La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J33 – Divine Comédie
| 13 Avr 2016

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

Comme à la marelle, la ligne de but représente le Ciel. Après que le ballon l’a franchie, les joueurs se signent et désignent, là-haut, quelque bonne étoile, un défunt parent qui les protège, ou le Seigneur lui-même, qui les encourage assis au bord du firmament comme en tribune divine. Le but, c’est le Paradis. Voilà pourquoi la plupart des joueurs éclatent d’une joie pareille à l’extase après avoir marqué.

La plupart des joueurs… sauf Zlatan. Zlatan, après ses buts, est furieux. Il fulmine, bombe le torse, défie ses adversaires du regard, profère ce qu’on imagine être d’anciennes malédictions bosniaques contre des ennemis invisibles. Pourquoi ? Parce Zlatan sait que le Paradis n’est pas pour lui. Zlatan souffre de la condition tragique des héros grecs : se savoir l’un des meilleurs joueurs du monde sans avoir remporté de trophée pour le prouver. Le Destin s’acharne : Zlatan voulait représenter la Bosnie, il doit se contenter de la Suède, absente des deux dernières coupes du Monde, éliminée en poule aux deux derniers Euro ; il n’a jamais remporté la Champions League, ne sait pas se montrer décisif dans les grands rendez-vous ; son passage au FC Barcelone fut un échec ; son Paris Saint-Germain a échoué en quart de finale les trois dernières saisons, dont –ironie du sort– deux fois contre le Barça, et a de nouveau été éliminé mardi, au même stade de la compétition (la malédiction du PSG : son meilleur joueur?). Alors, Zlatan est en colère contre les Dieux du sport : comme d’autres envoient des baisers vers l’azur, lui lance des imprécations. Et se venge de son destin tragique en écrasant de petits clubs de Ligue 1, en passant ses nerfs contre Troyes ou Toulouse. C’est immoral, mais la malédiction qui le frappe n’est pas moins injuste, incompréhensible, tant son talent est grand. Zlatan est maudit, Zlatan est en Enfer, dans la boue du Cinquième Cercle de Dante : celui des Coléreux.

Et puis, il y a Hatem Ben Arfa, qui a marqué les trois buts de la victoire de Nice contre Rennes, un concurrent direct pour la Ligue Europa (3-0). Après ses buts, Ben Arfa n’éclate pas de joie. Il ne sourit même pas, ou à peine. Il ne fulmine pas non plus. Ben Arfa reste imperturbable, son visage ne trahit aucune émotion. Il n’est pas au Paradis, pas en Enfer : Ben Arfa est au Purgatoire, et il le sait.

Ben Arfa a péché : ses relations difficiles avec ses entraîneurs (Gerets et Deschamps à Marseille, Alan Pardew et Steve Bruce en Angleterre, Laurent Blanc en équipe de France) et ses partenaires, ses transferts difficiles, ses écarts de comportements lui ont valu une lente descente vers les enfers du banc des remplaçants de Hull City. Dévoré par le Lion de l’ambition qui barre la route à Dante dans la forêt du vice, aux portes du Tartare. Mais dans leur magnanimité, les Dieux du sport ont envoyé Claude Puel offrir une deuxième chance à l’ange déchu du football français.

A l’OGC Nice, Hatem Ben Arfa patiente sur la première corniche de la montagne du Purgatoire, celle où Dante rencontre les Orgueilleux et foule aux pieds les fresques des tombeaux qui illustrent la chute de Lucifer et la ruine de l’arrogante Troie. Le poète y croise le géant Briarée, que foudroya Jupiter, et Nemrod au pied de la tour de Babel, qui marchent courbés pour expier leur superbe. Ben Arfa est là aussi, qui  “ploie sa tête altière sous d’énormes fardeaux”, avec eux il entonne le beati pauperes spiritu de l’Evangile, “bienheureux les pauvres en esprit”, pour les caméras de télévision. Pas un mot plus haut que l’autre, aucun emportement, Ben Arfa s’exerce à l’humilité. Face aux journalistes, il loue ses coéquipiers, son entraîneurs, veille à ne pas se mettre en avant. “Le collectif avant tout”. Sur le terrain, il est altruiste, fait briller ses partenaires, offre des buts sur des plateaux d’argent. En toute modestie, il ne regarde pas vers le haut du classement, ne revendique pas l’équipe de France : n’est-ce pas le châtiment des Orgueilleux que de garder le regard bas ?

Mais le Purgatoire n’est qu’une étape. En haut de la montagne se trouve le Paradis, sur les rives du Léthé dont les eaux effacent le souvenir des péchés commis. Rimbaud eut Une saison en enfer : Ben Arfa passe une saison au Purgatoire. Une seule, très probablement, dans ce Purgatoire qu’est la Ligue 1, où comme d’autres il est venu expier, se refaire une virginité. En attendant la sanctification de l’équipe de France : dans moins d’un mois, on saura si les péchés d’Hatem Ben Arfa sont lavés dans les eaux du Léthé, et si Didier Deschamps a oublié.

Sébastien Rutés
Footbologies

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)