La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Dugenou en Antartique
| 31 Mai 2022

« Quelque chose comme un oiseau remue un peu
À son ventre serein comme un monceau de tripe ! »

Arthur Rimbaud, « Accroupissements », Poésies, 1871

La démarche de l’Empereur

Qu’ils sont bêtes comme leurs pieds celles et ceux qui se moquent de la démarche des manchots! Il n’y a absolument rien de drôle à observer ces pauvres bestioles gauchement déambuler; pas de quoi se gondoler au spectacle de ces emplumés qui se dandinent, penchant leur pataude carcasse d’un bord à l’autre, comme un bateau ivre, avec des jambes minuscules et apparemment raides comme des piquets.

Comme toujours – en tout cas souvent –, la vérité est ailleurs, sous les plumes, là où la biomécanique des manchots est indécelable. Car s’ils bringuebalent autant ces piafs, s’ils se meuvent niaisement à nos yeux, c’est parce que les y contraint une inhumaine réalité articulaire. Ça oui! Et quand lumière aura été faite sur les particularités anatomiques de l’espèce, ils se bidonneront moins ces baveux montrant du doigt les manchots marcheurs et se tenant les côtes.

Modèle 3D du genou d'un manchot de Magellan, posté sur la page Twitter du docteur Craig Woodward, paléoécologiste, Université de Brisbane (Queensland, Australie), le 25 mars 2020

Modèle 3D du genou d’un manchot de Magellan, posté sur la page Twitter du docteur Craig Woodward, paléoécologiste, Université de Brisbane (Queensland, Australie), le 25 mars 2020

D’abord parce que ces sales bêtes à l’appétit vorace et aux excrémentations catapultées comme cela a été relaté dans un précédent billet de cette excellente revue, ces sphéniscidés donc, qui se font passer pour des pingouins, ont dissimulé sous la peau de leur tronc, elle-même encagoulée sous leur abondant plumage, un fémur et une articulation, comparable à notre genou, pourvue d’une sournoise petite rotule (patella) ; et dans le même sac, dissimulée aussi pour ainsi dire, réside la plus grande part de leurs tibiotarse (os résultant chez les oiseaux de la condensation du tibia et de la première rangée des os du tarse, ndlr) et péroné (fibula). C’est là qu’est l’os hélas, la tromperie, car cette ossature se tient au chaud, invisible dans l’épaisseur du corps et de la graisse qui y est accumulée. Chez la bête, seule la partie inférieure des os de la jambe dépasse de son poitrail, avec au bout le pied qui se pose sur le sol ou la glace. Ça, c’est un sacré jambage, pas vrai ? Alors, qui d’entre vous pleurniche pour un malheureux ongle incarné?

Mais ce n’est pas tout ! L’artificieuse bête a plus d’un tour dans son sac – si j’osais, je dirais corps. L’entièreté de sa rouerie n’a pas encore été dévoilée – si j’osais, je dirais déplumée.

Dans cette histoire de locomotion polaire en effet, le plus sidérant est à venir: les manchots bien jambés sont en position accroupie lorsqu’ils se tiennent debout (sic); ils sont encore en position accroupie lorsqu’ils se déplacent; accroupis quand ils forniquent; accroupis quand ils se protègent du froid; accroupis toujours quand ils meurent ou prennent la pose en photo… Oui, vous avez bien lu: ils sont accroupis! L’accroupissement est chez eux moins une assuétude qu’une disposition anatomique. Et s’ils se dandinent, vous l’avez maintenant compris, c’est parce que chez ces piafs, être ingambe implique de se mouvoir dans cette étrange posture: les genoux pliés sous le plumage et le croupion qui tangue au ras du sol. Comme le proclame sentencieusement le philosophe aviaire: «du cloaque à la terre, l’œuf choit à moindre coût!» (cloaque: chez les oiseaux, l’orifice commun des cavités intestinale, urinaire et génitale, ndlr).

Radiographie de manchot, sur le site internet du New England Aquarium à Boston, le vendredi 9 juillet 2010    Radiographie de manchot, sur le site internet du New England Aquarium à Boston, le vendredi 9 juillet 2010

Les deux radios jointes à ce texte, diffusées par l’aquarium de Nouvelle-Angleterre à Boston, révèlent parfaitement l’anatomie secrète des manchots, ainsi que la présence de l’articulation incriminée à l’origine de leur surprenante démarche. On y voit l’ossature des membres inférieurs, avec le fémur plus petit que le tibiotarse. Sur les clichés, l’articulation du genou est encadrée afin de faciliter son repérage. Dans la première radio enfin, on distingue aussi nettement l’extension des parties molles du corps de l’animal d’où ne dépasse, au niveau du poitrail, que la section inférieure de sa jambe, prolongée par le pied. Partant, ces radios nous font aussi réaliser qu’il est on ne peut plus balourd de se gausser de la dandinerie de ces pauvres piafs. En fait, les lourdauds, ce sont nous.

“Allonger les jambes, l’évolution interdite” (pour les manchots)

En japonais: “Allonger les jambes, l’évolution interdite”. Publié sur Reddit, le 21 février 2020

Et puis, cet accroupissement caché explique encore la capacité qu’ont ces animaux à bondir par surprise tel un véritable ressort. Rien de plus normal cependant, car le ressort de cette histoire est enfoui dans leurs entrailles et qu’on ne le voit pas se détendre. Cette aptitude à la sauterie se remarque en particulier chez les Gorfous sauteurs (Eudyptes chrysocome), car il ne faut pas chercher plus loin une explication à leur épithète spécifique: si l’espèce est primesauteuse, c’est parce qu’elle aime sauter, un point c’est tout.

Alors fini de rire maintenant! L’heure n’est plus à la danse des canards  Essayez donc de vous déplacer accroupi, et d’autres choses encore, qu’on voit si vous n’allez pas vous dandiner à votre tour, qu’on sache si vous ne pas passerez pour plus manche qu’un manchot, et, en marchant, finir par être plus royaliste que l’Empereur.

 

Ver esta publicación en Instagram

 

Una publicación compartida por @sheba.drawing


Manchot et cul-de-jatte, la double peine : ça craint ! Illustration : Sheba (Niwazekisho) https://www.instagram.com/sheba.drawing/

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

La glande uropygienne (Glandula uropygialis)

Chez la quasi-totalité des oiseaux, et notamment chez les manchots se remarque une glande sise à courte distance du croupion. Les savants aviaires la désignent sous le nom de glande uropygienne, ou mieux encore glandula uropygialis, qui sécrète une huile essentielle à la survie des emplumés.

Le Pingouin ou la révolution avortée

En 1907, Apollinaire et Picasso projetaient de réaliser ensemble un bestiaire, avec des poèmes du premier en regard de dessins du second. Il en reste une sérigraphie, un Pingouin tracé d’un seul trait. Si le projet avait abouti, l’histoire de l’art n’aurait peut-être pas été la même…

La patte ou la bourse

Quand, à l’aube du XXe siècle, le marin James Paton transforme la patte d’un manchot en porte-monnaie lors de ses veillées en Antarctique, il est loin d’imaginer que son “œuvre”, collectée par un musée, témoignera plus d’un siècle plus tard de la condition de l’homme moderne et désœuvré dans la glace.

Au Manchot qui lit !

Pour des millions de lecteurs à travers le monde, le manchot est d’abord un logo. Celui de la vénérable maison d’édition britannique Penguins Book, fondée à Londres en 1935 et pionnière du livre de poche.