Affaire Fillon : éléments de langage

De toute évidence, la classe politique a été prise de court par l’affaire Fillon. Les innombrables déclarations, démentis, lettres ouvertes et discours qui s’en sont suivis en un temps record ont témoigné de l’urgence, voire de la panique. Les communicants n’ont pas eu le loisir de peaufiner leurs argumentaires. Résultat, les éléments de langage sont apparus plus visibles que d’habitude, et moins subtils. À grand renfort d’euphémismes, de pléonasmes, de périphrases et d’antiphrases, certains ont improvisé métaphores à la limite du surréalisme et concepts « abracadabrantesques » en faisant preuve d’une imagination qui les qualifie plus pour la poésie que pour la politique. Petit lexique non exhaustif à l’usage des observateurs non initiés de la vie politique française et des étudiants en communication.

Affaire (n.f.) : « rumeur ». Si l’affaire est grave : « rumeur mensongère ». Si l’affaire est très grave : « calomnies ».

Aveu (n.m.) : « opération-vérité ». Avouer : « lancer la contre-attaque ». (Loc. fig. fam. : « se relancer à la Réunion »).

Candidat (n.m.) : toujours « antisystème ». « Candidat antisystème » (pléon.). Adversaire : « candidat du système ».

Commettre un délit (loc., particulièrement : corruption) : « agir selon l’usage ». Généralement dans une proposition coordonnée introduite par « mais ». Toujours au passé. Ex : On peut me le reprocher mais je n’ai fait qu’agir selon l’usage (i.e. : C’est pas moi, c’est les autres).

Conflit d’intérêt (loc.) : « vieille amitié » (mélior.). Accusé de conflit d’intérêt : « fidèle à une vieille amitié ». (Par extens.) Vieil ami : « Axa ». Ex : On peut toujours compter sur Axa.

Coupable (adj.) : « bouc émissaire ».

Déclaration (n.f.) : toujours « sortie de son contexte ». Parfois « mensongère » ou « fantaisiste ». Aussi : « demi-vérité ». N’est pas synonyme de : preuve.

Désistement (n.m.) : « crise de régime ». Ex : Je prévois une crise de régime (i.e. : Je suis sur le point de retirer ma candidature).

Enquête (n.f.) : « entreprise de démolition ».

Épouse (n.f.) : « collaboratrice ».

Être innocent (loc.) : « présenter ses excuses ».

Femme au foyer (loc.) : « secrétaire » (en province) ; « assistante parlementaire » (à Paris).

Foutu (adj., vulg.) : « pas en position de représenter nos valeurs ».

Grave (adj.) : « d’une violence inouïe ». (Ant.) Pas grave : « en euros brut ». Ex : On brandit un montant d’un million d’euros pour faire sensation en oubliant de préciser que la somme est en euros brut.

Honnêteté (n.f.) : « exigence de transparence » (supérieure à ce qu’elle était auparavant). Toujours dans une phrase au présent. Ex : Aujourd’hui, il y a une exigence de transparence (i.e : Il faut devenir honnête).

Immoral (adj.) : « Acceptable à défaut d’être accepté ».

Impunité (n.f.) : « principe d’indépendance » (des députés). (Par cons.) Principe d’indépendance (des juges) : « totalitarisme », « absolutisme ».

Information (n.f.) : « désinformation ».

Journalisme (n.m.) : « lynchage médiatique » (revenu à la mode aux États-Unis). Variantes islamistes : « lapidation médiatique », « terrorisme médiatique ». Généralement associé à une référence à l’abolition de la peine de mort.

Journalistes (n.m. pl.) : « système » (inv., souvent avec maj. : Le Système). Généralement accolé à l’adjectif : « politico-médiatique ». Ex : Le système politico-médiatique cache un complot judéo-maçonnique.

Laxiste (adj.) : désigne la justice quand elle s’applique aux autres (par opposition à « partisane »)

Légal (adj.) : « déclaré aux impôts ». Ex : Je n’ai rien à me reprocher, tout a été déclaré aux impôts. Devenu synonyme de : moral.

Loi (n.f.) : « dictature des juges » (faire respecter la loi : « organiser un coup d’état institutionnel »). Le mot « loi » subsiste dans le langage oral comme synonyme de : police. Ex : Force doit rester à la loi (i.e. : Il faut faire charger la police).

Maison (n.f.) : « permanence » (marche aussi avec château et appartement à partir de 309 m²).

Mensonge (n.m.) : « faits alternatifs » (traduction littérale de l’américain). En français : « ma vérité ». Ex : J’ai décidé de dire ma vérité aux Français.

Moi (pr.) : « démocratie ». Ex : C’est une attaque contre la démocratie. La démocratie est en danger. (Par ext.) Adverse, ennemi : « totalitaire ». Ex : C’est un coup d’état totalitaire contre la démocratie (i.e. : Mes adversaires s’en prennent à moi).

Moralité (n.f.) : « opinion des Français ». Généralement changeante. Ex : Des pratiques dont les Français ne veulent plus (i.e. : Des délits prescrits par la loi).

Népotisme (n.m. ; arch.) : « collaboration de confiance » (mélioratif). Aussi : « sens de la famille », « amour des siens » (catho.).

Nier en bloc (loc.) : « prendre de la hauteur ».

Paris (n.p.) : « Sarthe ». Ex : Ma femme travaille dans la Sarthe. Ou : La Sarthe est une fête (Hemingway).

Presse (n.f.) : « officines » (pl.). Généralement parisiennes.

Procédure judiciaire (loc.) : « assassinat politique ».

Révéler (v) : « jeter sur la place publique ».

Répondre au téléphone (loc.) : « assister son mari ». Ex : Aujourd’hui, le traiteur et le blanchisseur ont appelé, j’ai assisté mon mari deux fois.

Slogan (n.m.) : « Axa s’engage auprès des professionnels ».

Scandale (n.m.) : « interrogations » (pl.). Aussi : « émotion » (de l’ordre de l’émotionnel : compréhensible mais pas rationnel). Généralement suivi d’une proposition coordonnée introduite par « mais ». Ex : Je comprends l’émotion des Français mais… Ex : Je comprends l’émotion des Français. En cas de scandale grave : « émotion légitime ». Contexte politique ou autre. Ex : Le gouvernement comprend l’émotion légitime des habitants d’Aulnay mais…

Transparence (n.f.) : « voyeurisme ». Ex : Je n’aime pas ce voyeurisme.

Vérité (n.f.) : toujours « à charge ». Syn. : « acharnement médiatique ». Pas toujours bonne à dire.

Vertu (n.f.) : « Yvonne » (allégorie). Ex : Tante Yvonne n’aurait jamais fait ça. Masc : « Le Général » (maj.)       

Le langage comme écran de fumée. La politique comme détournement : de fonds et de sens. En matière de mots, la confusion est souvent le signe de celle des idées. Mots interchangeables, idées vidées de leur contenu. À quoi faut-il croire quand « révolution » signifie « libéralisme », si ce n’est aux promesses creuses des prédicateurs ? Horreur d’un monde dépourvu de sens, où « viol » se dit « accident ». Parce que les accidents, « ça arrive »…

Les éléments de langage ne sont pas des éléments de langage : ce sont des mensonges. La communication n’est pas communication : elle est propagande. Du moins pour nous qui continuons à appeler un chat un chat…

Sébastien Rutés