La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J3 – La fin de l’ère “glacière”
| 26 Août 2015

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

“Tout peut donc être mythe ? Oui, je le crois” affirmait Roland Barthes. Ce n’est pas la nature d’un objet qui justifie la mythification, c’est “une parole”, c’est-à-dire un message. Le football n’est pas qu’un spectacle, il est aussi un discours, ou plutôt une superposition de discours qui investissent leur objet de significations multiples. Effet de la surmédiatisation, ces discours prolifèrent et tendent à se reproduire les uns les autres, à se citer, se copier, et cette spécularité favorise la production de mythes : des plateaux télé au café du commerce, tout le monde parle de la même chose, laquelle chose devient un référent collectif dont la signification évolue. Les mythes qui en résultent peuvent paraître dérisoires, ils n’en expriment pas moins une doxa –une idéologie, un système de représentations du monde– propre au football en général ou à un club en particulier. 

Un exemple à l’Olympique de Marseille, avec la glacière de Marcelo Bielsa. En novembre dernier, des photos de l’entraîneur argentin avaient été placardées au métro Glacière, à Paris, preuve du statut acquis par l’objet dans l’imaginaire marseillais : Bielsa à la conquête du rival parisien grâce au cheval de Troie de sa glacière. Mais Bielsa a démissionné à la surprise générale au soir de la première journée de la saison (défaite 0-1 face à Caen), Michel l’a remplacé et sa première prestation a convaincu (6-0 face à Troyes). De Bielsa, il ne reste qu’un mythe dont le succès tenait à ce qu’il correspondait parfaitement à la doxa olympienne.

Par nature, la glacière est associée au camping, c’est-à-dire un mode de vacances populaire et familial. Or, ce sont ces valeurs que le supporteur marseillais associe à son club, notamment par opposition à l’élitisme supposé du Paris Saint-Germain. A Paris, ce serait fric et champagne, et à Marseille, rosé bien frais et rigolade entre amis. Car une glacière, ça sert surtout à conserver les boissons au frais, et les glaçons pour le pastis : elle symbolise non seulement des valeurs de fraternité mais aussi un mode de vie festif associé à la Méditerranée : la plage, le soleil et l’ivresse. Avec sa glacière et son jogging, Marcelo Bielsa paraissait toujours revenir d’une pétanque au camping de Saint-Cyr-sur-Mer, et cette adéquation apparente à la doxa du club justifie le statut mythique.

Apparente, car l’usage que l’entraîneur faisait de sa glacière allait à l’encontre des représentations qui y sont associées. Pendant les matchs, Bielsa buvait du café. Étonnante contradiction qu’il y a à boire une boisson chaude assis sur une glacière, et la preuve du détournement de signification. Pas de bière fraîche à partager avec les copains dans cette glacière-là, sur laquelle Bielsa s’asseyait seul, à l’écart, loin du banc de son staff. Aucune fraternité, la glacière de Bielsa symbolise au contraire la solitude du pouvoir d’un entraîneur qui évite le contact direct –aussi bien avec les journalistes qu’il ne regarde jamais en face, qu’avec ses joueurs (mis au frigo pendant un an, le défenseur brésilien Doria ne dira pas le contraire)– et a recours à des intermédiaires : Franck Passi pour transmettre ses ordres et Fabrice Olszewski, l’interprète dont les traductions approximatives renforçaient l’isolement linguistique.

Distance, mutisme, isolement : qui peut s’étonner de la froideur d’un homme assis sur une glacière ? Bielsa est renfermé, secret, sa communication hermétique. Qu’y avait-il finalement, dans cette glacière ? Personne ne le saura…

Car Bielsa a fait ses valises, c’était prévisible. Assis au bord de sa glacière comme un marin sur sa malle, à scruter l’horizon en silence depuis le (vieux) port, il ne cachait pas ses envies d’ailleurs. La glacière, c’est l’invitation au voyage. Le baluchon était prêt, et le pique-nique au frais. D’autant qu’une glacière suggère par nature l’éphémère : les pains de glace finiront par fondre, et le contenu par s’avarier. Marcelo Bielsa ne reste dans les clubs qu’il entraîne qu’une saison ou deux, et seulement six matchs à l’Espanyol Barcelone en 1998 : un survêtement, c’est fait pour courir. La glacière conserve momentanément, faute de mieux, elle suggère l’instabilité et le provisoire, sa lutte contre le pourrissement est vouée à l’échec à long terme. Dans un club qui a consommé cinq entraîneurs en trois ans, peut-être le mythe de la glacière en disait-il plus que ce que les supporteurs voulaient y voir…

Sébastien Rutés
Footbologies

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)