La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Crayonné
| 17 Fév 2022

les poèmes des rue de Paris
s’écrivent à l’encre mêlée
des caniveaux
où les balayeurs poussent les grumeaux
de la nuit
la poésie des rues de Paris
est oblique
sagement pentue
elle accueille les corneilles
le soleil
les flâneurs les flaques de pluie
et de vomi le samedi
les poètes des rues de Paris
vont à pied
à bicyclette qui tintinnabule
sur le pavé
en métro
ou seulement en mots

 

Frédéric Teillard - Microscopies - Crayonné

© Frédéric Teillard

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline

Fragment météorologique : l’orage

dans le petit jour gris les corneilles animent seules le feuillage des platanes figé dans l’air lourd
depuis la veille on est pris dans la l’étreinte épaisse d’une pensée médusée on dirait du gras