La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Piscines privées: le grand plongeon?
| 27 Jan 2024

Il y a 3 ans, nous avions interviewé un membre de la Convention Citoyenne pour le Climat à propos des nouvelles mesures préconisées afin de limiter la consommation d’eau. L’une des mesures phares était l’interdiction des piscines privées à partir de 2022.

Surtout ne pas trop heurter la France d’en bas, toujours prête à dénoncer une écologie punitive, tel était l’impératif ! L’interdiction stricte avait donc été écartée. Après tout, pourquoi empêcher nos compatriotes d’installer ce qui n’est après tout qu’un de ces signes extérieurs de richesse auxquels ils et elles sont si attaché·e·s?

Les fabricants de piscines qui craignaient devoir “jeter le bébé avec l’eau du bain“, comme nous l’avait déclaré l’un d’eux, ressortaient la tête de l’eau alors qu’ils se croyaient à deux doigts du naufrage. En effet, il était toujours possible d’installer un bassin dans son jardin, mais et c’était là la grande innovation: verticalement !

On pouvait craindre que cet impératif ne refroidisse les éventuel·le·s acquéreurs (et euses). Pas du tout! cette mesure a été très bien acceptée et les français·es ont – à la grande surprise de tous les observateurs – fait preuve d’un esprit civique exemplaire en faveur de la planète.

Les paysages, à l’harmonie desquels nous sommes si sensibles, ont déjà commencé à se transformer, vibrant –et coloré!– symbole du nouvel engagement de nos compatriotes, qui semblent enfin prêt·e·s à se jeter à l’eau pour sauver notre bonne vieille terre !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Vitesses ressenties

Les nouvelles limitations de vitesse prennent désormais mieux en compte celles ressenties par les automobilistes.

Architecture: une proposition de Jérémie Decker

Dans la banlieue bouleversée par le Grand Paris, des promoteurs, avec la complicité d’architectes sans talent, commettent des ensembles interchangeables sans aucun intérêt ni avenir. Beaucoup de ces réalisations se dégradent à peine finies et devront probablement être totalement remaniées ou entièrement détruites d’ici 20 ou 30 ans. C’est bien la première époque où des architectes auront vu autant de leurs réalisations détruites de leur vivant!