La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J21 – La ligne Maginot au pouvoir
| 20 Jan 2016

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

Cette saison, la Ligue 1 peut s’enorgueillir du meilleur dribbleur d’Europe, loin devant les Barcelonais Neymar et Lionel Messi : Hatem Ben Arfa. Seulement voilà, c’est un astre solitaire, une étoile filante sur un ciel immobile, et sa réaction après la difficile victoire de Nice face à Angers pourrait s’appliquer à l’ensemble du championnat : comment peut-on prendre du plaisir à jouer aussi défensif ?

À l’heure où la Ligue prône le spectacle, on peut s’étonner de cette tendance défensive du football français, et y chercher des explications complexes. Pourtant, une seule suffit : les chiens ne font pas des chats. Si l’on retire Leonardo Jardim qui n’a jamais été joueur, sur les dix-neuf entraîneurs de Ligue 1 on compte à l’heure actuelle : huit anciens défenseurs (Sagnol, Ripoll, Baills, Der Zakarian, Blanc, Arribagé, Galtier, Robin), six milieux défensifs (Laurey, Antonetti, Moulin, Genesio, Puel, Guégan) et deux gardiens (Printant, Montanier). Contre seulement deux milieux offensifs (Michel, Gourvenec) et un attaquant (Garande). Bien que le joueur ne fasse pas l’entraîneur, la statistique n’en est pas moins frappante, d’autant que beaucoup des susnommés appartenaient à cette catégorie de joueurs qu’on dit par euphémisme “rugueux”, destructeurs du jeu adverse plutôt que constructeurs. Et pour peu qu’on mette de côté l’Espagnol Michel, on s’aperçoit que cette tendance est bien française, comme l’attestent au plus haut niveau les derniers entraîneurs appelés à représenter la nation depuis le sacre mondial de 1998 : Lemerre (défenseur central), Santini (milieu défensif), Domenech (défenseur latéral), Blanc (défenseur central) et Deschamps (milieu défensif). Il faut que Ben Arfa s’y fasse, la défense fait partie de l’identité du football français. Seulement du football ?

Le quick and rush anglais a tout de la fameuse Charge de la brigade légère, rapide, héroïque, souvent désastreuse et dont Tennyson écrivait : “Il n’y a pas à discuter / Il n’y a pas à s’interroger.” Au contraire, le succès actuel du football allemand se base sur la stratégie du blitzkrieg : une offensive éclair de Panzer, implacable, méthodique. Quant à la France, c’est le pays de Verdun, de la guerre de tranchées, et c’est surtout la Ligne Maginot. Une série de fortifications défendues par des unités dont la devise “on ne passe pas” est héritée de Verdun, et semble avoir inspiré nos entraîneurs. Qu’elle est loin la furia francese des guerres d’Italie, héritière de cette audace gauloise qui fascinait César. Loin Napoléon, qui pensait comme Frédéric de Prusse qu’il “faut toujours attaquer le premier”. Tout un vieil esprit héroïque qui disparaît après l’échec de la stratégie de l’offensive à outrance du début de la Première guerre mondiale. Fini, le culte de l’offensive, en stratégie comme en esprit. Désormais, même notre football ressemble à un plan de bataille du général Gamelin !

Mais une identité, ça se change. L’Espagne a vaincu le syndrome de l’Invincible Armada : les meilleurs joueurs, le meilleur championnat, et pourtant la défaite inéluctable par manque d’une stratégie coordonnée. Nos entraîneurs offensifs, nos Mangin (récemment limogé, Hervé Renard est comme lui l’apôtre d’une “force africaine”), nos Nivelle partisans des “attaques brusquées”, nos Foch, exercent à l’étranger, à l’image d’un Zinédine Zidane. On voudrait qu’ils reviennent, mais peut-être le moment n’est-il pas arrivé, quand ce n’est pas seulement le football français qui est sur la défensive, frileusement retranché derrière sa ligne Maginot, mais tout un pays qui, dans le sillage de son gouvernement, peine à s’ouvrir, à aller de l’avant et s’enterre dans les tranchées d’une nouvelle “drôle de guerre”…

Sébastien Rutés
Footbologies

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)