La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Famille, humour et patrimoine
| 07 Oct 2018

#guide

  

Les séries dont le héros est l’argent ne manquent pas. L’argent, ses prédateurs en tous genres (Billions sur Canal plus), son pouvoir et sa transmission (férocissime Succession sur OCS). Dans la série danoise Les Héritiers diffusée sur Arte, il est bien sûr question d’argent, de pas mal d’argent : un manoir de belle taille avec terres, et les œuvres de Veronika Grønnengaard, artiste contemporaine cotée au plus haut.

Mais quand on parle d’argent, surtout en famille, on parle toujours d’autre chose. C’est ce qu’explore la scénariste danoise Maya Ilsøe, en 17 épisodes. L’argent comme révélateur lorsque Veronika Grønnengard, agonisante, lègue son immense manoir à la fille qu’elle a abandonnée. Frustrant ainsi ses enfants officiels : sa fille aînée et dévouée à son art, Gro, le fils rangé avec lequel elle est brouillée, Frédérik, et le cadet surendetté en fugue asiatique, Emil. Ceci pour résumer très succinctement ce qui va vite devenir plus complexe, avec zeste de Festen, secrets de famille ravageants, affections survivant aux conflits presque mortels, scènes habitées par la grâce dans un paysage ouvert, mais souvent dénué de la joliesse habituelle.

Bref, une saga familiale doublée d’une réflexion sur les multiples formes de la filiation, le monde de l’art, aussi feutré que cruel, la créativité ou la culture du chanvre. Les poncifs ne sont pas toujours évités – le fils bien sous tous rapports flirte avec la psychose – mais sauvés par la nuance, l’épaisseur littéraire des personnages et le jeu remarquable des acteurs, à commencer par Tryne Dilholm (qui justement a joué dans Festen, entre autres) et surtout Jesper Christensen, acteur multi récompensé, cette fois hippie très au long cours installé à demeure en fond de parc, souvent calamiteux, mais toujours inspiré qui à lui seul réinsuffle ce qu’il faut de folie. En prime, et ce n’est pas un détail, qu’il s’agisse de musique ou de sculptures, pour une fois les démarches artistiques n’apparaissent pas comme des caricatures.

Sans surprise – famille vénéneuse et attachante, humour et patrimoine, réalisation plus que soignée –, Les Héritiers, après le Danemark, ont emballé la Grande-Bretagne. 

Dominique Conil
Guide

Les Héritiers, saisons 1 et 2 intégrales sur Arte. Fin de diffusion en direct de la saison 2 le jeudi 11 octobre, fin du replay le 18 octobre. Ensuite, VOD.

  

0 commentaires

Dans la même catégorie

10 – Pour lendemains de cuite

Mal écrites, mal jouées, mal réalisées: ce sont les séries nanars. Il faut en voir quelques-unes pour mieux apprécier les autres. On ne va pas nécessairement jusqu’au bout de la première saison, ni même du premier épisode parfois, mais il est possible d’y prendre un plaisir pervers un lendemain de cuite…

9 – Dystopies

Il reste peu de monde pour prédire que l’avenir sera rose puisqu’il risque fort d’être chaud, affamé, effondré, triste, électroniquement surveillé et populiste. Ceci étant posé, il est utile de savoir précisément à quoi s’attendre. Les séries dystopiques nous y aident.

8 – Professionnels de la profession

Certaines professions sont surreprésentées dans les séries: avocat, médecin, homme et femme politique et bien sûr policier (on croise aussi moult tueurs en série mais cette occupation peut difficilement passer pour un métier). Ces professionnels ont en commun de côtoyer beaucoup de monde, de passer sans cesse d’une affaire à l’autre et d’être aux prises avec une large palette des maux de la société.

7 – Humour en format court

Les sitcoms, pour comique de situation, ne laissent guère aux dites situations le temps de se développer, ni aux intrigues celui de prendre de l’épaisseur. Tout ou presque est dans des dialogues à la mitraillette. Est-ce pour autant un genre mineur dans le monde des séries?

6 – Exercices de style part III

Après le cinéma, certaines séries se sont laissé aller aux joies du jump cut, du montage-son sophistiqué, des ellipses narratives et de quantité d’autres techniques, que l’on ne verra certes pas dans “Dallas” ni même dans “Downton Abbey”.