La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Quino, face B
| 03 Oct 2020

Le dessinateur argentin, mort le 30 septembre à Mendoza à l’âge de 88 ans, n’est pas seulement le génial créateur de Mafalda. Dans un documentaire réalisé en 2005, El Humor (Pequeña Enciclopedia Ilustrada) – L’Humour (Petite Encyclopédie illustrée) –, Mariano Llinás et Ignacio Masllorens proposaient, dessins à l’appui, une édifiante analyse de l’art de Quino. L’extrait qui lui est consacré a été mis en ligne par la revue culturelle KabinettRS

Traduction des sous-titres du documentaire :
Au-delà de Mafalda (dont la place prééminente dans le dessin argentin ne souffre aucune discussion), le génie de Quino apparaît particulièrement dans ses dessins pleine page.
C’est là (avec suffisamment d’espace pour développer une idée, mais sans l’obligation pesante de l’articuler dans une trame complexe) que son travail se révèle – pourrait-on dire – subtilement prodigieux.
Le terme « subtilement » n’est pas arbitraire. La maestria formelle de Quino réside, précisément, dans sa capacité à être fortement innovateur sans perdre la subtilité dans le style et dans la ligne.
Il existe peu de dessinateurs aussi concernés par les problèmes formels.
Quino en fait, justement, l’axe même de son humour. Les ressources du langage sont celles qui amènent le gag ; elles sont porteuses de l’incongru, de la surprise et même de la violence.
Il suffit de s’arrêter, par exemple, sur l’emploi qu’il fait de la bulle.
Ou de recours graphiques classiques, du genre deus ex machina.
Dans les gags sur un seul dessin, cette synthèse formelle atteint sa plus haute perfection : tous les éléments cohabitent ; il n’y a pas de suite narrative ; il y a, seulement, une dynamique interne, aussi solide que fluide.
Cependant, en dépit de ce jeu permanent et singulier sur le style, Quino est en même temps un dessinateur hautement politique, un chroniqueur horrifié par le monde, par la marche du monde.
L’humour de Quino est un humour triste. Il ne suscite pas la joie ; il y crépite un fond de mélancolie et de douleur.
Son univers est un univers silencieux. Silencieux, solitaire, froid, hivernal.
Il suffit d’observer la façon dont il dessine le soleil. Un soleil éteint, un soleil triste.
Seules deux expressions viennent rompre cet univers gris et monodique. La première est l’expression autoritaire, l’expression de la rage.
L’autre, plus lumineuse, est l’enthousiasme.
Mais cet enthousiasme est toujours passager, toujours chimérique.
Les femmes chez Quino sont toujours lointaines. Elles sont attirantes mais dénuées de tendresse. Il y a toujours quelque chose de perfide en elles.
Leur destin est invariablement d’être des femmes au foyer, des grosses, des belle- mères, des agents involontaires de la souffrance et de la laideur du monde.
Quino est le moins superficiel, le moins condescendant, le moins cynique des humoristes. Il ne se contente pas de voir, comme nul autre, l’horreur qu’il y a dans les choses, il la subit ; et comme nul autre, il la redoute.
Il n’a sans doute pas tort.
Mariano Llinás et Ignacio Masllorens

Quino - "El Humor (Pequeña Enciclopedia Ilustrada)", documentaire de Mariano Llinás et Ignacio Masllorens

 

Bande dessinée

Guide

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Tofu, saké et autres gourmandises

Livres, films, expos, danse, théâtre… Chaque semaine, les choix de délibéré. Cette semaine La Cantine de minuit, BD de Yarô Abe publiée chez Le Lézard Noir, où chaque histoire se déroule dans un petit restaurant de quartier et se noue autour d’une nuit et d’un plat

Angoulême, du coq à l’âne et vice versa

46e Festival de la bande dessinée à Angoulême. Nestor Burma y côtoie des pin-up, des pétroleuses, des guerrières sanglées de cuir échappées du polar, de l’heroic fantasy, des années 40, des jeux vidéos, des comic books américains : du fantasme à l’état pur…

People are strange

Avec la réédition de l’ouvrage Des gens bizarres, les éditions Cornélius proposent un véritable livre d’art, servi par une édition très soignée, qui nous plonge dans l’univers expressionniste et très particulier de Nicolas de Crécy. Ses personnages sont autant de fenêtres ouvertes vers les différentes autres productions de l’auteur, et une manière originale d’entrer dans son œuvre. (Lire l’article)

“On n’est pas couché” dehors…

Prie-Dieu, La Mergez et Amédée, sont des clochards établis sur les quais de Seine, jusqu’au jour où ce dernier apprend qu’il est l’héritier de sa tante Adélaïde, qui lui lègue son pavillon en banlieue. Mais il ne pourra occuper ce domicile fixe que s’il prend en charge son neveu Nicolas, un jeune trisomique fasciné par Gagarine et les étoiles. Les fugues de Nicolas ou les frasques des amis plus ou moins honnêtes des SDF seront les moteurs d’une odyssée citadine où s’accumulent les rencontres de personnages hauts en couleur, sans jamais tomber ni dans le pathos larmoyant ni dans la glorification idéalisée de la marginalité. (Lire l’article)

Lapi-not dead at all

Après avoir été laissé pour mort dans le dernier album de la série des “Formidables aventures de Lapinot”, le héros éponyme de Lewis Trondheim est à présent ressuscité, pour le plus grand bonheur de ses fans. Ce n’est pas seulement le célèbre lapin que nous avons le plaisir de retrouver mais aussi ses amis, l’immature Richard, Titi ou Pierrot, dans une histoire où le fantastique se mêle à une lecture de notre société contemporaine et de ses dérives, qu’il s’agisse du terrorisme ou des sites de rencontre pour célibataires. C’est surtout l’occasion de découvrir, pour ceux qui ne le connaîtraient pas déjà, un des plus grand auteurs de la BD française contemporaine. (Lire l’article)