La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Maréchaux nous voient là (1)
| 27 Oct 2018

« Et si nous “voyagions” dans ce tram, pour aller “voir” ce qui se passe par là, autour ? »

 

Marcher au long du trajet et noter à la sauvette mes impressions. Un premier parcours en partant de la porte de Vincennes, choisissant les abords du bassin de la Villette, le franchissement du boulevard périphérique pour pénétrer cette banlieue qu’on voudrait bientôt nommer Grand Paris. Le Tram 3b trouve encore son terminus à la porte de la Chapelle, et en 2017 le centre prévu pour abriter des réfugiés à la Chapelle s’est montré si insuffisant que certains ont trouvé refuge sous un pont de chemin de fer alors que la mairie de Paris y déposait des rochers dissuasifs… La solidarité amena des tailleurs de pierre à témoigner. Au moins deux personnes laissèrent la vie sous ce pont.

Gilles Walusinski
Un tramway renommé Désir

(Cliquer sur une photo pour l’agrandir)

[ngg src= »galleries » ids= »22″ display= »pro_mosaic »]

     

Lire l’article de
Anne-Marie Fèvre
                 Maréchaux nous voient là
(2)

 

0 commentaires

Dans la même catégorie

Le temps de l’objectivité

Jusqu’au 5 septembre, le Centre Pompidou présente une grande exposition sur la Nouvelle Objectivité, recension d’un moment de l’histoire de l’Art dans l’Allemagne des années 1920. Angela Lampe, conservatrice des collections historiques du Centre en est la commissaire. Pour ce travail exceptionnel, elle s’est adjointe Florian Ebner, le conservateur de la Photographie. Ils ont choisi le photographe August Sander et ses portraits comme fil conducteur. Passionnant!

1839, une révolution révélée

Les éditions Macula publient la somme de Steffen Siegel sur l’invention de la photographie par Daguerre et Talbot, passionnante anthologie de textes de l’époque aux résonances étonnamment modernes. 

L’Amazonie de Sebastião Salgado

Les photographies de forêt amazonienne de Sebastião Salgado exposées à la Philharmonie de Paris sont sublimes. Trop? L’accrochage et les partis pris posent en tout cas plusieurs problèmes.