Sociologie avec chat et bougies

“Pau : une fête de famille finit en bagarre générale à cause du chat.”

Déroulons le fil des événements tel qu’il a été rapporté par le journal Sud-Ouest. La scène se passe dans le centre-ville de Pau. C’est l’anniversaire d’une jeune fille, une partie de sa famille est réunie, l’alcool coule comme un torrent. Au cours de la soirée, le chat du foyer monte sur la table. Le père de la jeune fille l’en fait prestement descendre. Ça ne plaît pas à l’oncle, qui frappe le père. La mère intervient, elle se fait gifler. Dans la mêlée générale, la grand-mère prend un gnon et se retrouve avec un oeil poché. La nièce entre à son tour dans l’altercation, attrape une bouteille et la fracasse sur la tête de l’oncle. À 22h45, les policiers débarquent pour siffler la fin de partie. On ne connaît pas le sort du chat, peut-être aplati par une chaise lancée au-dessus de la table ou plus probablement parti chez les voisins quêter un supplément de RonRon.

Tout est mal qui finit mal, mais ç’aurait être pu être bien pire. Imaginons en effet que la fête se soit produite dans un foyer où, en sus de l’alcool, des armes aient été disponibles. Et situons la réunion familiale en Floride pour dépayser l’action. Top départ. L’alligator de la famille saute inopinément sur la table, pile sur le gâteau d’anniversaire. Le père tente d’aplatir l’animal avec une batte de base-ball mais, ratant son coup, ne parvient qu’à assommer l’oncle à moitié. Celui-ci, passablement ivre, se relève et arrose la tablée avec un fusil d’assaut de marque indéterminée. La mère, la grand-mère et deux voisins sont touchés tandis que la fille plonge au sol et fait une roulade vers le buffet d’où elle extrait un Smith & Wesson de bon calibre avec lequel elle fait feu au jugé sur les positions adverses, qui n’ont à vrai dire pas de périmètre bien défini. L’alligator se prend une balle dans la queue et s’enfuit en couinant. Les forces de l’ordre assiègent le bâtiment avant de lancer une grenade à plâtre dans la mêlée juste au moment où la grand-mère se fait sauter avec une ceinture explosive. Joyeux anniversaire !

Rembobinons maintenant le film palois pour l’analyser à la lumière de la sociologie. La chercheuse Régine Sirota a naguère défini la fête d’anniversaire comme étant un “potlach contemporain de l’enfance”, évocation en termes modernes de l’analyse classique de Marcel Mauss. La sociologue écrit : “L’anniversaire est une véritable épreuve de parentalisation. Certes, l’enfant apprend et met en place des codes sociaux mais il exige aussi de ses parents la maîtrise de ces codes. Or ceux-ci ne les connaissent pas toujours puisqu’il s’agit d’un rituel en mutation, qui n’est pas transmis de génération en génération”. Il semble que le centre-ville de Pau soit resté très à l’écart de ces mutations, ou bien qu’il les ait mal comprises.

Régine Sirota poursuit : “Véritable épreuve physique et psychologique dont le succès est immédiatement mesurable, devant l’enfant, ses copains et leurs parents, ce rituel devient en fait un rite d’intégration sociale. Il s’agit de le réussir. D’où le succès des anniversaires commerciaux face à une parentalisation de moins en moins évidente.” On note en effet une inclination croissante des enfants pour les anniversaires McDo, où les clowns et les guignols ne manquent pas non plus, et où les familles se mettent rarement des baffes même si parfois des fusillades éclatent (ce genre d’incidents se produisant plus souvent en Californie ou en Floride que dans les Pyrénées-Atlantiques).

Dernier point, dont la sociologie ne dit rien mais que le simple bon sens recommande : tenir les animaux domestiques à l’écart du gâteau d’anniversaire, et peut-être même de l’anniversaire tout court.

Édouard Launet

Sciences du fait divers

Imprimer Imprimer