La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le Pingouin ou la révolution avortée
| 04 Août 2022
Pablo Picasso, “Le Pingouin” (1907), sérigraphie

Pablo Picasso, “Le Pingouin” (1907), sérigraphie

Issu d’un projet inabouti qui aurait dû réunir Guillaume Apollinaire et Pablo Picasso autour d’un bestiaire commun, ce dessin, au trait ininterrompu comme une page d’écriture, est nommé le Pingouin. Et même si je trouve personnellement qu’il ressemble plutôt à un manchot, je ne vais pas ergoter ici, d’abord parce que ces deux espèces d’oiseaux sont souvent prises l’une pour l’autre, du temps de Picasso comme maintenant, et puis c’est à chacun d’extra-pôler le piaf lui convenant le mieux: au nord le pingouin et au sud le manchot.

Réalisé en 1907, ce Pingouin manifeste le franc désir qu’avaient les deux amis de collaborer à la création d’une œuvre commune où seraient magnifiés leurs talents respectifs: des poèmes d’Apollinaire auxquels correspondraient des gravures produites d’après les dessins de Picasso.

Dans sa note d’appel à la première série de quatrains intitulée La Marchande des quatre Saisons ou le bestiaire mondain que fait paraître Apollinaire dans la revue littéraire La Phalange, le 15 juin 1908, le poète annonce d’ailleurs publiquement l’ambitieux projet en cours de réalisation qui réunit les deux génies: « Elle [la Marchande] loue les images au trait, gravées sur bois, qui accompagneront, lorsqu’il paraîtra en librairie, le divertissement dont nous donnons un poétique fragment ».

Guillaume Apollinaire photographié par Picasso dans son atelier en 1910. Un tiki des îles Marquises figure à ses côtés. Cette sculpture témoigne de la passion de Picasso pour les arts aujourd’hui dits premiers. On pense le plus souvent à l’influence qu’a eu l’art africain sur le peintre, or ce dernier s’était également entiché d'œuvres provenant d’Océanie et du Pacifique comme le prouve cette photo. Picasso aurait déniché ce tiki au marché aux puces de Paris, ou bien l'aurait obtenu par l’intermédiaire de son ami Apollinaire. Il le conservera auprès de lui toute sa vie. Son mana est puissant...

Guillaume Apollinaire photographié par Picasso dans son atelier en 1910. Un tiki des îles Marquises figure à ses côtés. Cette sculpture témoigne de la passion de Picasso pour les arts aujourd’hui dits premiers. On pense le plus souvent à l’influence qu’a eu l’art africain sur le peintre, or ce dernier s’était également entiché d’œuvres provenant d’Océanie et du Pacifique comme le prouve cette photo. Picasso aurait déniché ce tiki au marché aux puces de Paris, ou bien l’aurait obtenu par l’intermédiaire de son ami Apollinaire. Il le conservera auprès de lui toute sa vie. Son mana est puissant…

Hélas, malgré cette proclamation de l’imminence de la publication commune, le projet n’ira pas à son terme. Il semble en effet que Picasso, totalement investi dans sa propre entreprise de révolutionner la peinture occidentale, manifestée par le tableau des Demoiselles d’Avignon sur lequel il travaillait la même année, n’ait pas su répondre aux attentes de son ami. Mais juste pour frémir, songeons un instant à l’uchronie qu’aurait constitué l’achèvement du parcours commun entamé par Apollinaire et Picasso, lequel, concentrant son génie sur son pingouin et les autres bestioles de leur ménagerie, aurait finalement délaissé les Demoiselles d’Avignon… Quel aurait alors été le cours pris par l’art occidental ? Parlerait-on aujourd’hui, et doctement, dans toutes les langues du monde, du pingouinisme en lieu et place du cubisme ? Il s’en est fallu d’un rien, à peine d’une plume… Car ce serait bien des artistes pingouistes qui domineraient le marché de l’Art, s’imposant bec et ergots dans les plus grandes salles de ventes internationales.

Mais en 1911 finalement, c’est avec un autre qu’Apollinaire fera paraître son Bestiaire ou Cortège d’Orphée – on note que le musicien a judicieusement remplacé la Marchande –, un recueil de 30 délicieux poèmes animaliers illustré par des gravures de Raoul Dufy au style si dissemblable de Picasso.

“Le Chat”, poème et gravure par Guillaume Apollinaire et de Raoul Dufy tirés du Bestiaire ou Cortège d’Orphée, paru chez Deplanche en 1911. Où l’on réalise pleinement le grand écart stylistique séparant le travail de Picasso et celui du peintre havrais Raoul Dufy.

Dans le Bestiaire d’Apollinaire, illustré nouvelle mouture, le trait unilinéaire du peintre espagnol, avec ses pleins, ses déliés, tels une belle écriture cursive tirée d’une plume, a disparu, et notre aviaire créature avec. L’infortune ! On dira alors d’un pingouin qu’il se sera envolé, mais du manchot, inapte au vol, qu’il aura été englouti dans les profondeurs sinistres et glaciales du vaste océan Austral.

Et ce triste piaf, n’ayant connu les sommets artistiques et la gloire qui lui étaient promis, il figure désormais comme simple motif de poster vintage, disponible d’un clic sur les sites de vente en ligne du monde entier; 16,11€ en bénéficiant des soldes de l’été, toutes taxes locales incluses, ajouter au panier, en stock, livraison gratuite, à recevoir demain dans son encadrement de fines baguettes noires. Le monde est vraiment trop injuste…

Le Poster du Pingouin de Picasso (PPP), comme un oiseau en cage. Toutes les révolutions sont un jour récupérées. Capture d'écran

Le Poster du Pingouin de Picasso (PPP), comme un oiseau en cage. Toutes les révolutions sont un jour récupérées. (Capture d’écran)

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

La patte ou la bourse

Quand, à l’aube du XXe siècle, le marin James Paton transforme la patte d’un manchot en porte-monnaie lors de ses veillées en Antarctique, il est loin d’imaginer que son “œuvre”, collectée par un musée, témoignera plus d’un siècle plus tard de la condition de l’homme moderne et désœuvré dans la glace.

Dugenou en Antartique

Pas la peine de se moquer de la démarche des manchots, raides comme des piquets et oscillant comme des bateaux ivres. C’est juste qu’on les croit debout alors qu’anatomie oblige, ils sont accroupis.

Au Manchot qui lit !

Pour des millions de lecteurs à travers le monde, le manchot est d’abord un logo. Celui de la vénérable maison d’édition britannique Penguins Book, fondée à Londres en 1935 et pionnière du livre de poche. 

La théorie du manchot émissaire

L’Orque, cette majestueuse bête, aime se repaître de manchots. Le fait est connu, c’est le péché mignon de l’odontocète (cétacé à grandes dents). Mais les manchots pour leur part ne le sont pas tant que ça…