La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

48 – Vendredi 1er septembre, 20 heures
| 17 Août 2022

Avant de dresser le bilan de ces dernières semaines, j’aimerais rendre hommage à votre consœur Anne Balfour. Elle était une femme extraordinaire et sa disparition brutale le 14 juillet dernier nous a tous bouleversés. Mourir un soir de fête. Tristesse infinie. C’était le soir de la tentative d’attentat contre le président. Tant d’eau a coulé sous les ponts depuis ce jour funeste.

J’avais appris à apprécier Anne Balfour au cours de nos rendez-vous quotidiens sur votre antenne. Elle était attentive, drôle, charmante. Je voudrais rappeler au public une anecdote qui la dépeindra mieux qu’un discours. Un jour où l’actualité n’était pas trop chargée, cela se produisait encore à cette époque, Anne m’avait offert de nous retrouver autour d’un plat dans une des brasseries de la place. Il était déjà tard, nous avions dîné rapidement. Au moment du café, Anne se lève et me prie de l’excuser. Les lumières du restaurant s’éteignent d’un coup.

Surpris, j’ai le réflexe de palper mon revolver. Mon arme ne me quitte jamais, même dans les instants les plus doux. Une habitude de flic. Je vois soudain surgir dans la pénombre un serveur portant un gâteau illuminé par une cinquantaine de bougies. Et Anne qui apparaît pour me souhaiter un joyeux anniversaire. Comment s’était-elle débrouillée pour connaître la date de ma naissance? Elle a toujours refusé de me le dire. Mais je crois que Anne est tout entière résumée dans ce geste amical, touchant, et inattendu.

Sa disparition laisse un grand vide. Malheureusement sa fin tragique dans un accident de voiture n’a pas marqué celle des événements qui nous préoccupent encore aujourd’hui. Pour le public, à la mémoire d’Anne Balfour, je me dois de reprendre le cours de mon enquête. Chacun l’aura compris. Ce n’est plus une simple affaire de vol et de meurtres. Il s’agit maintenant d’une véritable crise politique de dimension internationale.

Mais vous pleurez? Anne était une femme extraordinaire. Tant de talents réunis en une seule personne. Une femme irremplaçable.

Pardonnez-moi. Je préfère quitter le plateau.

 

Chapitre précédent  La Terre n’est pas assez ronde  Chapitre suivant

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie