La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Patapoufs et avatars
| 29 Oct 2022

Sobriété ! Macron appelle à la « sobriété énergétique volontaire » afin d’éviter la panne sèche cet hiver et les coupures de gaz et d’électricité. Sobriété ? Ce mot –nouvelle « valeur »?– contamine toute la vie. La production industrielle, la consommation, le travail, le sport, la nourriture, les voitures, les voyages, la Tour Eiffel… et par assonance la boisson -sobriété versus ébriété ! Mais dans le design, voici que tombent sur nos meubles, patatras, une abondance d’une sorte de style… « patapouf ».

Canapé Redoute Super Bold

Canapé La Redoute Super Bold

À lécher les vitrines des magasins de meubles, ou dans les salons spécialisés, on découvre des assises rondes mises en ordre d’énormité, des larges et gros canapés rembourrés, collés au sol, comme le volumineux Nourhane et boudiné chez Menzzo.fr, une « sorte de pixel géant ». À la Redoute, on annonce la couleur : du « plus « bold », avec des assises comme «gonflées qui créent une écriture ronde et souple, qu’on retrouve sur les piètements des tables, dans les jeux d’arrondis des structures tubulaires… Du doux, du doudou, du roudoudou… Certaines méridiennes s’arrondissent langoureuses sur plusieurs mètres carrés. Comme chez Poliform, des sofas, vrais radeaux, de Jean-Marie Massaud ! Il faut au moins un salon de 70 m2 pour accueillir ces géants.

Vaste sofa-méridienne de Jean-Marie Massaud, Poliform

Sofa-méridienne de Jean-Marie Massaud, Poliform

Les hôtels, de luxe ou de charme, donnent le ton, c’est cosy toute. Le salon parisien EquipHotel de novembre prônera l’hospitalité, l’aventure comme chez chez soi, le soin de soi (care). Fauteuils cylindrés et mastocs, entourant des lits de plus en plus étendus, de 160cm à 200cm de large ! et de plus en plus hauts ! Et combien de coussins ? Huit, dix, qu’il faut évidemment enlever pour se coucher, mais c’est la norme. Du moelleux XXL ! Mais très « sobres !» et souvent éco-conçus avec des tissus naturels et chauds. Pour être dans le coup, les tables et autres sièges peuvent adopter de gros pieds un peu éléphantesques. Ce débordement de matières, c’est côté haut de gamme car qui casera dans son logement modeste, aux chambres de plus en plus exigües, de telles masses par ailleurs si onéreuses.

Hôtel, lit XXL, fauteuil replet, Roset

Dans la grande distributions plus accessible, on retrouve aussi ces formes maousses. Chez Maisons du Monde, s’alignent Ingo ou Snoop en plus informes ; et qui dit patapouf, dit recrudescence de poufs qui s’épaississent. Chez But, s’affale le Big Bertha ! Des luminaires capelines, des abats-jour en forme de chapeaux de paille peuvent coiffer ces masses. Pour être dans le coup, une tasse de Monoprix adopte une anse potelée. Et chaussés de godasse plateforme démesurées, on mettra les pieds sur le bureau trapu.

Ce désir d’encombrant douillet, les lanceurs de tendances l’exacerbent. Comme tout le monde, ils ont remarqué que lors des confinements liés au Covid, beaucoup de gens se sont repliés dans leur maison, bricolant, commandant meubles après lampes, dont des canapés. Il fallait donc proposer des produits de crise, d’après crise pandémique (et pendant crise climatique), offrir de la sécurité domestique, du plus confortable que confortable, du nid cotonneux cocooning, recyclé. Dans un livre récent, Philosophie de la maison ( Rivages, 2021), le philosophe Emanuele Coccia énonce que « l’individu moderne se constitue principalement à travers les choses dont il fait usage et dont il s’entoure ». Pour lui, il y aurait « un animisme matérialiste qui résonnerait avec le discours écologiste ».

Certains « tendanceurs » évoquent, eux, un retour (encore!) aux seventies, pour justifier ces imposants meubles marshmallow. Mais on est bien loin des sièges de Pierre Paulin, suaves, organiques et si dessinées, loin de ses langues, champignons, rubans et autres tapis en jersey moulant, qui rimaient avec 1968, avec une vie décontractée au sol, et hédoniste. Car dès l’apparition du chopper, et au fil des styles du mobilier, l’histoire des objets et des meubles a démontré à quel point ils étaient les marqueurs d’une période économique, politique et culturelle bien précise, comme autant de symboles et de datations ! Aujourd’hui, les canapés qui étaient entrés dans les salons dans les années-60-70 pour regarder la télé, ne savent plus où donner de la fonction. Que reflètent en 2022 ces gros volumes qui voudraient nous dorloter, l’hédonisme n’étant plus d’actualité en cette fin « de l’abondance et de l’insouciance » selon Macron ?

D’autres oracles de l’air du temps font appel à l’oxymore – l’oxymore est aussi de rigueur, il explique et tambouille tout et son contraire. Comme au dernier salon Maison et Objet où était vendu le « méta-sensible ». Soit la fusion des mondes réel et virtuel. Ces intérieurs aux formes rebondies et immersives, aux lignes bubble-gum, auxquelles on ajoute des textures naturelles et de l’artisanat bien terrien, seraient le pendant indispensable du développement des métavers, de nos avatars qui nous doublent.

