La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Fabrice Dugied, un dernier regard
| 06 Avr 2016
Fabrice Dugied © Agathe Poupeney - PhotoScene.fr

© Agathe Poupeney – PhotoScene.fr

Danseur et chorégraphe, Fabrice Dugied, né en 1963 est décédé le 4 avril 2016, suite à un infarctus. Artiste associé à la programmation danse du studio Le Regard du Cygne, à Paris, depuis sa fondation en 1985 par Amy Swanson, il n’eut de cesse de défendre la danse contemporaine, de l’explorer autant dans ses travaux personnels fragiles et singuliers que dans sa manière de fouiller l’histoire de cet art et de le transmettre. Ainsi, de 2001 à 2004, il mena le projet Mémoire vive autour de trois chorégraphes disparus : Jerome Andrews, Jacqueline Robinson et Karin Waehner. En 2006, il créait La Déconstruction du lego™, un clin d’œil à tous ceux qui dansaient en lui, notamment les post-modern américains, et un hommage à son père Jacques Dugied, décorateur de cinéma. En 2015, après s’être plongé dans les nombreux documents recueillis par sa mère, la journaliste et critique de danse Lise Brunel, il montait La collection Lise B, une installation performative, une exposition et un spectacle.

Parmi ses spectacles, toujours retenus, aériens et au parfum d’enfance, on compte  Les zonards célestes (1986) du nom de sa compagnie éponyme, Le retour de Tintin (1987), L’élégance des poissons (1987), Le ciel de mousson (1989), Conversation imaginaire (1991), Paris-Pérec (1993), Ici, ils ont dansé (1994), La danse de l’outrage (1996), L’être de zombie city (1997), À incandescence (1998), La danse des mots  (2001). Des titres qui en disent long sur sa philosophie de vie et son amour immodéré pour le mouvement le plus ténu.

Impossible d’oublier son regard bleu et mutin comme celui de sa mère lorsqu’il accueillait le public au fond de la cour du Regard du Cygne, une sorte de loft new-yorkais en plein Belleville, ni son sourire légèrement voyou qu’il tenait de son père. Avec ses allures de Tintin reporter, de Riquet à la houppe, il aura été un acteur méritant de la danse, même s’il œuvra discrètement. La reconnaissance ne fut pas son affaire, un peu d’amour lui suffisait.

Studio Le Regard du Cygne, 210 rue de Belleville, 75020 Paris.

0 commentaires

Dans la même catégorie

Mon prénom est une ancre

Le spectacle “Fuck Me” de la chorégraphe argentine Marina Otero ne cesse de nous entraîner sur des fausses pistes… qui sont loin de mener nulle part.

La danseuse inconnue

À partir d’une image acquise dans une vente en enchères, un voyage dans le temps à la poursuite de Marina Semenova, icône de la danse classique au temps de l’Union soviétique.

La Pavlova

Elle fut la première véritable diva du ballet. La star des tsars. Mondialement connue elle contribua à faire passer la danse de l’artisanat à l’industrie du rêve. Un livre, signé Martine Planells, retrace la vie d’Anna Pavlova, danseuse et chorégraphe de légende.

Bailographies à Mont-de Marsan

La 31e édition du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan s’est tenue du 2 au 6 juillet. Programmation de qualité, mélange générationnel, la manifestation ne s’essouffle pas. En prime, une très belle expo photo signé Michel Dieuzaide.

Maguy Marin ou l’urgence

Œuvre d’amour, d’admiration, Maguy Marin : l’urgence d’agir, le film de David Mambouch sur sa mère chorégraphe n’a rien de convenu. Le réalisateur travaille l’épaisseur et la densité du vécu, sait laisser parler, prend lui-même la parole. Et l’on sent qu’il y a, de son côté, une exploration des origines, que le ballet May B, conçu par Maguy Marin alors qu’elle était enceinte de lui, est pour lui un second ventre maternel.