Fuck the Corona

Insultologie Appliquée. La Terre se réchauffe, les esprits s’échauffent, les chefs d’État s’injurient : l’insulte est l’avenir d’un monde en décomposition. Chaque semaine, la preuve par l’exemple.

Une fois que vous avez relu La Peste (Camus) et En un monde parfait (Laura Kasischke), revu Contagion (Soderbergh) et Pandémie (Kim Seong-Su), entendu s’égrener les chiffres des décès et contaminations du jour, désinfecté la cuisine du frigo jusqu’à l’appareil à raclette, arrosé les plantes qui n’en avaient pas besoin, dit à votre compagne/compagnon que vous en avez marre qu’elle/il laisse traîner ses affaires partout, visionné pour la énième fois une vidéo débile sur Youtube, parcouru un ixième article sur ou de Didier Raoult, imprimé votre trentième attestation de déplacement dérogatoire, absorbé l’intégralité des cours du Collège de France en podcasts, découvert sur le Web des images pornographiques absolument hallucinantes, téléphoné à des amis dont seul votre carnet d’adresses se rappelait l’existence, que vous reste-t-il à faire sinon injurier le téléviseur et le poste de radio qui, depuis tant de jours, ne vous parlent du monde qu’à travers le prisme du virus ?

C’est là qu’il faut faire preuve d’imagination. « Assez, putain de bordel de merde ! Assez ! » est la première chose qui vient aux lèvres mais, comme souvent, les premiers jets ne sont pas les meilleurs. Les deuxièmes, souvent à base de « Allez vous faire foutre », sont rarement plus littéraires, et il arrive que nos ressources créatives ne soient pas suffisamment riches pour aller plus loin qu’un troisième jet (un crachat sur le poste).

Alors pourquoi ne pas s’en remettre aux artistes dont, après tout, c’est le métier de traduire l’expression de nos sentiments et ressentiments ? Le rap est certainement le champ artistique le plus réactif à l’actualité. Si ses mélodies sont rarement surprenantes, ses textes ont un caractère printanier qui sied à la saison et aux circonstances.

Le prix Nobel de médecine 2020 reviendra sans aucun doute à Dizz et Gotty Boi Chris pour leur Fuck the Corona

À moins qu’il ne soit décroché par DJ Tye Boogie et son… Fuck the Corona

Mais peut-être préféreront-ils à Stockholm couronner une femme en la personne de Lala Milan qui a produit un remarquable… Fuck the Corona

ou bien la délicieuse Big Ass Kelly Price et son … Fuck the Corona Bitch.

La France a certainement  son mot à dire dans ce débat avec le rappeur Koma et son… Fuck the Corona

Sinon ATL Terminus a commis un surprenant Fuck Covid-19

Pour finir sur une note plus optimiste, plus mélodieuse aussi, avec la Coréenne Zero One, voici… Fuck the Corona What a Wonderful World.

Édouard Launet
Insultologie appliquée