Voulez-vous produire avec moi ?

Désormais, le nom de mon conjoint figure sur IMDb (Internet Movie Database) en tant que producteur, alors qu’il fait complètement autre chose dans la vie. Sur IMDb, il est ensuite précisé qu’il est co-producteur. Puis, qu’il détient un coupon. Pour le film La Uruguaya [L’Uruguayenne], initialement un roman – publié en 2016 et converti rapidement en bestseller – de l’écrivain argentin Pedro Mairal.

IMDb - La uruguaya

En janvier 2021, l’Argentin Hernán Casciari décide d’avoir recours au crowdfunding pour réaliser le film, en vendant des coupons à 100 dollars. Pari réussi en quelques mois : 1937 coproducteur·rice·s ont acheté 6000 coupons – 600 000 dollars ont été collectés. L’histoire de ce projet participatif et autogéré ne s’arrête pas là : toutes les décisions sont prises entre les coproducteur·rice·s. Pour cela, les réunions d’un comité plus restreint sont retransmises, il y a des podcasts, une app pour voter a été développée, ainsi qu’un site internet avec beaucoup, beaucoup d’informations.

Sections du site internet Orsai Audiovisual

Les coproducteur·rice·s ont déjà voté pour constituer l’équipe technique : l’Argentine Ana García Blaya sera la réalisatrice ; l’Uruguayen César Charlone, nominé aux Oscars pour La Cité de Dieu en 2003, sera en charge de la photographie en compagnie de l’Argentine Yarará Rodríguez. L’acteur et l’actrice principaux seront Sebastián Arzeno et Fiorella Bottaioli.

Le projet est donc aussi bien participatif que transparent (exemple, sur le site internet, on peut consulter le calendrier détaillé et le tableau Excel du financement. De plus, les retombées économiques du film seront réparties entre tous·tes les coproducteur·rice·s en fonction des coupons qu’ils détiennent.

Un peu de respect, j'suis ta mère, de Hernán Casciari, traduit par Alexandra Carrasco, Calmann-Lévy, 2009Hernán Casciari a l’habitude de l’autogestion et de l’économie participative, bien qu’à une échelle moindre. Il s’est fait connaître au début des années 2000 grâce au weblog de una mujer gorda [weblog d’une grosse femme] qui a reçu en 2005 le prix du meilleur blog décerné par la Deutsche Welle, la radio internationale allemande, et qui a ensuite été publié en roman : Más respeto, que soy tu madre, publié en France aux éditions Calmann Lévy sous le titre Un peu de respect, j’suis ta mère, traduit par Alexandra Carrasco. Casciari, qui vivait alors près de Barcelone, a publié d’autres blogs : un format lui permettant d’être en contact avec ses lecteurs par le biais des commentaires, qui ont souvent eu des répercussions sur le déroulé de l’histoire. Il a également écrit pour les quotidiens El País et La Nación. Et des nouvelles (qu’il lisait à la radio, et que l’on peut réécouter sur YouTube) inspirées de son expérience d’Argentin vivant en Espagne, loin de sa famille, etc.

En 2010, il fonde avec Christian Basilis la revue trimestrielle Orsai et la maison d’édition homonyme, qui fonctionne également sur un modèle d’autofinancement. En 2015, il retourne vivre en Argentine, où il poursuit une autre activité qui avait vu le jour au moment de la sortie de Un peu de respect, j’suis ta mère : le théâtre. Cette année, il a en plus lancé la série Zoom de libros [Zoom sur les livres] sur YouTube avec sa fille de 17 ans qui vit à Barcelone.

Actuellement, le film La Uruguaya est en pré-production. Le tournage du film commencera ce mois d’octobre 2021 ; la post-production se fera en novembre et la première est prévue pour le 28 décembre 2021. Affaire à suivre…

Gianna Schmitter
Cinéma

P.S. : si le projet vous intéresse, Hernán Casciari a déjà lancé une deuxième aventure de crowdfunding, cette fois-ci pour une mini-série.