La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Laurence Sendrowicz sans faute
| 04 Juin 2019

#guide

 

Ma mère voulait, de et avec Laurence Sendrowicz, mise en scène de Nafi SalahAh ! Elle cause, elle cause, la mère, elle n’arrête pas, elle a à dire sur tout, sa vie et celle des autres. De sa fille, matière à parlure, instrument à moduler, partition à interpréter, incunable à traduire, exemplaire unique de ses ressentiments et… de son amour. Ah ! l’amour, qu’est-ce qu’il ne fait pas proférer, éructer, murmurer, détourner, pleurer… Et elle est là, assise sur sa chaise, la mère, non pas de profil, comme la femme de Copi, mais de face, bien de face, au milieu, pour capter TOUTE la lumière, elle en veut. Et la fille ? Elle écrit, elle traduit, elle joue, elle rit. Ah ! la fille : une heure de respiration avec Laurence Sendrowicz qui, après avoir inventé avec ce texte le « théâtre en atelier », a interprété seule sur scène Ma mère voulait, dans une mise en scène de Nafi Salah, au théâtre de la Vieille Grille (qui a depuis fermé ses portes).

Si vous aviez raté le spectacle, vous pouvez vous rattraper en rencontrant Laurence Sendrowicz au Marché de la poésie, sur le stand des éditions Caractères. Ou bien encore la lire

Denise Laroutis
Guide

37e Marché de la poésie, du 5 au 9 juin 2019, Place Saint-Sulpice, Paris 6e. Dimanche 9 juin de 16h30 à 17h30, Laurence Sendrowicz y signera sa trilogie familiale parue aux éditions Caractères : Les Cerises aux kirsch, Faute d’Impression, Ma mère voulait.

Laurence Sendrowicz est également traductrice de théâtre et de littérature hébraïque contemporaine. Elle est l’une des initiatrices du projet de traduction de l’œuvre de Hanokh Levin en français. Pour le théâtre, elle a également traduit David Grossman, Anat Gov, Gadi Inbar,  Mickaël Gourevitch, Tamir Greenberg. Pour l’édition, elle est, entre autres, la traductrice des romanciers Yshaï Sarid, Dror Mishani, Alona Kimhi, Batya Gour, Zeruya Shalev, Yoram Kaniuk. En 2012, elle obtient le Grand prix de traduction de la Société des Gens de Lettres, couronnant l’ensemble de son œuvre de traductrice. Fondatrice de la Compagnie Bessa, elle est aussi comédienne et metteuse en scène.

0 commentaires

Dans la même catégorie

La bande sauvage

Où sont ces mystérieux cavaliers, ces Rimbaud de la roue, l’haleine chargée de haschich et les yeux clignotants comme s’ils venaient de traverser le désert avec un savoir secret, où sont-ils maintenant ? Les poètes d’antan ou de demain, où sont-ils passés ?

Haut les masques

Le festival  toulousain L’histoire à venir s’interroge, pour sa quatrième édition, sur les “usages du faux”. Avec des universitaires, des écrivains, des traducteurs, des scénographes. À suivre sur Youtube…

Amélie Nothomb divine sur Audible

Déjà connue pour ses romans à succès, Amélie Nothomb se lance dans une série audio autour des mythologies du monde entier. Cette série en 11 épisodes intitulée La Divine Comédie sera bientôt disponible sur la plateforme Audible.

Lettre d’adieu pour aller nulle part

Pas un seul visage heureux le long de mes six kilomètres de marche quotidienne. Chercher à manger, c’est la spécialité nationale. Ça l’a toujours été, en dehors de quelques trêves, et encore.