorge Coli et Antoine Seel, Métailié, 2012. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Les maquilleurs de mots

Escroc, maquilleur d’autos, contrebandier, cambrioleur : le traducteur ouvre ce qu’on croit hermétiquement fermé, il crochète les langues et les cultures, il met en circulation. Il n’aime pas plus l’idée d’une œuvre achevée que le braqueur un coffre-fort. Son butin, il le refourgue ailleurs. Il prend, il donne, il fait profiter.

Chercher des passages

Je ne crois pas qu’on puisse devenir un bon traducteur si l’on n’aime pas « la » langue, c’est à dire les langues, dans toutes leurs diversités, si  l‘on n’est pas persuadé que comprendre le monde demande « plus d’une langue », si l’on n’est pas prêt à mettre le nez dehors, hors de sa langue…

Le migrateur est un traducteur

Joies et surprises d’un atelier d’écriture avec des réfugiés de Calais. Pashto, ourdou, dari, arabe, tigrinya, persan, bengali, anglais, français : les murs linguistiques n’existent pas.

Fourscore et les oiseaux

De tous les algorithmes de traduction automatique, ceux à base de réseaux de neurones sont sans doute les plus performants. Mais pas fiables à tous les coups. La preuve par un discours d’Abraham Lincoln…

Un idiot utile

Les programmes de traduction automatique ne cessent de s’améliorer. Mais traiter la langue comme un objet statistique, sujet aux calculs de probabilité, ne permet toujours pas de dégager le sens des énoncés.