La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J18 – Grandeur et décadence du chevalier blanc
| 16 Déc 2015

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

Quelle forme de superstition justifie les rituels des joueurs et des entraîneurs ? Qu’est-ce qui fait qu’un joueur enfile toujours sa chaussette gauche avant la droite ou qu’un entraîneur s’assoit sur sa glacière ? C’est au psychologue de répondre, et plus que l’analyse des causes, c’est l’interprétation qu’on en fait qui nourrit le discours mythique. Le football se joue sur un terrain mais a aussi une réalité dans l’esprit des supporteurs, et c’est à l’intersection des deux que s’articule le mythe. Celui-ci n’est donc pas immuable, et les symboliques dont on le charge évoluent au fil des carrières et des destins.

Ainsi de la chemise blanche d’Hervé Renard, l’éphémère entraîneur du LOSC. À l’origine, la chemise blanche a sans doute une explication pratique, liée au climat, d’autant plus déboutonnée en haut. Elle dénote naturellement les fortes chaleurs et l’Afrique, et c’est pourquoi, transplantée dans les frimas du Nord, elle se charge d’autres significations.

À tout le moins, elle exprime une différence : quand les entraîneurs frileux s’emmitouflent dans des survêtements molletonnés et des bonnets à la Guy Roux, la chemise blanche déboutonnée dit la résistance, la force et l’audace d’un entraîneur qui n’a pas froid aux yeux (ni ailleurs). C’est l’affirmation d’une virilité dont les galons ont été gagnés en Afrique, au cours de multiples aventures. Presque aussi bien qu’un casque colonial, la chemise blanche déboutonnée fait de Renard l’explorateur, le Brazza moderne. Le vieux temps des colonies n’est pas loin, car si la chemise blanche dit l’amour pour l’Afrique, elle n’en reste pas moins blanche : Renard, c’est le chasseur blanc, parti traquer le lion dans la brousse à la tête d’une expédition de boys africains, auprès de qui ses exploits lui ont valu sa réputation de boula matari, le briseur de rocs, après Tintin et l’explorateur gallois Stanley.

C’est pourquoi, à son arrivée à Lille, sa chemise blanche est une armure qui dit sa différence, et aussi une bannière. Allan Quatermain tiré de sa retraite salomonique, Renard a été appelé en sauveur, comme à Sochaux deux ans plus tôt, et il ne vient pas seul : Stoppila Sunzu et Gadji Tallo, vétérans de ses campagnes africaines, se sont ralliés au panache blanc de sa chemise, comme Mayuka et Sinkala à Sochaux, et Sunzu déjà, le fidèle parmi les fidèles. À Lille donc, Hervé Renard est d’abord le chevalier blanc, sa chemise immaculée est symbole de pureté et de rédemption : revenu de la lointaine Afrique où il n’a pas été corrompu par la civilisation, il amène la force primitive, un peu sauvage, et les mystères de la sagesse des grands marabouts. Il y a du Lawrence d’Arabie en lui, et peut-être aussi un peu de Tartarin de Tarascon…

Car avec les mauvais résultats, le briseur de rocs ne brise plus rien du tout. Tallo ne marque aucun but en huit matchs, Sunzu se blesse, et l’on se souvient alors que Jordan Ayew a préféré rejoindre la Grande-Bretagne des Stanley, Livingstone et Burton, plutôt que le boula matari français. On se demande alors si, comme dans le roman de Daudet, tout n’aurait été qu’une invention : les deux CAN remportées à la tête des aigles de Zambie et des éléphants de Côte d’Ivoire, et les chasses au lion de l’Atlas. Les deux boutons ouverts ne suggèrent plus le sang chaud, l’élégance décontractée qui s’affranchit des codes européens étriqués, mais la désinvolture, la négligence tropicale. Et lorsqu’après seulement cinq mois Renard est remercié, la chemise blanche ne symbolise plus l’inatteignable pureté du héros : elle devient la tunique blanche des sacrifiés.

Or, c’est peut-être là que le plus intéressant se produit. Avec la déception, le sentiment d’une opportunité perdue et peut-être les bons résultats de son successeur Frédéric Antonetti (troisième victoire d’affilée contre Lorient ce week-end), l’armure immaculée se fissure, le masque tombe : fini l’invincible Hannibal qui a traversé la Méditerranée avec ses éléphants (de Côte d’Ivoire) pour conquérir la France, un homme se révèle derrière le costume de la chemise blanche et l’impeccable bronzage. Renard parle à la presse, se confie. On l’a vu la larme à l’œil à l’évocation de sa mère, et se livrer sans pudeur à Pascal Dupraz, un autre écorché vif du football français, son adversaire au cours d’épiques batailles de mots du temps où Sochaux et l’ETG rivalisaient pour ne pas descendre. C’en est fini des querelles, on a déposé les armes, et l’on s’entretient à cœur ouvert des blessures du passé. La chemise blanche, dès lors, dit la candeur de qui ne craint pas de se livrer, et une sorte d’assomption personnelle : le chasseur blanc n’avait pas le cœur noir, même si, pour cette dernière interview, c’est la couleur de la chemise qu’il porte, comme si le masque de pureté avait finalement perdu sa raison d’être.

Sébastien Rutés
Footbologies

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)