La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Lucky Peterson, en souvenir de Jimmy Smith
| 10 Oct 2017

Lucky Peterson, Tribute to Jimmy Smith, Jazz Village/Pias, 2017Pour les nostalgiques de Jimmy Smith, voici un album hommage qu’un de ses élèves s’était promis d’enregistrer depuis la disparition de son maître il y a douze ans. Lucky Peterson célèbre fidèlement son mentor, jusqu’au graphisme de la pochette qui rappelle clairement les classiques de Jazz « Blue Note ».

De son vrai nom Judge Kenneth Peterson, Lucky est plutôt connu en tant que guitariste de blues, donc directement inscrit dans la lignée de son père James. L’appartement familial se trouvant juste au dessus du Governor’s Inn, le club de blues que son père avait ouvert à Buffalo à une portée de fusil des chutes du Niagara, Lucky Peterson, aujourd’hui âgé de 53 ans, a eu la chance d’écouter de son berceau les musiques de quelques pointures du blues et de la soul tels que Willie Dixon, Muddy Waters ou Buddy Guy. Si bien qu’à trois ans, Lucky jouait déjà de la batterie et tatait de l’orgue Hammond B-3 sous les conseils de Jimmy Smith en personne dès l’âge de cinq ans. La guitare, elle, ne viendra que trois ans plus tard…

Mais c’est son toucher d’orgue qui va révéler le jeune homme au bluesman Little Milton Campbell, qui l’embarque dans ses tournées. Il s’installe alors à Dallas (où il vit toujours) et devient en moins d’un an le chef d’orchestre du groupe avant de rejoindre Bobby Blue Band. Ce fut aussi l’occasion de se lancer dans une carrière solo, prétextée par une tournée européenne de Little Milton. Une vingtaine d’albums ont fini de forger un savoir faire indéniable, sans compter les nombreuses collaborations en studio avec notamment James Cotton, Kenny Neal, Rufus Thomas, Joe Louis Walker, Wynton Marsalis, Carey Bell et même Etta James.

Ce Tribute to Jimmy Smith scelle un retour à ses plus jeunes années, au son d’un swing décapant et d’un groove des plus gras. Pour célébrer son maître, il a fait appel au guitariste Kelyn Crapp accompagné d’Herlin Riley, le batteur d’Ahmad Jamal. Le trio s’accomode sur l’album de trois invités : le trompettiste Nicolas Folmer, Philippe Petrucciani à la guitare et Archie Shepp au sax, le tout enregistré en février 2016 au Studio Sextan de Malakoff.

À apprécier les 15 et 16 octobre au Duc des Lombards.

Dino Di Meo
Musique

Lucky Peterson, Tribute to Jimmy Smith, Jazz Village/Pias. Sortie le 13 octobre.
En concert les 15 et 16 octobre au Duc des Lombards, 42, rue des Lombards, Paris 1er.

0 commentaires

Dans la même catégorie

Park Plaza

Ce jour-là, j’étais avec Thelonious et Charlie dans la voiture de Nica. Elle avait un coupé Bentley gris argent décapotable avec intérieur et capote rouges : la grande classe. Nous étions partis de New York pour descendre à Baltimore…

Lyrique maintenant

Quelques très bonnes raisons d’assister au Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence, dont l’édition 2019, sous l’impulsion de Pierre Audi, son nouveau directeur, est en route vers l’avenir…

It’s All Over Now

Sarcelles, extérieur jour. Sur le parking d’un hypermarché, deux hommes sont assis sur les sièges avant d’une Ford Fiesta rouge. L’un d’eux roule un tarpé surdimensionné. Lent travelling avant vers les deux passagers.
L’un (enlevant subitement de ses lèvres le pétard qu’il était sur le point d’allumer).– Eh, je la vois maintenant ! Ça se rapproche vite, dis donc.
L’autre.– Ben j’imaginais pas du tout les choses comme ça. Je voyais quelque chose de plus spectaculaire… (Lire la suite)

The Pusher

Cinq petits mois après le début de l’année, l’Europe a déjà pêché plus de poissons et coupé plus d’arbres que ce que les océans et les forêts sont capables de produire en un an, et elle a émis plus de carbone que ce que la nature est capable d’absorber. Si le monde entier vivait comme les Européens, il faudrait quasiment trois planètes pour subvenir aux besoins de l’humanité… (Lire l’article)