La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Syrie, guerre et vie
| 31 Mar 2019

#guide

 

Still Recording, un film de Saeed Al Batal et Ghiath Ayoub vient de sortir. Courez-y ! Ce documentaire, filmé en Syrie entre 2011 et 2015 par de jeunes et talentueux amoureux du cinéma et de la liberté, vous prend au corps. Il raconte l’enthousiasme révolutionnaire, puis la guerre et la vie dans la ville assiégé de Douma, pilonnée par les Migs et les chars d’Assad, avec en contrepoint des scènes improbables de Damas si proche, sous contrôle du régime, où cette même jeunesse essaie aussi de vivre.

Pas de commentaire, pas de pédagogie, tout est absurde et tout se comprend si bien ; ni message ni propagande, mais la vie, la peur, la faiblesse, le rire, le courage, l’amitié : mais de l’image, de la belle, de la vraie, de la drôle parfois, de la bouleversante souvent, à contre-champ quand il le faut, dérushée de 450 heures filmées par plusieurs cameramen qui y laissèrent parfois leur vie. La caméra tourne, nous voyons ce qu’elle voit, cela suffit, et le réel vous atteint dans votre fauteuil. Une séquence finale inoubliable, qui donne tout son sens au titre. Du vrai plus riche que toute fiction, et du vrai cinéma. 

Yannick Cras
Guide

Still Recording, un film de Saeed Al Batal et Ghiath Ayoub, Syrie, France, Allemagne, 2018, 128 min.

 

0 commentaires

Dans la même catégorie

Vostok

“Vostok” de Leticia Ramos explore les profondeurs du plus grand lac sub-glaciaire de l’Antarctique, à cinq cents mètres en dessous du niveau de la mer. Vérité documentaire ou illusion d’optique?

Masters of Sex

Nous sommes à la fin des années 1950, Bill Masters est un gynécologue obstétricien connu pour ses travaux sur la fertilité, et applaudi par la bonne société qui lui doit quelques bébés. Virginia Johnson est une borderline sociale très à l’aise avec sa sexualité et son indépendance économique et affective…

All My Life

Bruce Baillie est l’un des pionniers du cinéma d’avant-garde tourné sur la côte ouest des États-Unis à la fin des années soixante. Ce court-métrage de 1966 fait correspondre en un plan-séquence la voix d’Ella Fitzgerald et la lumière d’été sur la côte californienne.

The Naked Director

Pop objets par excellence, les séries s’emparent de la représentation des sexualités et des corps, thématiques ô combien contemporaines. Retour sur cinq propositions aux angles variés. Et pour commencer : The Naked Director.