La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

7 – Humour en format court
| 05 Déc 2022
Le Gouffre aux Séries. Une plongée bimensuelle dans soixante ans de feuilletons et de séries à la recherche des perles rares et de leurs secrets de fabrication.

Les plus courtes sont les meilleures, c’est une des raisons pour lesquelles les épisodes des séries humoristiques dépassent rarement la trentaine de minutes. Les sitcoms, pour comique de situation, ne laissent guère aux dites situations le temps de se développer, ni aux intrigues celui de prendre de l’épaisseur. Tout ou presque est dans des dialogues à la mitraillette, que l’on imagine écrits par des armées de scénaristes au nez blanchi par la coke. Est-ce pour autant un genre mineur dans le monde des séries? Oui puisque que le plus gros de la production, souvent alourdi de rires pré-enregistrés, est soit médiocre soit indigent. Non si l’on considère le haut du panier.

Prenez par exemple The Thick of it (BBC Four et  BBC Two, 2005-2012). Cette sitcom anglaise est non seulement hilarante mais réaliste, à quelques outrances près. Elle se déroule dans les coulisses du pouvoir britannique où s’agite une féroce bande d’attachés de presse et de spin doctors. La réalisation est nerveuse, les scènes sont filmées caméra à l’épaule, et le tout est un maelstrom de langage ordurier et de provocations, comme les anglophones pourront en juger ici. A noter le nombre de mots que le sous-titrage automatique de Youtube se refuse à afficher.

L’américaine Silicon Valley (HBO, 2014-2019) est une des autres belles réussites avec ses personnages attachants et ses rebondissements hilarants. Ici en anglais et là en français, vous verrez comment une discussion absurde sur la branlette se transforme en idée d’algorithme pour la compression de données.

Comme il serait dommage que les non anglophones n’en saisissent pas tout le sel, revoilà la séquence doublée en français

Sketchs

Il y a évidemment ces aventures au long court que sont Friends (NBC, 1994-2004), The Big Bang Theory (CBS, 2007-2019), Parks and Recreation (NBC, 2009-2015), ou encore Curb Your Enthusiasm (HBO, 2000-2011). Quant à Seinfeld (NBC, 1989-1998) et Louie (FX, 2010-2015), série relativement autobiographique du comédien Louis C.K., elles mettent en scène des comiques de stand-up et sont ponctuées de sketchs, ce qui les rapprochent des émission à sketchs, spécialité britannique s’il en est. Personnellement, je n’ai jamais rien vu de plus drôle que The Sketch Show (ITV, 2001-2004), en particulier cette séance de thérapie de groupe pour individus atteints de diverses phobies

La fine équipe a fait également très fort avec cette séance de photos de mariage:

Certaines sitcoms sont conçues pour des publics ciblés. Grace and Frankie (Netflix, 2015-2022), avec Jane Fonda et Martin Sheen, vise le troisième âge. La Méthode Kominsky (Netflix, 2018-2021) est une autre offre spéciale seniors où le personnage incarné par Michael Douglas évoque entre autres sa prostate et ses problèmes urinaires. On the Verge (Canal+ et Netflix, 2021) est une série douce-amère de Julie Delpy pour les cinquantenaires. Fleabag (BBC Three, 2016-2019) est faite les trentenaires et moins ayant un penchant pour l’humour noir.

Sans être à proprement parler des sitcoms, certaines séries peuvent très drôles par moments, comme Shameless (Showtime, 2011-2021), chronique d’une famille dysfonctionnelle de Chicago, ou Braindead (CBS, 2016), dans laquelle des insectes extraterrestres grignotent le cerveau des employés de la Maison-Blanche et d’élus américains.

Puisqu’on parlait de faire court, et de crainte d’explorer les fonds de tiroirs, on s’en tiendra là. 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

11 – Affaires de famille

Les histoires de famille tournent mal en général. Surtout dans les séries américaines. Il y a mille manières de détruire un foyer et autant d’entretenir un brasier, ce qui fait que les séries familiales alignent un nombre conséquent de saisons.

10 – Pour lendemains de cuite

Mal écrites, mal jouées, mal réalisées: ce sont les séries nanars. Il faut en voir quelques-unes pour mieux apprécier les autres. On ne va pas nécessairement jusqu’au bout de la première saison, ni même du premier épisode parfois, mais il est possible d’y prendre un plaisir pervers un lendemain de cuite…

9 – Dystopies

Il reste peu de monde pour prédire que l’avenir sera rose puisqu’il risque fort d’être chaud, affamé, effondré, triste, électroniquement surveillé et populiste. Ceci étant posé, il est utile de savoir précisément à quoi s’attendre. Les séries dystopiques nous y aident.

8 – Professionnels de la profession

Certaines professions sont surreprésentées dans les séries: avocat, médecin, homme et femme politique et bien sûr policier (on croise aussi moult tueurs en série mais cette occupation peut difficilement passer pour un métier). Ces professionnels ont en commun de côtoyer beaucoup de monde, de passer sans cesse d’une affaire à l’autre et d’être aux prises avec une large palette des maux de la société.

6 – Exercices de style part III

Après le cinéma, certaines séries se sont laissé aller aux joies du jump cut, du montage-son sophistiqué, des ellipses narratives et de quantité d’autres techniques, que l’on ne verra certes pas dans “Dallas” ni même dans “Downton Abbey”.