La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Ricardo Piglia : le souffle de la fiction
| 10 Jan 2017

Respiration artificielle, de Ricardo Piglia, traduit de l'espagnol (Argentine) par Antoine et Isabelle Berman, André Dimanche, 2000« Y a-t-il une histoire ? » C’est ainsi que s’ouvre Respiration artificielle (1980), œuvre indispensable de l’Argentin Ricardo Piglia, qui vient de nous quitter. L’histoire familiale du jeune écrivain Emilio Renzi, alter ego aussi évident que mensonger de l’écrivain, s’entrelace avec l’histoire agitée de son pays, à un moment où les mots peinent à être dits. Troué de silences et d’ellipses, le roman est tissé à partir de bribes de lettres échangées entre Renzi et Marcelo Maggi, l’oncle qui sort de l’ombre pour rectifier l’histoire officielle, apporter une version différente des fausses histoires qui circulent à son propos dans la famille. Dès les premières pages, il met en garde son lecteur, et par la même occasion celui du roman : « Tout est apocryphe ».

Organisée autour d’une série de conversations et d’appréciations sur la littérature entre Renzi et ses amis ou compagnons occasionnels de bar, la deuxième partie du roman permet à Piglia de faire un détour par des textes littéraires remettant en cause la notion de fiction, revisitant et par la même occasion passant en revue les figures majeures de la littérature argentine : Borges, bien sûr –malicieusement étiqueté par Renzi comme « le meilleur écrivain du XIXe siècle » – mais également Roberto Arlt ou Macedonio Fernández, que Piglia hissera au rang de classiques dans d’autres romans et dans ses écrits théoriques [1]. S’occultant sous la voix d’un Renzi et d’un roman qui reste paradoxalement polyphonique, Piglia instaure donc un jeu de miroirs pour présenter, tel un ventriloque, sa vision de la littérature comme art de l’implicite et assemblage de fausses citations, comme récit qui se dérobe volontairement aux yeux du lecteur et qui ne se fait visible que de manière elliptique et fragmentaire.

Dans un contexte où les mots doivent se déguiser en histoire pour pouvoir être dits, il appartient au lecteur de découvrir – comme dans un jeu de piste ou une enquête policière – le « bruissement maladif de l’histoire », la trame secrète, la respiration artificielle qui, comme en sourdine, insuffle de la fiction à toute histoire, qu’elle soit littéraire ou pas. Si Respiration artificielle se lit avant tout comme métaphore politique et pied de nez à la censure et aux restrictions de parole par temps de dictature, cette méditation sur l’histoire se transforme au fil des pages en écriture de soi, conformément au brouillage générique et aux propositions théoriques du Piglia professeur et critique, qui conçoit la critique littéraire non comme une histoire de lectures, mais comme l’une des formes modernes de l’autobiographie.

Mariana Di Ció
Littératures

[1] Parmi lesquels Le Dernier lecteur, traduit de l’espagnol (Argentine) par André Gabastou, Christian Bourgois éditeur, 2008.

Ricardo Piglia, Respiración artificial, DeBolsillo, 2013Respiration artificielle, de Ricardo Piglia, traduit de l’espagnol (Argentine) par Antoine et Isabelle Berman, André Dimanche, 2000.

Publication originale en espagnol : 1980. Réédition récente en version originale : Respiración artificial, Debolsillo, 2013

À signaler : 327 cuadernos (327 cahiers) , excellent documentaire d’Andrés Di Tella sur les cahiers de Ricardo Piglia, récemment publiés sous le titre Los Diarios de Emilio Renzi (Journal d’Emilio Renzi). VO en espagnol, sous-titres disponibles en anglais, 1h21. Disponible sur Vimeo (5,20 euros)

(Bande annonce du documentaire 327 cuadernos)

0 commentaires

Dans la même catégorie

Combats de rue

Collaborateurs de délibéré, Juliette Keating (texte) et Gilles Walusinski (photos) publient chez L’Ire des marges  À la rue, livre-enquête engagé dont le point de départ est l’expulsion à l’été 2016, de treize familles roms de leur lieu de vie de Montreuil, en Seine-Saint-Denis.

Animaux de transport et de compagnie

Jacques Rebotier aime les animaux. Il les aime à sa façon. Il en a sélectionné 199 dans un livre illustré par Wozniak et publié par le Castor Astral. Samedi 2 mars, à la Maison de la Poésie, en compagnie de Dominique Reymond et de Charles Berling, il lira des extraits de cet ouvrage consacré à une faune étrange, partiellement animale.

“Un morceau de terre, un morceau de toile, une place”

Dans le troisième livre de la série “Des îles”, Mer d’Alborán 2022-2023, Marie Cosnay enquête sur ces lieux à part que sont ceux où “logent les morts”. Dans leur voyage périlleux entre les rives algérienne et espagnole, des hommes et des femmes disparaissent, engloutis par les eaux. Qu’en est-il des corps qui reviennent? Œuvre majeure pour crier l’inacceptable, mais avec bien plus qu’un cri: l’amour.

Jon Fosse ou la musique du silence

Si Shakespeare utilise dans son oeuvre un vocabulaire de 20.000 mots là où Racine n’en a que 2000, Fosse, lui, tournerait plutôt autour de 200. Une décroissance qui n’est pas un appauvrissement: comme ses personnages, la langue de Fosse est en retrait, en grève du brouhaha et de l’agitation du monde.

Queen of the Ice Men

Au commencement était l’image, et l’image était reine. Retour sur la Reine de glace, la vraie, celle dessinée par l’illustrateur Robert Gibson Jones en 1949 en couverture du pulp magazine « Fantastic Adventures ».