Dans le même méta-univers, le Design Museum de Londres invite à l’expérience du Monde de l’ASMR (Autonomous Sensory Meridian Response) soit « Réponse autonome du méridien sensoriel » ou « Réponse sensorielle autonome culminante ». L’installation comprend une assise géante telle une accumulations de lianes de guimauve molle et rose, et des écrans. On y voit et écoute des vidéos ASMR (subculture lancée sur Youtube qui a envahi les plateformes sociales). Cet acronyme désigne une technique de relaxation. On éprouverait une sensation physique d’euphorie, de calme profond, parfois un picotement dans le corps, déclenchée par le son, le toucher et le mouvement. Le musée présente son exposition comme la « première du genre à faire sortir le monde de l’ASMR de votre écran pour le faire entrer dans un espace physique. » Dans votre canapé finalement. Le canapé n’est plus seulement une assise, devient une plate-forme pour se retrouver tout seul/ensemble. Un monde merveilleux ?

Canapé plate-forme de David Williamson, Zanotta

La dématérialisation des objets n’est pas pour demain, en témoignent ces divans ventrus aussi écolos soient-ils. En se greffant au numérique, ces choses biens solides aggravent leurs cas. Car le numérique non plus n’a rien de dématérialisé. Il s’appuie sur des métaux rares bien réels qu’il conviendrait de prendre aussi en considération d’un point de vue écologique, eux qui font irruption dans la géopolitique. Et Internet est un considérable consommateur d’énergies.

Parallèlement à cette « hybridation » –un autre mot explique-tout très en vogue– il existe encore des causeuses élémentaires et confortables, qui invitent à la discussion, la lecture, la musique, et aux câlins. Quand on traque ce genre de « tendance », on est forcément de mauvaise foi ! Dans le design, l’économe, le minimal ont toujours traversé cette discipline, par esthétisme dans la tradition moderniste « du less is more » ; par souci écologique ces derniers temps, du réemploi à la seconde main.

En 2022, le canapé Riace de Ronan et Erwan Bouroullec (pour Magis) est un bon exemple de bon design encore inventif présenté à Milan. Certes, il est long, mais pas trop large, son dessin est subtil. Son dossier et son assise finement rembourrés effleurent à peine la structure légère en bronze blanc, il semble presque en apesanteur. Il reste très confortable, a de la tenue. Riace, comme la ville de Calabre connue pour ses bronzes. Et pour avoir, dès 1998, accueilli de nombreux exilés, un symbole de la cause migratoire. Quand un nom de canapé évoque des hommes biens réels à sauver plutôt que des avatars parallèles qui font se sauver.

Canapé RIACE pour Magis, design Ronan & Erwan Bouroullec

Canapé Riace pour Magis, design Ronan & Erwan Bouroullec

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Le virus des objets

Martine Bedin et Claude Eveno se sont rencontrés en 2000, ont beaucoup correspondu. Au fil de leur amitié, à travers textes et lettres, ils retracent leurs souvenirs respectifs, leurs initiations croisées, leurs constats actuels. Se répondent leurs relations aux lieux, à l’espace, aux voyages, aux maisons, à l’art, à l’architecture, à la photographie… Au design finalement, dans Objets, nos amis. Une conversation, un livre où ils dressent un état du monde des choses subjectif, joyeux et désenchanté. (Lire le guide)

Bordeaux… ô verre, suspends ton vol !

À la Cité du vin de Bordeaux, bâtiment élevé à la gloire des vins du monde entier, l’exposition « Renversant » est une présentation de verres contemporains, bouteilles, carafes… au carrefour du design et de l’art. La designer Matali Crasset y a été invitée pour créer un nouvel objet pour la dégustation, Vino sospeso (Vin suspendu). Elle démontre là, une fois de plus, sa manière de regarder nos usages familiers avec un autre œil et d’autres doigts. (Lire l’article)

Les frères Bouroullec, de la fontaine à la source

Le 21 mars, jour du printemps, l’eau des six fontaines taries du Rond-Point des Champs-Élysées – elles avaient été piétinées lors de la Coupe du monde de foot 98 – va jaillir à nouveau, quinze mètre au-dessus du sol. Elle s’écoulera du haut de six mâts, dans du cristal, vers les six bassins conservés, datant du XIXe siècle. Ces pièces exceptionnelles ont été redessinées, complètement réinventées par Ronan et Erwan Bouroullec, dans l’esprit de celles conçues par le verrier Lalique en 1930. Leurs mâts des Champs, projet précieux, fragile et onéreux, feront sans doute l’objet de critiques, au temps des gilets jaunes sur rond-point. En attendant, les deux frères font un pas de côté. Et exposent leur dessins personnels et respectifs, chez kreo, leur dixième monographie en cette galerie parisienne. (Lire l’article)

 

Cache toi, objet !

Regarder Mai 68 du côté du mode de vie, de l’architecture intérieure, du design (même si ce mot n’est pas encore utilisé en France à l’époque), n’est pas anecdotique. “On veut changer toute la vie !” Le designer italien Ettorre Sottsass est tout à fait dans le coup quand il affirme : “Faire du design, ce n’est pas donner forme à un produit plus ou moins stupide pour une industrie plus ou moins luxueuse. Pour moi le design est une façon de débattre de la vie.” Le design, né et systématisé avec la révolution industrielle du XIXe siècle, a été immédiatement placé en responsabilité politique et sociale. Pas étonnant qu’il ait été prêt à faire les barricades. (Lire l’article)