La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Car si pitié de nous pauvres avez
| 24 Jan 2020

 

 

 

qui perd son toit est sans abri
mais qui jusqu’à son sans abri
plus n’a de nom

sa cabane tout un décor de meubles fatigués et de bibelots joyeux arrangés avec soin autour d’une banquette dans un renfoncement de la rue de Clignancourt
sa cabane sans toit ni murs son intérieur dehors qui disait aux regards des passants au soleil à la pluie et au vent autant de dénuement que de poésie
sa cabane la nôtre a été saccagée cette nuit
renversées les jardinières les fauteuils brisés
la banquette crevée ternies les couleurs
les trésors pillés
lui disparu

Métro © Frédéric Teillard

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline

Fragment météorologique : l’orage

dans le petit jour gris les corneilles animent seules le feuillage des platanes figé dans l’air lourd
depuis la veille on est pris dans la l’étreinte épaisse d’une pensée médusée on dirait du gras