La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

À deux mètres au moins de soi
| 04 Juil 2021

amnésiques des jours
et des visages
ignorants des leçons
de lumière comme de ténèbres
la joie
à notre vue que le risque
effare se dérobe
plus
ne prétendons qu’à des restes de liberté
brûlons comme des papillons
aux flammes
incompréhensibles du présent
notre porte à l’admiration
verrouillée
nous traçons partout
des frontières la peur
nous empaume
pourtant aux moindres rameaux
certaines comme des noyaux
d’innombrables promesses de printemps

Photo, À deux mètres au moins de soi © Frédéric Teillard

Frédéric Teillard
Microscopies

[ttfmp_post_list id= »postlist_1289″ columns= »3″ type= »post » sortby= »date-desc » count= »-1″ offset= »0″ taxonomy= »category:microscopies » show_title= »1″ show_date= »0″ show_excerpt= »0″ excerpt_length= »default » show_author= »0″ show_categories= »0″ show_tags= »0″ show_comments= »0″ exclude_current= »0″ thumbnail= »top » aspect= »landscape » paginate= »0″ arrows= »1″ dots= »1″ autoplay= »1″ delay= »6000″ transition= »scrollHorz »]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline