La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Ibsen à la source
| 21 Avr 2019

#guide

 

Ibsen à la source

Un ennemi du peuple, d'Henrik Ibsen, traduit du norvégien par Eloi Recoing, Actes Sud-Papiers, 2019Enseignant, metteur en scène, germaniste, Éloi Recoing a traduit sa première pièce d’Ibsen en 1992, alors qu’il ne savait pas encore le norvégien. Il s’est rattrapé depuis et Un ennemi du peuple est la septième pièce de l’auteur de Peer Gynt qu’il traduit pour les éditions Actes Sud-Papiers. Le texte fait par ailleurs l’objet d’une mise en scène de Jean-François Sivadier programmée à Paris au Théâtre de l’Odéon du 10 mai au 15 juin. Difficile de trouver pièce plus actuelle : un médecin découvre, à la veille de l’ouverture de la station thermale qui va assurer la prospérité de sa petite ville, que les eaux curatrices sont en fait gravement polluées. Au nom de la vérité, et de la santé publique, il dénonce le scandale et se retrouve cloué au pilori par les notables – dont, son frère, maire de la localité – et l’ensemble de la population, qui craint la ruine économique. À ce thème s’ajoute un autre, cher à Ibsen : le basculement de l’idéalisme vers le fanatisme et la pulsion de mort. Les traductions d’Éloi Recoing sont toujours un plaisir à lire et à entendre, elles coulent de source. 

 

 

Un ennemi du peuple, mise en scène de Jean-François Sivadier. Photo © Jean-Louis FernandezUn ennemi du peuple de Henrik Ibsen, traduit du norvégien par Éloi Recoing, Actes Sud-Papiers, 2019, 15 €. Et mis en scène par Jean-François Sivadier à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, du 10 mai au 15 juin.

Guide

0 commentaires

Dans la même catégorie

Les maquilleurs de mots

Escroc, maquilleur d’autos, contrebandier, cambrioleur : le traducteur ouvre ce qu’on croit hermétiquement fermé, il crochète les langues et les cultures, il met en circulation. Il n’aime pas plus l’idée d’une œuvre achevée que le braqueur un coffre-fort. Son butin, il le refourgue ailleurs. Il prend, il donne, il fait profiter.

Chercher des passages

Je ne crois pas qu’on puisse devenir un bon traducteur si l’on n’aime pas « la » langue, c’est à dire les langues, dans toutes leurs diversités, si  l‘on n’est pas persuadé que comprendre le monde demande « plus d’une langue », si l’on n’est pas prêt à mettre le nez dehors, hors de sa langue…

Le migrateur est un traducteur

Joies et surprises d’un atelier d’écriture avec des réfugiés de Calais. Pashto, ourdou, dari, arabe, tigrinya, persan, bengali, anglais, français : les murs linguistiques n’existent pas.

Fourscore et les oiseaux

De tous les algorithmes de traduction automatique, ceux à base de réseaux de neurones sont sans doute les plus performants. Mais pas fiables à tous les coups. La preuve par un discours d’Abraham Lincoln…

Un idiot utile

Les programmes de traduction automatique ne cessent de s’améliorer. Mais traiter la langue comme un objet statistique, sujet aux calculs de probabilité, ne permet toujours pas de dégager le sens des énoncés.