La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Contre-histoire dansée de l’art
| 22 Juin 2016

Laurent Paillier, Philippe Verrièle, Danser la peinture, aux nouvelles éditions Scala, 2016Journaliste, critique de danse, Philippe Verrièle et Laurent Paillier, photographe qui capte la scène chorégraphique depuis 1991, se sont retrouvés autour d’un projet singulier : provoquer la rencontre de chorégraphes et danseurs (onze) autour de la peinture. Chacun des invités, majoritairement des jeunes pas forcément connus et reconnus, a planché sur un peintre. Il aura fallu quatre ans de travail, y compris pour l’éditeur courageux [1] pour que le livre sorte enfin, accompagné d’une exposition que l’on a pu voir au dernier festival Uzès Danse.

Inattendu, l’ouvrage prend le contre-pied de l’histoire officielle, renvoyant Degas à ses danseuses et non à la danse qui ne l’intéressa guère. Philippe Verrièle s’en explique : “L’histoire croisée des arts plastiques et chorégraphiques est plutôt celle d’un malentendu fait de mécompréhensions, de rendez-vous moitié manqués et d’exploitations réciproques.” Nous adhérons à ces propos, la danse n’ayant été pour les peintres qu’un sujet. Avant que les Ballets Russes n’opèrent un vrai rapprochement entre ces disciplines.

Partant de ce constat et de ce point de vue, les auteurs ont choisi des peintres en concertation avec les danseurs et chorégraphes, en commençant par Kandinsky et le Bauhaus. Perrine Valli a relevé le défi d’une “construction symphonique-architectonique” selon les termes d’Oskar Schlemmer, responsable du département Arts du spectacle au Bauhaus qui définissait ainsi son Ballet Triadique. “C’est en me plongeant, raconte-t-elle, dans l’histoire de Kandinsky qu’est née l’histoire de ce projet : en rentrant un soir dans son atelier, Kandinsky voit dans la pénombre un tableau d’une indescriptible beauté, tout imprégné d’un flamboiement intérieur, des formes et des couleurs mais dont la teneur lui semble incompréhensible. Disposé dans le mauvais sens, il n’avait pas reconnu son propre tableau !” Les photos à partir du travail chorégraphique de Perrine Valli font un effet semblable, les corps n’ont pas le support du sol, les couleurs sont intenses et le grain de la peau à vue.

Perrine Valli / Vassily Kandinsky ©Laurent Paillier

Perrine Valli / Vassily Kandinsky ©Laurent Paillier

On peut s’attacher à chacune des danses qui convoque un peintre (Arthur Perole/Constantin Brancusi, Tatiana Julien/Ernst Ludwig Kirchner, Maria Jesus Sevari/Lucio Fontana, Leïla Gaudin/Louise Bourgeois, Malika Djardi/Jackson Pollock, Anne Nguyen/Jean Degottex, Eric Arnal Burtschy/Yves Klein, Erika Di Crescenzo/Jean Rustin, Kaori Ito/Vladimir Velickovic, Mélanie Perrier/James Turrell). Danser la peinture éclabousse : pas de sujet, pas d’objet. À saisir en parcourant le portfolio que Laurent Paillier nous a confié.

Marie-Christine Vernay

[1] Laurent Paillier, Philippe Verrièle, Danser la peinture, aux nouvelles éditions Scala, 172 pages, 35 euros. Livre primé par le Syndicat de la critique comme Meilleur livre sur la danse.

0 commentaires

Dans la même catégorie

La danseuse inconnue

À partir d’une image acquise dans une vente en enchères, un voyage dans le temps à la poursuite de Marina Semenova, icône de la danse classique au temps de l’Union soviétique.

La Pavlova

Elle fut la première véritable diva du ballet. La star des tsars. Mondialement connue elle contribua à faire passer la danse de l’artisanat à l’industrie du rêve. Un livre, signé Martine Planells, retrace la vie d’Anna Pavlova, danseuse et chorégraphe de légende.

Bailographies à Mont-de Marsan

La 31e édition du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan s’est tenue du 2 au 6 juillet. Programmation de qualité, mélange générationnel, la manifestation ne s’essouffle pas. En prime, une très belle expo photo signé Michel Dieuzaide.

Maguy Marin ou l’urgence

Œuvre d’amour, d’admiration, Maguy Marin : l’urgence d’agir, le film de David Mambouch sur sa mère chorégraphe n’a rien de convenu. Le réalisateur travaille l’épaisseur et la densité du vécu, sait laisser parler, prend lui-même la parole. Et l’on sent qu’il y a, de son côté, une exploration des origines, que le ballet May B, conçu par Maguy Marin alors qu’elle était enceinte de lui, est pour lui un second ventre maternel. 

Christian Rizzo en terre de lumière

Dans Une maison, sa nouvelle création, Christian Rizzo convie quatorze danseurs emportés dans un flux continu de mouvements ponctués par de nombreuses entrées et sorties. On est tantôt sous un chapiteau avec des personnages qui portent des chapeaux pointus, turlututu !, dans une boîte de nuit pour un slow, dans une mascarade basque, dans un carnaval masqué où les mains se saisissent pour une ronde et autres farandoles. Le spectacle, créé après résidence à Bonlieu, Scène nationale d’Annecy, part pour une tournée internationale avant qu’on ne le retrouve en France avec de nombreuses dates l’an prochain et en ouverture du prochain festival Montpellier Danse en juin. (Lire l’article)