La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Silence, on danse
| 13 Déc 2016
SILENCE(S) à l’initiative de Dominique Dupuy, projet porté par le Théâtre National de Chaillot, prise de vues lors de la première de Tristan et Isolde du Ballet du Grand Théâtre de Genève, chorégraphie Joëlle Bouvier au Théâtre National de Chaillot le 23 mars 2016 © Patrick Berger

© Patrick Berger

Dans une société où l’on ne s’entend plus, où l’on ne nous entend plus, où les chut ! proférés par ceux qui ne supportent même plus le chant du coq rajoutent au brouhaha, il est temps de faire silence, d’entrer en silence, sans forcément en faire vœu. La danse a toujours et longtemps été associée à la musique qu’elle devait tantôt traduire sur scène (les comédies musicales), tantôt transcender (Le boléro de Ravel). Puis il y eut des rebelles qui coupèrent le son. Et des interprètes qui, même s’ils dansaient sur la musique d’un compositeur, imposèrent la leur. Quant à Cunningham et Cage, ils ont déclaré l’indépendance, chacun composant dans son coin, faisant confiance au hasard, à l’aléatoire lorsque danse et musique se rejoignaient le soir de la première. Dans le genre facétieux, Cage est allé loin, proposant une pièce 4’33 pour piano puis orchestre où la partition est jouée sans qu’aucun son ne soit émis des instruments, la musique provenant donc des gestes du musicien et de l’environnement. 

C’est ce silence, ce sont ces silences qui ont toujours habité Dominique Dupuy, chorégraphe et danseur, pionnier de la danse moderne d’après-guerre puis contemporaine en France. Il est à l’initiative d’un programme, pensé avec la collaboration du Collège international de philosophie, un projet porté toute cette saison par le Théâtre national de Chaillot en partenariat avec de nombreuses structures culturelles. L’affaire est sérieuse car le silence est partout un enjeu, ne s’opposant pas forcément au bruit ni à la parole ni à la chorégraphie. C’est donc dans un joyeux brouhaha (ou plus ou moins) que l’on pourra suivre des débats, des interventions ou des pièces présentés par de nombreux chorégraphes. “L’image la plus forte que nous avons du silence, précise Dominique Dupuy, c’est celle du silence de mort, c’est aussi la plus commune. Peut-être faut-il chercher ce qui serait un silence de vie, des silences de vie.”

Ce silence, il l’entend lorsque sa femme et complice, Françoise Dupuy, danse : “elle a cela en elle, dit-il, l’art du silence dont la danse est pétrie”. Comme Gérard Philipe dans Sodome et Gomorrhe de Jean Giraudoux, Jean-Louis Barrault au début du film de Marcel Carné Les Enfants du paradis, Claude Régy et bien sûr Beckett dont les écrits jalonnent le parcours du chorégraphe – il a mis en scène et danse Acte sans paroles.  Ce silence, il l’a entendu en étant sur scène. Il raconte : “en 1957, je dansais dans le ballet de Deryk Mendel, Épithalame, sur la musique de Messiaen qui eut un grand succès. Mais Messiaen décida de retirer le droit de danser sa musique, prétendant qu’elle n’est pas faite pour les hommes mais pour les anges !’ (propos sur lequel il reviendra en partie). Être avec la musique à cette époque était courant mais le silence non. Cela nous demandait un engagement, une écoute, une disponibilité autres.”

Côté pile, l’homme qui ferme les yeux pour mieux vous parler, ressemble à un bourgeois éclairé. Côté face, il est toujours le militant de la première heure, éducation pour tous, éducation populaire, lui qui sillonna avec Françoise Dupuy les villages les plus reculés de France pour y donner des spectacles dans des salles chauffées encore au charbon. “Dans ce programme, on considère que le silence est moteur de l’action. Le silence, ce n’est pas arrêter de faire du bruit, ce n’est pas une absence de sons. Je pars de l’idée inverse, du silence où viennent s’inscrire des sons”. Quant à la minute de silence, elle sera décryptée, comme bien d’autres silences imposés (en mars dans une conférence de Patrick Boucheron, historien et professeur au Collège de France).

Le 3 décembre dernier, sous la protection de la “servante”, cette lampe qui reste allumée en permanence sur les scènes de théâtre, c’était jour de silence à Chaillot : on a passé une journée de pratique et de “leçon” avec le philosophe Jean-Luc Nancy et le chorégraphe Abou Lagraa. Prochain rendez-vous le 16 janvier au Théâtre national de la Colline à Paris avec une soirée, présentée par Blandine Masson, consacrée à Alain Trutat, fondateur de France Culture

Marie-Christine Vernay

 

[print_link]

EnregistrerEnregistrer

0 commentaires

Dans la même catégorie

La danseuse inconnue

À partir d’une image acquise dans une vente en enchères, un voyage dans le temps à la poursuite de Marina Semenova, icône de la danse classique au temps de l’Union soviétique.

La Pavlova

Elle fut la première véritable diva du ballet. La star des tsars. Mondialement connue elle contribua à faire passer la danse de l’artisanat à l’industrie du rêve. Un livre, signé Martine Planells, retrace la vie d’Anna Pavlova, danseuse et chorégraphe de légende.

Bailographies à Mont-de Marsan

La 31e édition du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan s’est tenue du 2 au 6 juillet. Programmation de qualité, mélange générationnel, la manifestation ne s’essouffle pas. En prime, une très belle expo photo signé Michel Dieuzaide.

Maguy Marin ou l’urgence

Œuvre d’amour, d’admiration, Maguy Marin : l’urgence d’agir, le film de David Mambouch sur sa mère chorégraphe n’a rien de convenu. Le réalisateur travaille l’épaisseur et la densité du vécu, sait laisser parler, prend lui-même la parole. Et l’on sent qu’il y a, de son côté, une exploration des origines, que le ballet May B, conçu par Maguy Marin alors qu’elle était enceinte de lui, est pour lui un second ventre maternel. 

Christian Rizzo en terre de lumière

Dans Une maison, sa nouvelle création, Christian Rizzo convie quatorze danseurs emportés dans un flux continu de mouvements ponctués par de nombreuses entrées et sorties. On est tantôt sous un chapiteau avec des personnages qui portent des chapeaux pointus, turlututu !, dans une boîte de nuit pour un slow, dans une mascarade basque, dans un carnaval masqué où les mains se saisissent pour une ronde et autres farandoles. Le spectacle, créé après résidence à Bonlieu, Scène nationale d’Annecy, part pour une tournée internationale avant qu’on ne le retrouve en France avec de nombreuses dates l’an prochain et en ouverture du prochain festival Montpellier Danse en juin. (Lire l’article)