Altamura

Machines à voir : un rendez-vous mensuel où les artistes ont recours à la poétique et aux ressources techniques de l’image au format vidéo, version française des Máquinas de visión de la revue Campo de Relámpagos.


Altamura
 de Luis Felipe Ortega (Mexico, 1966)

Transcription des textes de la bande-son :
Let’s just play them back to back, who cares? It’ll be edited different, this is a television show! Fuck you all, this is the last song of the evening. This was written by my favorite performer, our favorite performer, isn’t it? The reason we didn’t want to play these two songs in a row is because they’re exactly the same song. Oh, yeah! This guy representing the Lead Belly’s estate wants to sell me Lead Belly’s guitar for 500.000 dollars. I even asked David Geffen personally if he’d buy it for me, he wouldn’t do it… (Kurt Cobain)
Écoutez… Vous êtes là. Je suis ici. En ce moment, je me sens à part, aussi… J’ai toujours été à part… que ce soit dans le Morvan, que ce soit chez vous. (Jean Genet)
– Can I ask you some serious questions?
– Sure you can. (…) I feel perfectly fine.
– Have you been drinking?
– You mean very lately?
– You have had a history of alcoholism. Millions of people out there have also had this kind of problem…
– Oh my God… alcoholism is the least of it. I mean, that’s a… that’s a joker in the pack… (Entretien avec Truman Capote)
Et puis à la fin, j’ai découvert aussi que la profession d’écrivain vous rendait la vie impossible. (Louis-Ferdinand Céline)
Parce que vous voulez me transformer encore, vous aussi, en mythe. (Jean Genet)
So we can imagine the cosmic butler carrying out bundles of unworkable monstrosities, our failures. (William Burroughs)
what she was saying… imagine! no idea what she was saying!… till she began trying to… delude herself… it was not hers at all… not her voice at all… and no doubt would have… vital she should… was on the point… after long efforts… when suddenly she felt… gradually she felt… her lips moving… imagine!… her lips moving!… as of course till then she had not… and not alone the lips… the cheeks… the jaws… the whole face… all those… what?… the tongue?… yes… the tongue in the mouth… all those contortions without which… no speech possible… (Samuel Beckett)
Thanks for the American dream, to vulgarize and to falsify until the bare lies shine through. (William Burroughs)
Par exemple, quand vous voyez les accidents comme ils viennent d’arriver : ne croyez pas qu’ils sont tous involontaires. Il y a là-dedans, il y a là-dedans, il y a des vicieux, il y a des gens qui vont vraiment dans l’arbre. (Louis-Ferdinand Céline)
Son, it’s the end of the line. We are ugly, idiot, bellowing beasts. Some of us are sixty feet long with a brain the size of a walnut. Where can this end? (William Burroughs)
Il y a une marge où je me trouve, où je suis marginalisé. Si j’ai peur d’entrer dans la norme ? Bien sûr que j’ai peur d’y entrer, et si j’ai en ce moment des éclats de voix, c’est parce que je suis en train d’entrer dans la norme, je suis en train d’entrer dans les foyers anglais et, évidemment, ça ne me fait pas plaisir. Mais je ne suis pas en colère contre vous, qui êtes la norme, je suis en colère contre moi, parce que j’ai accepté de venir ici. Et ça ne me fait pas plaisir, en effet. (Jean Genet)
E allora io posso senz’altro dire che il vero fascismo è questo potere della civiltà dei consumi che sta distruggendo l’Italia. (Pier Paolo Pasolini)
Thanks for the last and greatest betrayal of the last and greatest of human dreams. (William Burroughs)
Socrate disait que le langage écrit était toujours mauvais et que le langage parlé seul avait de la valeur, il y avait du vrai là dedans. Moi, je suis plus fort que Socrate, j’essaye de faire passer le langage parlé dans l’écrit. (Louis-Ferdinand Céline)
Je répondrais comme Saint Augustin à propos du temps : J’attends la mort. (Jean Genet)
she!… she!… (Samuel Beckett)
Dave wants to sell me Lead Belly’s guitar for 500,000… (Kurt Cobain)
[cri] écoutez !… encore [cri]… écoutez !… non…
… aucune idée de ce qu’elle raconte… imaginez !… aucune idée de ce qu’elle raconte… si bien que la voilà… essayant de se faire accroire… qu’elle n’est point à elle… point sa voix à elle… et y serai sans doute arrivée… le fallait à tout prix… y était presque… au bout de quels efforts… quand soudain elle sent… peu à peu elle sent… ses lèvres remuer… imaginez !… ses lèvres remuer !… comme jusque-là bien sûr pas question… et pas que les lèvres… les joues… la mâchoire… toute la face… toutes ces —… quoi ?… la langue ?… oui… la langue dans la bouche… toutes ces contorsions sans lesquelles… aucune parole possible… et cependant temps normal… totalement inaperçues… tant on est braqué… sur ce qu’on dit… l’être tout entier… pendu à ses paroles… si bien que non seulement elle doit… elle doit non seulement… renoncer… la reconnaître pour sienne… la voix pour sienne… mais avec ça encore une… encore une idée…
(Samuel Beckett)
Je répondrai comme Saint Augustin à propos du temps : J’attends la mort.
Je répondrai comme Saint Augustin à propos du temps : J’attends la mort.
Je répondrai comme Saint Augustin à propos du temps : J’attends la mort.
(Jean Genet)

Machines à voir

 * Publication originale le 8 octobre 2016 dans la section Máquinas de visión de la revue en ligne Campo de Relámpagos.

Stan Brakhage, Window Water Baby Moving

Window Water Baby Moving

Stan Brakhage / Irmgard Emmelhainz
Le cœur, par Keila Alaver

Le Cœur

Keila Alaver / Ángela Bonadies

Poor Cinderella, still ironing her husband shirt

Miñuca Villaverde / Carlos A. Aguilera

Lecture rythmique

Iván Candeo / Ángela Bonadies
Lights - Marie Menken

Lights

Marie Menken / Ángela Bonadies
Katrin Memmer - My favorite piece of art

My favorite piece of art

Katrin Memmer / Ángela Bonadies
Helena Lumbreras, Mariano Lisa : Cantar de ciego

Cantar de ciego

Helena Lumbreras, Mariano Lisa / María Virginia Jaua

Altamura

Luis Felipe Ortega