La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

My favorite piece of art
| 03 Mai 2020

My favorite piece of art (2010)
de Katrin Memmer (Mayence, 1979)

 

Dans cette œuvre, la chanson bien connue My funny Valentine tient lieu de scénario et la cadence sonore du titre, My favorite piece of art, renvoie au sixième vers de la première strophe et va donner au film structure et continuité. Les traits comiques de « l’inphotographiable Valentine » accompagnent et rythment encore et encore les mouvements de la fillette qui travaille inlassablement un exercice de gymnastique s’achevant par une chute soudaine, comme un poème qui répéterait une erreur, ou une petite torture qui déclenche en nous un léger sourire, teinté d’humour noir. « C’est tous les jours la Saint-Valentin », souligne la chanson, et l’image nous incite à nous mouvoir en cercle, à répéter la routine d’une petite Sisyphe qui, sous les yeux d’un maestro impassible, tombe et ramasse son courage à deux mains, comme un rocher, pour entreprendre un nouveau commencement. L’œuvre est une parabole, un enseignement moral où entrent en jeu la capacité à se relever, la répétition, l’erreur et la capacité à rire de nos faux pas : « You make me smile with my heart / Your looks are laughable / Unphotographable / Yet you’re my favorite work of art ». [1]

Dans Le Mythe de Sisyphe, Albert Camus dit une chose que nous pourrions appliquer à ce travail sur une image mobile et cyclique :« Ainsi, persuadé de l’origine tout humaine de tout ce qui est humain, aveugle qui désire voir et qui sait que la nuit n’a pas de fin, il est toujours en marche. Le rocher roule encore ». Un principe d’espoir et un moteur de vie dans la répétition, et aussi un acte de rébellion, un affrontement avec l’autorité : « Sisyphe enseigne la fidélité supérieure qui nie les dieux et soulève les rochers ». C’est ainsi qu’il parvient à réemprunter tous les jours le chemin, en sachant qu’il faut toujours recommencer, conscient de cela.

Le film renvoie aussi au poème Défaite du poète vénézuélien Rafael Cadenas, que son propre auteur renie et qui s’achève ainsi ;

« Je me relèverai plus ridicule encore pour continuer à me moquer des autres et de moi jusqu’au jour du jugement dernier. » [2]

On peut trouver le contrepoint dans Échec, autre poème de Cadenas :

« En me nettoyant avec une éponge rêche, en me lançant sur mon vrai champ de bataille, en me donnant les armes que le triomphe dédaigne, tu m’as levé au dessus de la mêlée ». [3]

Katrin Memmer a suivi une formation en théâtre, performance, danse et improvisation. C’est peut-être ce qui explique que nous ressentions dans ses films la présence du corps, de son corps comme expérience invitant non seulement à voir mais à toucher. Ici, elle nous pousse même à ressentir la chute que nous observons : il y là comme un miroir, un souvenir partagé, une histoire vécue dans l’enfance, des scènes de livres et de films, un peu des Désarrois de l’élève Törless, de la discipline sévère et de la tortueuse expérience de l’école. Le film de Memmer est, comme la chanson, une parabole douce amère qui souligne la belle rhétorique de l’échec durant les années de formation : chuter et se relever, rechuter et se relever encore. Mais dans le film, la torture se dénoue à la fin pour laisser la place à une mise en rang, un autre genre de discipline, où se multiplient les uniformes. La mise en rang annonce la venue d’un autre « dressage » pour la vie, un autre exercice où l’individu se fond dans la communauté.

Franz Erhard Walther, l’un des artistes qui a le plus influencé Katrin Memmer, l’exprime ainsi : « Quand tu travailles avec ton propre corps, il devient une sorte de matériau. L’espace avec lequel et dans lequel tu travailles devient aussi une sorte de matériau. De la même façon, le temps avec lequel et dans lequel tu travailles devient un matériau. » [4]

Ainsi la petite Sisyphe, sweet comic Valentine, apparaît et disparaît tel un matériau de travail.

Ángela Bonadies*

[1] My Funny Valentine de Richard Rodgers et Lorenz Hart, 1937.
[2] Traduit par Françoise Roy et François Migeot, in Poèmes choisis, Écrits des Forges, 2004.
[3] Traduit par Daniel Bourdon, in Fausse manœuvres, Fata Morgana, 2003
[4] Extrait d’un entretien en anglais : « …when you act with your own body, your body becomes a kind of material. The space you are acting in and with also becomes a material. Also the time you are working in and with becomes a material. »

* La version originale de ce texte a été publiée le 6 octobre 2018 dans la section Máquinas de visión de la revue en ligne Campo de Relámpagos

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

The Naked Director

Pop objets par excellence, les séries s’emparent de la représentation des sexualités et des corps, thématiques ô combien contemporaines. Retour sur cinq propositions aux angles variés. Et pour commencer : The Naked Director.

Exploratory Movement

Comment écrit-on un texte ? Comment imprime-t-on un livre ? Comment apparaissent, disparaissent et réapparaissent les mots ? Comment fait-on attention aux “choses” ? Autant de questions contenues dans Exploratory Movement (2017) de Inma Herrera

Romance

Des mains féminines repassent une chemise d’homme: Romance de Helen Grace, épouse la durée et le rythme d’un mouvement célèbre de Chostakovitch. Sept minutes simplement vertigineuses.

Voulez-vous produire avec moi ?

Pour financer la production du film La Uruguaya, l’écrivain et éditeur argentin Hernán Casciari a fait du crowdfunding. Les donateurs sont co-producteurs et participent aux décisions.