La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Commerce
| 02 Juin 2022

et le printemps dont on avait regardé les premiers jours en souriant, comme un trésor soudain, une récolte inespérée qui promettait une vie pleine, désireuse du lendemain, on le perdit pareillement, d’un coup, comme une fortune engloutie par un krach, une maison effondrée par un séisme, un être cher disparu par accident

et l’on retomba dans une tristesse, un désespoir sans contours précis qui faisait glisser sur les couleurs joyeuses des primevères, des forsythias, des prunus et des jonquilles un regard voilé d’indifférence et de lassitude

et aux quelques libertés dont on disposait encore, à ce qu’il restait de leur inexorable grignotage par des lois qu’avaient dictées la peur de dangers opportunément exagérés, on fut prêt à renoncer, désirant les conforts et les plaisirs inexpugnables de la plainte et de la soumission

on vendit pour quelques bénéfices misérables l’espérance à la résignation, la joie à l’abattement, la révolte au renoncement

 

© Frédéric Teillard. Microscopies

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline

Fragment météorologique : l’orage

dans le petit jour gris les corneilles animent seules le feuillage des platanes figé dans l’air lourd
depuis la veille on est pris dans la l’étreinte épaisse d’une pensée médusée on dirait du gras