La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Kat Vàlastur, reprendre la main
| 19 Juin 2015

Ils entrent les uns derrière les autres en catimini, à petits pas dans une marche peu assurée. Marche, arrêt sur la pointe des pieds. Ils sont les 6 interprètes de la compagnie Kat Vàlastur du nom de sa chorégraphe grecque désormais installée à Berlin. Leur spectacle Ah ! Oh ! A contemporary ritual fait partie des bonnes surprises que nous réserve régulièrement le festival d’Uzès, proposé par le Centre de Développement Chorégraphique, attentif aux jeunes auteurs. Et visiblement, on devra compter avec Kat Vàlastur, que l’on retrouvera d’ailleurs la saison prochaine au Théâtre de Nîmes.

©Dorothea Tuch

©Dorothea Tuch

Sous un cercle de lumière qui n’a pas pu être installé faute de cintres dans la salle de plein air du jardin de l’Evêché mais dont on a une idée grâce à l’habileté des techniciens, nous assistons à un rituel très particulier. Les deux saisons dernières, ce thème a régulièrement été traité et la plupart du temps avec bonheur, comme ce fut le cas avec BiT de Maguy Marin ou avec D’après une histoire vraie de Christian Rizzo. Les réponses sont multiples à cette question qui taraude tout un chacun : comment se prendre la main dans une ronde, une farandole pour mieux reprendre la main sur un monde émietté, éparpillé sur le Net ?

Ou comment les formes d’anciennes danses peuvent échapper à leur statut de folklore vieillissant pour retrouver un sens politique et éthique. La figure du cercle, la plus harmonieuse de la géométrie aide la chorégraphe dans son propos, répercuté par la lumière de Martin Beeretz et par le son palpitant de Lambros Pigounis. Mais on n’entre pas d’emblée dans une joyeuse farandole, c’est même tout l’inverse. Chacun des interprètes a les mains dans les poches, personnages plutôt sombres de jeux vidéo, espèces de marlous qui ne nous font pas peur mais nous inquiètent. Ils marchent comme s’ils allaient sauter sur une mine, ils ont les joues gonflées mais ne mâchent rien. Comme dans un vaisseau spatial dégagés de la pesanteur, ils tentent à plusieurs reprises de se donner la main, échouent, recommencent.

Ce n’est pas tellement par la main que le courant passe mais par la bouche. Par la langue réduite à sa plus simple expression avec deux interjections “Ah ! Oh !”, comme dans les pub. La mise en relation par le toucher s’opère par la salive qu’ils se passent de l’un à l’autre. Filles et garçons ne se distinguent nullement par des attributs féminins ou masculins. Ils sont crispés, semblent avoir envie de vomir, les épaules remontées, sauf à un endroit de la pièce où les corps respirent, lâchent les tensions. À pas de loups ou de chats, ils forment un groupe où finalement, chacun trouve son espace. Aux réseaux sociaux qui peuvent aussi isoler, Kat Vàlastur répond par la bande, sa bande.

EnregistrerEnregistrer

0 commentaires

Dans la même catégorie

La danseuse inconnue

À partir d’une image acquise dans une vente en enchères, un voyage dans le temps à la poursuite de Marina Semenova, icône de la danse classique au temps de l’Union soviétique.

La Pavlova

Elle fut la première véritable diva du ballet. La star des tsars. Mondialement connue elle contribua à faire passer la danse de l’artisanat à l’industrie du rêve. Un livre, signé Martine Planells, retrace la vie d’Anna Pavlova, danseuse et chorégraphe de légende.

Bailographies à Mont-de Marsan

La 31e édition du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan s’est tenue du 2 au 6 juillet. Programmation de qualité, mélange générationnel, la manifestation ne s’essouffle pas. En prime, une très belle expo photo signé Michel Dieuzaide.

Maguy Marin ou l’urgence

Œuvre d’amour, d’admiration, Maguy Marin : l’urgence d’agir, le film de David Mambouch sur sa mère chorégraphe n’a rien de convenu. Le réalisateur travaille l’épaisseur et la densité du vécu, sait laisser parler, prend lui-même la parole. Et l’on sent qu’il y a, de son côté, une exploration des origines, que le ballet May B, conçu par Maguy Marin alors qu’elle était enceinte de lui, est pour lui un second ventre maternel. 

Christian Rizzo en terre de lumière

Dans Une maison, sa nouvelle création, Christian Rizzo convie quatorze danseurs emportés dans un flux continu de mouvements ponctués par de nombreuses entrées et sorties. On est tantôt sous un chapiteau avec des personnages qui portent des chapeaux pointus, turlututu !, dans une boîte de nuit pour un slow, dans une mascarade basque, dans un carnaval masqué où les mains se saisissent pour une ronde et autres farandoles. Le spectacle, créé après résidence à Bonlieu, Scène nationale d’Annecy, part pour une tournée internationale avant qu’on ne le retrouve en France avec de nombreuses dates l’an prochain et en ouverture du prochain festival Montpellier Danse en juin. (Lire l’article)