La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J2 – Naissance de la tragédie
| 19 Août 2015

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

René Girard avait raison. Pas l’ex-entraîneur de Lille : son homonyme, le philosophe. Pour l’auteur de La violence et le sacré, tout ordre social se fonde sur la violence exercée par le groupe contre un bouc-émissaire. Il n’en va pas autrement du football : un championnat a besoin d’une victime expiatoire, contre laquelle s’exerce la vindicte collective. Explication parmi d’autres à la popularité du football : pour le supporteur, le spectacle de cette violence est exutoire, d’autant plus qu’elle tend à l’injustice et à l’arbitraire. Le début de saison du LOSC l’illustre : le champion de France 2011 qui a changé d’entraîneur après une décevante 8ème place, qui a perdu des joueurs importants (Kjaer, Gueye, Roux, et au mercato d’hiver Souare et Origi), en plein changement de cycle, et que le hasard – qui n’a rien d’édénique – offre en sacrifice pour ses deux premiers matchs aux Molochs de la Ligue 1 : Paris et Monaco. Le tirage au sort a condamné Lille. Pourquoi ? Il n’y a pas de raison, aucune explication. C’est aléatoire, c’est immérité, et le supporteur –victime quotidienne du bon plaisir d’un patron, des lubies d’un client, des caprices d’une femme ou des sautes d’humeurs d’un voisin– y trouve sa consolation. Chaque samedi, ce martyr partage avec d’autres sa croix, il n’est pas le seul contre qui le destin s’acharne sans raison. Alors, il entrevoit la logique sacrificielle et en vient à désirer que le rite cathartique se perpétue. Le « désir mimétique », selon René Girard : on désire que le sort s’acharne sur d’autres en espérant qu’il nous épargnera, et l’on s’imagine ce désir coupable d’autant plus efficace que tout le monde désignera le même souffre-douleur. « On voulait nous voir descendre » se plaignent souvent les entraîneurs relégués en fin de saison, et si certains dirigeants du football se sentent visés, ce sont les Dieux que ce « on » désigne.

En cela, le football retrouve le sens de la tragédie antique. Parfois, le destin s’acharne implacablement. Aucune force humaine n’y peut rien. De là, le sens du sacré dans le football. Le chœur des supporteurs marseillais en sait quelque chose, résigné qu’il est à la malédiction des crises à répétition. Périodiquement, la colère des Dieux s’abat sur les olympiens. Et lorsqu’un Marcelo Bielsa apporte un temps la paix dans la cité phocéenne, plus dure sera la chute du colosse aux pieds d’argile : deux défaites en deux matchs contre Caen et Reims…

Pourtant, un héros se lève parfois pour résister. Car dans le football, la damnation n’est pas éternelle, et c’est là l’espoir du supporteur : qu’il en aille de même dans sa vie de tous les jours. Si ce prophète qu’est le footballeur peut lutter contre la fatalité, il doit en aller de même de son apôtre, qui est en droit d’attendre un retour pour le culte qu’il lui voue. Bien sûr, les miracles sont éphémères, et les rébellions prométhéennes n’atteignent souvent pas leur but : mystiques ou profanes, les forces en jeu dans le football sont puissantes. Difficile de sortir vainqueur de la lutte contre la fatalité ou contre l’argent : pour preuve, l’omnipotence du PSG. Mais les revers ne découragent pas les héros. Ainsi Hervé Renard, appelé il y a deux ans pour sauver Sochaux au bord de l’abîme, et qui ne bascula qu’à la dernière journée, dans une lutte épique contre son concurrent direct au maintien. Or, Renard revient, à la place de René Girard (l’entraîneur, pas le philosophe). L’allobroge d’Aix-les-Bains fait face aux éléphants d’Hannibal. A mi-chemin entre Tartarin auréolé de gloire africaine et Lancelot tiré de sa retraite pour quêter le Graal, tout de blanc vêtu, il se dresse en paladin contre le destin qui s’acharne. A ses côtés, il a appelé ses pages, vétérans d’autres guerres : Sunzu, qu’il a dirigé en Zambie et fait venir à Sochaux, a répondu à l’appel. Et Gadji Tallo, qu’il a eu sous ses ordres en Côte d’Ivoire. Pas Jordan Ayew mais qu’importe ? Lille a pris un point contre Monaco et montré du panache : ce n’est que le début du roman de Renard.

Sébastien Rutés
Footbologies

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)