Les choix de délibéré – 13 février 2018

À Nantes, un continent de livres

En fin de semaine, ce sera la fête de la littérature et des mots à Nantes : y seront réunis une cinquantaine d’écrivains français et étrangers, dont Alice Zeniter, Antoine Volodine, Véronique Ovaldé, Jean-Marie Blas de Roblès, Sofi Oksanen, Ronny Someck, Philippe Jaenada et Lola Lafon. Mais ce sera surtout l’occasion de découvrir des auteurs venus d’autres continents, encore peu connus et pour certains extrêmement prometteurs. La programmation de cette sixième édition du festival Atlantide est signée Alain Mabanckou, lequel succède à Alberto Manguel, récemment nommé patron de la bibliothèque nationale argentine. Près de 90 événements (lectures, rencontres, etc.) sont prévus au Lieu unique, dans les librairies et les bibliothèques de la ville. EL.

6e festival Atlantide, du 15 au 18 février, Nantes

 

Souvent Carmen varie

Carmen, pour changer. Variations sur une nouvelle de Prosper Mérimée, par Sophie Rabau, Anacharsis éditionsVous avez lu Carmen, de Mérimée ? On résume : c’est l’histoire d’une femme, belle, indépendante, fière, qui, à la fin, meurt, tuée par un homme, José. C’est comme ça, José tue Carmen, que ça vous plaise ou pas, c’est la version officielle et validée par des générations de lecteurs. Sauf que non. Sophie Rabau, ça ne lui convient pas, cette histoire de femme assassinée, évidement écrite par un homme. Alors, ni une ni deux, elle décide de la modifier, parce que, ça tombe bien, elle est « variatrice » : « Je proposerai au monde ébahi la Carmen de Mérimée selon moi ». Dans la version remaniée, José en prend largement pour son grade, Mérimée aussi, d’ailleurs, et « Carmen de Mérimée est une histoire comique, hilarante même ». Ça dépoussière sec ! Allez donc lire « Non pas encore Carmen. Mais Carmen, pour changer » ! NP

Carmen, pour changer (Variations sur une nouvelle de Prosper Mérimée) de Sophie Rabau (collaboratrice de délibéré), Anacharsis Éditions.

 

Guimet se prend le Têt

À l’occasion de la fête du Têt ou nouvel an chinois (le 16 février), le musée national des Arts asiatiques (Guimet) propose de fêter l’année du chien. Le duo d’artistes plasticiens franco-chinois Benoît+Bo s’installera à cette occaion dans l’auditorium avec ses Happy Heads, grosses têtes colorées. On pourra se faire tirer le portrait sous les traits d’une de ces têtes grotesques et ludiques. L’artiste céramiste Magali Satgé accueillera le public pour la réalisation d’un immense zodiaque collectif. A ne pas rater: la danse du lion, spectaculaire parade traditionnelle, le dimanche, à 15h dans le hall. SE

Musée Guimet, samedi 17 et dimanche 18 février 2018

 

​Sexualités : la femme aussi fait comme elle veut

Se cacher quand on a ses règles, avoir des seins et des fesses (et des grandes lèvres) à la “bonne” taille, pratiquer la fellation “pour le bien du couple”… Tels sont quelques-uns des “diktats” faits aux femmes que démonte Ovidie dans Libres ! avec la complicité illustrative de la dessinatrice Diglee. Un propos nécessaire et éclairant face aux injonctions de tous ordres dans une société qui, post-affaire Weinstein, cherche à redessiner sa dimension sexuée. SE

Ovidie (scénario), Diglee (illustration), Libres ! Manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels, Delcourt, 2017

 

Beth Hart/Joe Bonamassa, café fort

Revoilà Beth Hart et Joe Bonamassa dans Black Coffee, une production prolifique et énergique qui livre un blues de choix puisé dans l’American Songbook. La chanteuse californienne a déjà montré tout le talent qui l’habite. Mais à chaque fois que Joe Bonamassa vient l’accompagner, cette voix inimitable s’en retrouve transcendée. Beth Hart, habituée à se produire à l’Olympia, envahira (sans Bonamassa) le Palais des Congrès à Paris le 14 mai prochain. On vous le rappellera. DDM
(En lire plus ici.)

Black Coffee, Mascot/Provogue. Beth Hart en concert le 14 mai au Palais des Congrès.