La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J29 – Le travail du bonnet
| 09 Mar 2016

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

Dominique Arribagé est le neuvième entraîneur de Ligue 1 à céder la place cette saison. Avec ses costumes cintrés et ses foulards pastels, il laisse le souvenir d’une élégance fragile, dandy perdu sur les terrains boueux comme Antinoüs dans la fange du Nil, entraîneur sans diplôme, pas à sa place, l’air perplexe, les bras croisés, déjà parti avant d’arriver. Pour le remplacer au chevet d’un Toulouse FC aux portes de la relégation, Pascal Dupraz, qui n’a pas oublié son bonnet pour sa première séance d’entraînement.

Les hivers toulousains sont parfois humides, mais le bonnet de Dupraz produit sous ces climats méridionaux le même effet décontextualisé que la chemise blanche d’Hervé Renard à Lille : un décalage porteur de sens, qui convertit le vêtement en symbole.

Dès l’abord, le bonnet dit l’origine : Dupraz le haut-savoyard affiche son identité montagnarde. Pour lui qui n’a jamais entraîné d’autre club qu’Evian-Thonon-Gaillard, c’est un avantage et un inconvénient. Inconvénient car le bonnet rappelle cet ailleurs dont il vient, qu’il n’a jamais quitté. En même temps qu’il exacerbe son altérité, son hétérogénéité, le bonnet dit l’inexpérience du vaste monde, la préjudiciable condition locale de “gars d’la Yaute”. Les sceptiques se demandent : “est-il capable d’entraîner ailleurs que dans ses montagnes ?”, ainsi qu’il l’a lui-même souligné en conférence de presse. Mais c’est aussi un avantage, dans la mesure où le bonnet en étendard proclame la fidélité à l’origine, la “savoyardité” fièrement arborée, et des valeurs de loyauté en même temps que de constance. 

Or Dupraz n’a eu de cesse de le répéter devant la presse : le TFC est un “club de valeurs” (à ne pas confondre avec le PSG, qui est un club de valeur). Le bonnet s’affiche alors en gage de la compatibilité morale du club et de son nouvel entraîneur. De quelles valeurs parle-t-on ? Les “valeurs familiales”, bien sûr. Le bonnet de Dupraz n’a rien d’un bonnet de compétition, un bonnet de slalom géant, c’est le bonnet tout simple d’une balade à la neige, celui qu’on met pour déneiger l’allée du garage. D’autant que ces valeurs simples et conviviales qu’incarne le bonnet ne sont pas inédites : en France, qui dit entraîneur à bonnet dit Guy Roux.

Le temps, la publicité et les Guignols de l’Info ont construit un personnage qui transcende la personnalité réelle de l’ancien entraîneur de l’AJ Auxerre. L’image de Guy Roux, c’est le bon sens paysan, les pieds sur terre, le pragmatisme, l’humilité, la simplicité, toutes valeurs rassurantes pour un président de club. C’est aussi l’assurance que son futur entraîneur n’a rien d’un mercenaire mais s’inscrit au contraire dans la continuité d’un projet, à l’image du recordman de longévité des entraîneurs en France (40 saisons). Si le bonnet est le symbole d’une identité, c’est aussi un argument de vente, un élément de communication.

Mais attention, le bonnet n’est pas l’apanage que du skieur du dimanche. Il y a du passe-montagne dans le bonnet, celui des alpinistes, des révolutionnaires mexicains et des commandos. Qui en arrive coiffé montre qu’il s’attend à tout, aux tempêtes de neige et aux avalanches. Dupraz, premier de cordée ! On imagine un piolet dans son sac à dos, une couverture de survie, des crampons de glacier. C’est un chasseur alpin, rompu à la survie en milieu hostile, un guerrier des montagnes, le digne descendant des vaillants Allobroges. Le jour de sa nomination, il l’a dit à la presse : “Je n’ai même pas eu le temps de m’acheter un pantalon de rechange.” À l’appel d’Olivier Sadran, l’homme des cimes est descendu de sa montagne en courant pour sauver le TFC, n’emportant que le minimum de survie : un pantalon, deux paires de chaussettes, deux chemises. À la dure, avec sa bite et son couteau. Et bien sûr son bonnet.

Tant mieux, car un bonnet, c’est pratique quand on tombe malade. La veille de son premier match, Pascal Dupraz s’est senti mal, et le TFC a fait match nul à Marseille (1-1). On attendait un remède de cheval de la part du gars d’la Yaute appelé au chevet du club souffrant, le genre cataplasme à la gnôle et bains dans l’eau glacée : ce sera plutôt médecine douce. Pour tutoyer les sommets, on attendra. Au coin du feu, bien emmitouflé, une couverture sur les genoux et un vin chaud pour se réchauffer. Avec un bonnet de nuit sur la tête…

Sébastien Rutés
Footbologies

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)