La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Gourdiflot !
| 05 Avr 2020

Il ne se passe pas une heure dans ce pays sans qu’un policier ou un gendarme se fasse traiter d’enculé ou de con par un récalcitrant aux contrôles d’attestation de sortie, sans qu’une infirmière s’entende qualifiée de pute ou de salope par un énervé aux urgences, sans qu’un conjoint ou (plus rarement) une conjointe balance une connasse ou un connard à son partenaire. La pandémie actuelle met ainsi en lumière non seulement notre état d’impréparation au déferlement du méchant virus, mais également la pauvreté consternante de notre répertoire d’injures usuelles. C’est l’un des dossiers auquel il faudra réfléchir au moment du bilan, bien que celui-là soit d’une urgence soit toute relative.

Aux excités de tous poils qui aggravent la crise sanitaire par une litanie ordurière et répétitive, nous pourrions suggérer les termes de gourdiflot, buse et autre crétin des Alpes, ce qui mettrait un peu de diversité dans la vie des confinés et des confineurs. Hélas l’usage de termes anciens ou inusités tend à diminuer la gratification que l’insulteur éprouve à insulter. Sur l’échelle de l’injure, con, pute et enculé restent en effet des valeurs sûres, éprouvées, au rendement maximal, pour ainsi dire indépassables — ajoutons nazi et pauvre merde pour faire bonne mesure.

Martine traite sa maîtresse de gourdiflote

Mais réfléchissons un peu. Comme une insulte revient généralement en boomerang vers celui qui la profère, car un homme qui en traite un autre de connard est souvent un connard lui-même, en tout cas quelqu’un qui ne maîtrise plus ses nerfs, il est prudent de tourner au moins une demi-fois la langue dans sa bouche (sept est un objectif trop ambitieux en la circonstance) afin de choisir un terme qu’on ne s’offusquerait pas d’entendre lancer contre soi. Mieux : il est conseillé d’y réfléchir avant de péter les plombs et même de noter sur un carnet quelques mots alternatifs, printaniers si possible, qui pourraient être utiles en cas de besoin.

Au fait, gourdiflot est, selon le Centre national de ressources textuelles et lexicales, un substantif masculin qui désigne une personne sotte et stupide. C’est moins rude que gourdasse, mot de même origine (la gourde est un fruit rond, parfois oblong, de la famille des Cucurbitacées qui aurait du mal à incarner le génie). Proust lui-même s’est autorisé à le glisser dans Sodome et Gomorrhe.

« Je suis commandé pour Mlle Simonet. Je ne peux pas conduire Monsieur. Aimé s’esclaffa : Mais voyons, grand gourdiflot, répondit-il au mécanicien, c’est justement Mademoiselle Simonet, et Monsieur, qui te commande de lever ta capote, est justement ton patron ».

Le mot gourdiflotte n’existe qu’à l’état de néologisme. Ce n’est pas une raison pour l’écarter, dans la mesure où nous vivons des temps vraiment exceptionnels. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Insulter l’avenir

Fini le petit confort et le grand inconfort du confinement. Retour au monde d’avant, en pire bien entendu. Une sidération durable s’annonce : celle qui va frapper quand nous aurons le nez dans la facture économique et sociale.

Un sacré bordel

Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre. Les nerfs sont à vifs, les enjeux énormes, les responsabilités écrasantes. À preuve, ce violent échange qui a eu lieu la semaine dernière dans le Jardin d’hiver de l’Élysée.

Espèce de pangolin ! 

Il y a au moins un événement culturel dont la pandémie n’a pas eu la peau : la Journée Mondiale du Pangolin. Elle se tient chaque année le troisième samedi de février. En 2020, sa neuvième édition est tout juste passée entre les gouttes.

Godwin, nom de Dieu !

Le chemin qui va du coronavirus à la Shoah est étroit, tortueux et improbable. Pourtant, la pandémie a vite atteint le point Godwin, ce moment où, dans tout débat, les adversaires finissent par s’injurier en se jetant à la figure des allusions à l’Allemagne nazie.

Offense du chef de l’État

La visite d’Emmanuel Macron chez le professeur Didier Raoult, jeudi dernier à Marseille, s’est extrêmement mal passée. Un témoin a saisi ce bref échange entre les deux hommes à l’arrivée du convoi présidentiel. Le chef de l’État semblait passablement énervé.