La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Passeggiata
| 05 Avr 2021

lento

 

 

accelerando

 

 

 

 

 

diminuendo

on promenait son humanité
à la laisse
on en considérait d’un œil
tendre les déjections
les aboiements
fièrement
et quelques âmes, par les fêlures de la cuirasse qu’elles s’étaient faite contre les effondrements, donnaient encore accès aux humbles émerveillements, au coton d’un nuage que file le vent dans le couchant,  au sang clair d’une betterave entre les doigts, à l’amour tranchant du couteau pour le parchemin de l’ail, au souvenir d’un rêve comme le saut d’un poisson hors de l’eau noire, on les reconnaissait, on s’en approchait prudemment, sur les dernières pointes du désir, parfois sans être sûr qu’on ne veuille pas les emmurer
parce qu’abandonné qu’on était dans l’éboulis des espérances qui tenaient la vie fièrement oblique naguère encore
on ne voyait plus aux arbres les feuilles mortes que les vents et les pluies d’automne n’avaient pas arrachées
et qui pendaient recroquevillées comme des ailes inutiles et dont on avait perdu la mémoire des battements des envolées
ni au livre du ciel les pages innombrables des constellations qu’avaient déchiffrées les générations passées
on allait tapant du talon le sol et jouant bravache les derniers numéros du triomphe de la volonté
mais le visage perçait le masque on y lisait qu’on n’attendait plus rien de personne et de chacun qu’il disparaisse

Photo Passegiata © Frédéric Teillard

Frédéric Teillard
Microscopies

[ttfmp_post_list id= »postlist_794″ columns= »3″ type= »post » sortby= »date-asc » count= »-1″ offset= »0″ taxonomy= »category:microscopies » show_title= »1″ show_date= »0″ show_excerpt= »0″ excerpt_length= »default » show_author= »0″ show_categories= »0″ show_tags= »0″ show_comments= »0″ exclude_current= »1″ thumbnail= »top » aspect= »landscape » paginate= »0″ arrows= »1″ dots= »1″ autoplay= »1″ delay= »6000″ transition= »scrollHorz »]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline