La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Agrippine vs canicule
| 28 Juil 2019

#guide

 

Britannicus, de Racine, mise en scène de Christine Joly, avec Philippe Lebas, à l'Artistic théâtre (Paris), jusqu'au 31 juillet 2019« Et ne connais-tu pas l’implacable Agrippine ? », « J’embrasse mon rival, mais c’est pour l’étouffer », c’est dans Britannicus de Racine, la pièce dont le héros n’a jamais été Britannicus, mais Néron qui en est le centre, le metteur en scène et le moteur. Et s’il en était l’unique personnage ? C’est de cette question que semble s’emparer Philippe Lebas à l’Artistic Théâtre où il incarne seul tous les personnages de la pièce. Selon la note d’intention, nous devons voir Racine disant tous les rôles de son texte, mais on peut aussi deviner un Philippe Lebas-Néron imaginant sa vie comme une pièce de théâtre où il se prend tour à tour pour chaque personnage — Néron-Britannicus aime Néron-Junie qu’enlève Néron-Néron sous l’œil bienveillant de Néron-Narcisse, sans oublier Néron-Agrippine quand l’empereur fait sa mère, comme si Anthony Perkins avait tourné Psychose à l’époque de l’empire romain. Mais on ne se débarrasse pas si facilement du corps d’une mère implacable et la voilà face à Néron incarnée pour une scène par Christine Joly, qui signe aussi la mise en scène.

Quand l’exploit d’un comédien – une heure quarante-cinq à faire l’amour aux alexandrins et à jouer de toutes ses voix, avec pour seul accessoire un grand pan de tissu écarlate – permet de réécrire l’histoire, on est content d’être allé au théâtre et persuadé qu’il fallait bien une salle climatisée : la canicule, ce n’est rien à côté d’Agrippine et Néron.

Sophie Rabau
Guide

Britannicus, de Racine, mise en scène de Christine Joly, avec Philippe Lebas, à l’Artistic Théâtre, 45 rue Richard-Lenoir, 75011 Paris (01 43 56 38 32), jusqu’au 31 juillet 2019.  

0 commentaires

Dans la même catégorie

Jon Fosse ou la musique du silence

Si Shakespeare utilise dans son oeuvre un vocabulaire de 20.000 mots là où Racine n’en a que 2000, Fosse, lui, tournerait plutôt autour de 200. Une décroissance qui n’est pas un appauvrissement: comme ses personnages, la langue de Fosse est en retrait, en grève du brouhaha et de l’agitation du monde.

Montévidéo dans l’impasse

Drôle de dernière semaine au festival Actoral fondé par Hubert Colas en 2001 à Marseille. Dans la salle de Montévidéo, la performance de Grand Magasin, programmée samedi 14 octobre à 21h et intitulée “Comment commencer”, pourrait bien se transformer en “Comment finir”.

L’arbre à sang: traduire à l’oreille

Sur la scène des Plateaux Sauvages, trois actrices interprètent L’Arbre à sang, de l’auteur australien Angus Cerini, dans une mise en scène de Tommy Milliot. Entretien avec Dominique Hollier, l’une des trois comédiennes, mais aussi la traductrice de la pièce.

Rêver des maisons de la culture et de la nature

Alors que le festival d’Avignon s’achève, Romaric Daurier, directeur du Phénix, Scène nationale pôle européen de création de Valenciennes, plaide pour une “exception culturelle écologique heureuse, réconciliant l’héritage des Maisons de la Culture de Malraux et de l’Éducation populaire”.

La conteuse aux pieds nus

« Une nuit à travers la neige » est adaptée de « L’Homme qui rit » de Victor Hugo par Ariane Pawin. Du conte, du théâtre-récit, du mime, de la peinture aussi grâce aux lumière de Marien Tillet. Et une petite forme qui n’a rien de mineure.