La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

In fine
| 04 Juil 2022

on se tient à la table dans la compagnie des légumes qu’on entretient la main lente et le fil du couteau tranchant
on dépose avec soin son visage dans le chou la carotte et le panais les doigts sentent l’ail on tourne parfois la tête vers la fenêtre
où l’après-midi qu’on met tantôt au masculin tantôt au féminin est battue de bourrasques et d’averses
on se demande si l’on aime mieux le craquement des légumes qu’on tranche sur la planche en bois ou le clapotis
que font dans l’esprit les phrases des livres qu’on lit l’un et l’autre sont produits par des activités qui ne sont pas sans danger
pourquoi devrait-on choisir le bout des doigts maintenant jaune de curcuma on jette les légumes en julienne dans la marmite
on dit tout haut comme si on parlait à quelqu’un mais on est seul pendant que cuit la soupe je vais écrire quelque chose
on dit je reste à cuisine
je vais écrire
un poème
de panais de blettes de carottes
un poème à l’économe
et au couteau
sans gras
sans mot de trop
quelques vers pour les affamés
les mangés
ceux dont la vie ne laisse
que l’os

© Frédéric Teillard. Microscopies

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline

Fragment météorologique : l’orage

dans le petit jour gris les corneilles animent seules le feuillage des platanes figé dans l’air lourd
depuis la veille on est pris dans la l’étreinte épaisse d’une pensée médusée on dirait du gras