La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Fragment météorologique : l’orage
| 20 Jan 2022

dans le petit jour gris les corneilles animent seules le feuillage des platanes figé dans l’air lourd
depuis la veille on est pris dans la l’étreinte épaisse d’une pensée médusée on dirait du gras
on peine à digérer on se presse on ralentit on scrute sans savoir l’horizon d’où ne parviennent plus de mots
la sueur perle au-dessus des lèvres on colle à soi on partage en des regards silencieux et presque vides
l’impatience de l’orage et la crainte d’être à la verticale du ciel à l’instant qu’il se brisera
on se dit qu’on pourrait mourir qu’on voudrait mourir qu’on ne veut pas mourir qu’on est déjà mort qu’on se ment

l’orage n’éclate que le lendemain l’orage qui
fait tomber d’un coup les paupières du jour
et met en pente torrentueuse le boulevard
les feuillages lui font de longues génuflexions
puis se relèvent éreintés son pas grondant
s’éloigne il passe le ciel s’ouvre et de partout
coulent des larmes de joie

le poème ne dit pas
le temps qu’il fera
seulement le ciel
sous lequel il
s’écrit

Frédéric Teillard - Microscopies - L'orage

Frédéric Teillard
Microscopies

[ttfmp_post_list id= »postlist_125″ columns= »3″ type= »post » sortby= »date-desc » count= »-1″ offset= »0″ taxonomy= »all » show_title= »1″ show_date= »0″ show_excerpt= »0″ excerpt_length= »default » show_author= »0″ show_categories= »0″ show_tags= »0″ show_comments= »0″ exclude_current= »1″ thumbnail= »top » aspect= »landscape » paginate= »0″ arrows= »1″ dots= »1″ autoplay= »1″ delay= »6000″ transition= »scrollHorz »]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline

À lire également