La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Nicolas Witkowski (1949-2020), parti comme un papillon
| 14 Août 2020

Il nous avait plongés, à sa manière érudite et ironique, dans les univers de Domenico Scarlatti et de Tex Avery. Il était écrivain, journaliste, éditeur, à l’occasion bourlingueur. Il avait une passion égale pour les sciences et la culture qui lui avait fait écrire des ouvrages aussi divers que Histoire sentimentale des sciences (Le Seuil), Papillonnages, une histoire culturelle du papillon (Le Seuil) ou encore Petite métaphysique des jouets (La Martinière).

Nicolas Witkowski est mort à l’âge de 70 ans. Mort soudaine, inattendue, à l’image de sa vie déroutante. Nicolas avait une formation scientifique qu’il avait envoyé balader pour passer quelques années dans un hamac en Guyane à regarder la mer et s’en était allé explorer la forêt équatoriale. Il était revenu en France métropolitaine enseigner la physique, puis était devenu à Paris un des éditeurs les plus respectés dans le domaine des sciences, au Seuil comme chez Odile Jacob. Il a publié les plus grands noms de la physique tout en continuant d’écrire sa propre oeuvre. Les éditions Gallimard lui avaient demandé de créer leur première collection scientifique, mais l’aventure a tourné court car Nicolas avait un caractère si bien trempé qu’il refusait tout compromis.

Tous ceux qui l’ont côtoyé appréciaient ses connaissances encyclopédiques et son humour. C’était un esprit du XVIIIe siècle égaré dans le XXe puis le XXIe, qu’il regardait avec une ironie ravageuse. Il était fasciné par l’histoire des sciences, les fougères et le vol des papillons, ce déséquilibre permanent que les savants peinent à expliquer. Papillon lui-même, il volait de curiosité en curiosité. Ses ailes continuent de battre dans ses livres et chroniques, mais l’air, lui, n’est plus le même. Moins léger, moins surprenant. Triste.

Chroniques avéryennes    Chroniques scarlattiennes

1 Commentaire

  1. Alice

    Merci Édouard pour ce texte touchant et vrai. C’est un très bel hommage à Nicolas.

    Alice

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Combats de rue

Collaborateurs de délibéré, Juliette Keating (texte) et Gilles Walusinski (photos) publient chez L’Ire des marges  À la rue, livre-enquête engagé dont le point de départ est l’expulsion à l’été 2016, de treize familles roms de leur lieu de vie de Montreuil, en Seine-Saint-Denis.

Animaux de transport et de compagnie

Jacques Rebotier aime les animaux. Il les aime à sa façon. Il en a sélectionné 199 dans un livre illustré par Wozniak et publié par le Castor Astral. Samedi 2 mars, à la Maison de la Poésie, en compagnie de Dominique Reymond et de Charles Berling, il lira des extraits de cet ouvrage consacré à une faune étrange, partiellement animale.

“Un morceau de terre, un morceau de toile, une place”

Dans le troisième livre de la série “Des îles”, Mer d’Alborán 2022-2023, Marie Cosnay enquête sur ces lieux à part que sont ceux où “logent les morts”. Dans leur voyage périlleux entre les rives algérienne et espagnole, des hommes et des femmes disparaissent, engloutis par les eaux. Qu’en est-il des corps qui reviennent? Œuvre majeure pour crier l’inacceptable, mais avec bien plus qu’un cri: l’amour.

Jon Fosse ou la musique du silence

Si Shakespeare utilise dans son oeuvre un vocabulaire de 20.000 mots là où Racine n’en a que 2000, Fosse, lui, tournerait plutôt autour de 200. Une décroissance qui n’est pas un appauvrissement: comme ses personnages, la langue de Fosse est en retrait, en grève du brouhaha et de l’agitation du monde.

Queen of the Ice Men

Au commencement était l’image, et l’image était reine. Retour sur la Reine de glace, la vraie, celle dessinée par l’illustrateur Robert Gibson Jones en 1949 en couverture du pulp magazine « Fantastic Adventures ».