La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Quo vadis, Nicanor ?
| 26 Jan 2018

Nicanor Parra vient de nous quitter. En 103 ans de vie, il aura eu le temps d’être mathématicien et physicien, d’appartenir à une illustre famille d’artistes qui compte aussi parmi ses rangs la chanteuse folklorique Violeta Parra, sœur cadette de Nicanor, mais, surtout, d’être un énorme poète, ou plutôt anti-poète, ainsi qu’il aimait se définir. En publiant en 1954 ses Poèmes et antipoèmes [1], il donne un coup de pied dans la fourmilière poétique de son Chili natal, un pays où il est habituel de vouer un culte ronflant aux poètes. Aux lauriers d’un Pablo Neruda, sur lequel il portera un regard irrévérent mais non dépourvu d’un certain respect, il préfèrera donc écrire des Hojas de Parra (Feuilles de Parra, mais aussi Feuilles de vigne) avec les cépages du terroir, c’est-à-dire, les rythmes populaires et les mots encanaillés, le langage plus familier et nettement plus transparent de la tribu. Doublée d’un humour décapant et d’une personnalité iconoclaste, cette désinvolture de la parole lui permettra aussi bien de côtoyer la beat generation (Allen Ginsberg et Lawrence Ferlinghetti proposeront des versions de ses textes) que de remplir des stades de foot comme une star de rock, sans l’empêcher d’être pressenti à plusieurs reprises pour le Prix Nobel ni de remporter le Prix Cervantès de Littérature en 2011. Il aura même eu le temps d’écrire – en 1969 ! – son propre épigraphe : « Je fus ce que je fus : un mélange de vinaigre et d’huile, / un saucisson fait d’ange et de bête ». Et d’anticiper ce même moment : « Pleurez si vous voulez ; moi, je suis mort de rire ».

Mariana Di Ció
Littérature

QUO VADIS, NICANOR ?

JE VAIS ET JE VIENS

 

[1] L’anthologie bilingue des Poèmes et antipoèmes (1937-2014) de Nicanor Parra est parue au Seuil en 2017, dans la traduction de Bernard Pautrat, préface de Philippe Lançon.

À lire également à ce sujet : « Traducteur, un métier de survivants ».

 

0 commentaires

Dans la même catégorie

Combats de rue

Collaborateurs de délibéré, Juliette Keating (texte) et Gilles Walusinski (photos) publient chez L’Ire des marges  À la rue, livre-enquête engagé dont le point de départ est l’expulsion à l’été 2016, de treize familles roms de leur lieu de vie de Montreuil, en Seine-Saint-Denis.

Animaux de transport et de compagnie

Jacques Rebotier aime les animaux. Il les aime à sa façon. Il en a sélectionné 199 dans un livre illustré par Wozniak et publié par le Castor Astral. Samedi 2 mars, à la Maison de la Poésie, en compagnie de Dominique Reymond et de Charles Berling, il lira des extraits de cet ouvrage consacré à une faune étrange, partiellement animale.

“Un morceau de terre, un morceau de toile, une place”

Dans le troisième livre de la série “Des îles”, Mer d’Alborán 2022-2023, Marie Cosnay enquête sur ces lieux à part que sont ceux où “logent les morts”. Dans leur voyage périlleux entre les rives algérienne et espagnole, des hommes et des femmes disparaissent, engloutis par les eaux. Qu’en est-il des corps qui reviennent? Œuvre majeure pour crier l’inacceptable, mais avec bien plus qu’un cri: l’amour.

Jon Fosse ou la musique du silence

Si Shakespeare utilise dans son oeuvre un vocabulaire de 20.000 mots là où Racine n’en a que 2000, Fosse, lui, tournerait plutôt autour de 200. Une décroissance qui n’est pas un appauvrissement: comme ses personnages, la langue de Fosse est en retrait, en grève du brouhaha et de l’agitation du monde.

Queen of the Ice Men

Au commencement était l’image, et l’image était reine. Retour sur la Reine de glace, la vraie, celle dessinée par l’illustrateur Robert Gibson Jones en 1949 en couverture du pulp magazine « Fantastic Adventures ».